La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La filière bio est créatrice d'emplois par excellence»
Publié dans Albayane le 19 - 04 - 2019

Al Bayane: Pouvez-vous nous dresser un état des lieux de l'agriculture biologique au Maroc?
Abdelhamid Aboulkassim: Bien que l´agriculture biologique soit encore à ses débuts, je pense qu'il existe aujourd'hui une prise de conscience auprès de tous les acteurs de l'importance de cette filière y compris pour les citoyens. La superficie consacrée à cette agriculture a connu une augmentation significative en atteignant 10 milles ha, sans omettre également 200 milles ha des plantes spontanées, à savoir l'arganier qui est certifié bio et une nappe aromatique et médicinale importante qui est également certifiée.
Cependant, il est à souligner qu'on est encore en retard par rapport à certains pays, notamment en Afrique. Sur le continent africain, il faut avouer qu'il y a des pays qui nous dépassent de loin, tels que l'Ouganda, la Tanzanie ou encore la Tunisie.
En quoi consiste véritablement cette prise de conscience?
J'estime qu'il y a aujourd'hui une volonté manifeste pour développer le secteur. Aussi, faut-il signaler qu'il existe un engouement sans précédent pour cette filière aussi bien au niveau des consommateurs que des producteurs. Il faut dire qu'il y a un potentiel énorme à explorer pour booster encore davantage cette filière.
Quels sont les problèmes que rencontrent les agriculteurs de cette filière?
Il s'agit en fait de problème logistique. Autrement dit, notre principal souci, c'est de trouver les possibilités pour que les producteurs et les consommateurs se rencontrent. Il y a une forte demande de la part des clients, mais vue la pénurie d'espaces destinés à la commercialisation des produits bio, on trouve des difficultés pour que notre produit atterrisse sur la table du consommateur.
Nous sommes appelés à retravailler tout le processus de commercialisation de nos produits. A cela s'ajoute la formation technique qui est importante. En fait, les agriculteurs qui se convertissent à l'agriculture bio, se trouvent souvent prisonniers des méthodes de l'agriculture conventionnelle basée sur le traitement insecticide et fongicide, contrairement à l'agriculture biologique qui requièrent un travail minutieux et de longue haleine et un traitement avec les bio pesticides…
Existe-t-il véritablement une politique publique destinée à l'agriculture bio?
Je pense que l'Etat est conscient de l'importance de booster ce secteur en décidant d'abord de le réguler et ce, à travers la promulgation de la loi n°39-12 relative à la production biologique des produits agricoles et aquatiques. D'ailleurs, l'Etat a intérêt à développer cette culture car c'est un mode de production qui fait appel à toutes les techniques de production non polluantes susceptibles de maîtriser les rendements, améliorer la qualité sanitaire des aliments et protéger la santé humaine et animale. En plus de cela, l'agriculture biologique utilise beaucoup de main-d'œuvre. C'est un secteur potentiel créateur d'emplois par excellence.
Mais les produits bio sont presque inaccessibles pour le consommateur eu égard à la cherté de leurs prix?
Cela est en partie vrai, étant donné que les produits bio sont considérés comme une denrée rare et peu cultivée. C'est une agriculture à risque car la production est moindre. Parfois on peut perdre toute la récolte faute de traitements adaptés. A cela s'ajoute l'absence de magasins spécialisés. Maintenant, nous sommes en négociation avec une chaine d'hypermarchés pour distribuer nos produits vers les grandes villes et nous apporter une assistance logistique. Ainsi, il faut s'atteler à l'amélioration du circuit de commercialisation et valoriser la recherche et développement dans ce secteur.
Quel est véritablement votre rôle en tant que fédérations des agriculteurs bio?
Fimabio a vu le jour le 2 juin 2016. Elle est composée de plusieurs associations, à savoir l'Association nationale des Producteurs de la filière biologique, l'Association nationale pour la valorisation des produits biologiques et l'Association nationale des distributeurs et exportateurs des produits biologiques. D'ailleurs, notre Fédération est reconnue comme le représentant unique de la filière de l'agriculture biologique au Maroc. En fait, notre mission consiste à contribuer à l'élaboration de la stratégie du développement de la filière biologique en concertation avec tous les acteurs de la filière, la vulgarisation des règles et les normes relatives à la qualité, la promotion des bonnes pratiques en matière d'organisation, de protection et de préservation de l'environnement auprès des professionnels et le renforcement des actions de communication et de promotion des produits biologiques, entre autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.