Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»
Publié dans Albayane le 19 - 04 - 2019

Le premier des «3 B» de l'édifice institutionnel mis en place par le pouvoir algérien pour préparer l'élection présidentielle du 4 Juillet prochain mais dont la rue réclame l'éviction avec insistance depuis le «départ» de Bouteflika il y a deux semaines, a démissionné ce mardi ; il s'agit de Tayeb Belaiz, le président du Conseil Constitutionnel.
Restent donc les deux autres «B» ; à savoir Abdelkader Bensalah, le président par intérim et Noureddine Bedoui, le premier ministre. Autant dire que les algériens ne veulent plus que ceux qui ont «travaillé», de près ou de loin et de quelque manière que ce soit, avec le régime de Bouteflika, reviennent aux commandes de l'Etat.
Cette démission, qui n'est pas sans effet, fragilise l'instance déjà chancelante appelée à assurer la continuité de l'Etat. Elle ne peut que contribuer, en outre, à accélérer la chute du gouvernement nommé par l'ancien président deux jours avant son «départ» et à l'attention duquel les manifestants clament «Libérez l'Algérie !», «Le peuple veut qu'ils partent tous !».
Mais alors que les jours précédents, les forces de l'ordre dispersaient violemment les contestataires, ce mardi c'est par milliers que les manifestants – en majorité des étudiants – ont arpenté les rues des villes algériennes en scandant des slogans hostiles au pouvoir sans, toutefois, être inquiétés. Est-ce à dire que le bateau sensé accompagner les algériens jusqu'aux prochaines élections présidentielles risque de couler avant terme ? Il y a bien lieu de le penser en voyant l'homme fort de l'armée changer subitement son fusil d'épaule.
En effet, une semaine après avoir mis en garde les manifestants en les accusant d'être «manipulés» et de porter des revendications «irraisonnables», voilà que, dans une nouvelle allocution, le Général Gaïd Salah, chef de l'Etat Major des Forces Armées, se rétracte et tire ses marrons du feu en se démarquant de l'agressivité affichée la veille par la police dans les rues d'Alger.
Dans son intervention, le patron des forces armées a promis que celles-ci assureront «la protection des citoyens» et veilleront à ce «qu'aucune goutte de sang algérien ne soit versée». Il a saisi cette occasion, également, pour «régler ses comptes» publiquement avec l'ancien patron des services de renseignements, le général Mohamed Médiene, plus connu sous le nom de Général Toufik, en l'accusant, sans toutefois le nommer expressément, «de conspirer» avec l'entourage de l'ancien chef de l'Etat à l'effet d'entraver «les solutions de l'armée et les propositions de sortie de crise».
A noter, aussi, que sur le terrain institutionnel un nouveau front s'est ouvert ce mardi lorsque plus d'une quarantaine de maires – et le chiffre est appelé à «grandir» – ont fait part de leur refus d'encadrer le vote.
Le bateau algérien qui a levé l'ancre, au jour de la démission de Bouteflika, afin de mener les algériens jusqu'aux élections du 4 juillet prochain serait-il en train de prendre de l'eau de toutes parts ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.