Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Au-delà d'une LDF    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Flexibilité du dirham : Le Maroc est capable de passer à la 2è phase en cas de choc, selon Jouahri    Edito : PLF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Missing    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»
Publié dans Albayane le 19 - 04 - 2019

Le premier des «3 B» de l'édifice institutionnel mis en place par le pouvoir algérien pour préparer l'élection présidentielle du 4 Juillet prochain mais dont la rue réclame l'éviction avec insistance depuis le «départ» de Bouteflika il y a deux semaines, a démissionné ce mardi ; il s'agit de Tayeb Belaiz, le président du Conseil Constitutionnel.
Restent donc les deux autres «B» ; à savoir Abdelkader Bensalah, le président par intérim et Noureddine Bedoui, le premier ministre. Autant dire que les algériens ne veulent plus que ceux qui ont «travaillé», de près ou de loin et de quelque manière que ce soit, avec le régime de Bouteflika, reviennent aux commandes de l'Etat.
Cette démission, qui n'est pas sans effet, fragilise l'instance déjà chancelante appelée à assurer la continuité de l'Etat. Elle ne peut que contribuer, en outre, à accélérer la chute du gouvernement nommé par l'ancien président deux jours avant son «départ» et à l'attention duquel les manifestants clament «Libérez l'Algérie !», «Le peuple veut qu'ils partent tous !».
Mais alors que les jours précédents, les forces de l'ordre dispersaient violemment les contestataires, ce mardi c'est par milliers que les manifestants – en majorité des étudiants – ont arpenté les rues des villes algériennes en scandant des slogans hostiles au pouvoir sans, toutefois, être inquiétés. Est-ce à dire que le bateau sensé accompagner les algériens jusqu'aux prochaines élections présidentielles risque de couler avant terme ? Il y a bien lieu de le penser en voyant l'homme fort de l'armée changer subitement son fusil d'épaule.
En effet, une semaine après avoir mis en garde les manifestants en les accusant d'être «manipulés» et de porter des revendications «irraisonnables», voilà que, dans une nouvelle allocution, le Général Gaïd Salah, chef de l'Etat Major des Forces Armées, se rétracte et tire ses marrons du feu en se démarquant de l'agressivité affichée la veille par la police dans les rues d'Alger.
Dans son intervention, le patron des forces armées a promis que celles-ci assureront «la protection des citoyens» et veilleront à ce «qu'aucune goutte de sang algérien ne soit versée». Il a saisi cette occasion, également, pour «régler ses comptes» publiquement avec l'ancien patron des services de renseignements, le général Mohamed Médiene, plus connu sous le nom de Général Toufik, en l'accusant, sans toutefois le nommer expressément, «de conspirer» avec l'entourage de l'ancien chef de l'Etat à l'effet d'entraver «les solutions de l'armée et les propositions de sortie de crise».
A noter, aussi, que sur le terrain institutionnel un nouveau front s'est ouvert ce mardi lorsque plus d'une quarantaine de maires – et le chiffre est appelé à «grandir» – ont fait part de leur refus d'encadrer le vote.
Le bateau algérien qui a levé l'ancre, au jour de la démission de Bouteflika, afin de mener les algériens jusqu'aux élections du 4 juillet prochain serait-il en train de prendre de l'eau de toutes parts ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.