Lutte contre la corruption. Le plan d'action de 2020 finalisé    Fès: Arrestation d'un élève pour fausse alerte à la bombe    Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Kamal Hachkar: Il n'y a pas de fatalité à la grande Histoire    FIFM : Les membres du jury semblent attachés l'un à l'autre    FIFM : Les Ateliers de l'Atlas dotent des films de 640.000 dirhams    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    Oued Chbika: Samih Sawiris fait de nouveau son show…    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad rate le coche à domicile, le Raja se ressaisit à Kinshasa    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Téléphonie: Realme 5, nouveau champion de l'entrée de gamme    Mohsin Attaf décroche la médaille d'or du "Borneo open judo championship"    Aourir, une commune mutilée!    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    ORMVA Gharb : Une bonne performance opérationnelle à fin novembre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Edito : La chance de choisir    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le PPS dans l'opposition
Publié dans Albayane le 20 - 11 - 2019

Il faut souligner de prime abord que la décision prise par le CC, à une large majorité, de sortir du gouvernement a été une décision sage ne serait-ce que par le fait qu'elle nous permet de nous pencher sur l'état de santé de notre parti qui commence à montrer des signes apparents de fatigue, perd de sa vigueur et de sa combativité et s'éloigne quelque peu des masses populaires qu'il est censé représenter.
Il faut rappeler que le parti ne découvre pas l'opposition, il y a passé plus d'un demi-siècle contre 21 ans au gouvernement. Ce qui lui donne suffisamment de ressorts pour passer d'une phase à une autre. D'ailleurs, il a réussi parfaitement son premier test lors du processus d'examen du PLF 2020. Sans tomber dans la surenchère stérile ou verser dans le populisme primaire, le groupement parlementaire du PPS a fait preuve à la fois de pondération et de fermeté en fonction des thèmes débattus. A chaque fois qu'une mesure va pas dans le sens de l'intérêt national et répond aux besoins des couches populaires, il n'a eu de gêne de la soutenir. Et vice versa.
Il nous appartient aujourd'hui d'affermir davantage ce choix démocratique et d'assurer le passage vers l'opposition. Dans ce sens, un effort particulier doit être fait au niveau de la formation notamment des jeunes adhérents et des élus qui sont en contact permanent avec la population et les représentants des autres forces nationales. Un retour aux fondamentaux s'impose plus que jamais. Ce qui ne signifie, en aucune manière, d'opter pour un «repli idéologique» pour se sentir à l'aise dans un certain conformisme intellectuel. Au contraire, face à la désaffection du politique et de l'éloignement des jeunes des partis politiques, nous sommes appelés à améliorer notre offre politique pour la rendre plus attractive et captivante.
C'est ainsi que notre référentiel idéologique, qui demeure valable dans son ensemble, mérite un examen critique comme nous l'avions toujours fait lors de nos congrès précédents. Il est vrai que l'application des principes du socialisme, tel que nous le concevons et pour lequel nous plaidons, est tributaire de l'état des rapports de forces. Mais en même temps, nous ne saurions accepter le fait que dans notre pays domine un certain capitalisme que d'aucuns n'hésitent pas à qualifier de connivence, un capitalisme dominé par l'économie de rente au mépris des règles de la concurrence. C'est pour cela que le parti doit tout déployer, en coordination avec les autres forces du progrès et en s'appuyant sur le mouvement social, pour l'avènement d'une alternative démocratique et progressiste.
Le parti se doit d'être présent plus que jamais dans le mouvement social et participer, sans se voiler la face, à son combat pour donner plus de sens aux revendications populaires dès lors qu'il les juge légitimes et réalistes. Si le parti ne le fait pas, avec constance, détermination et esprit de suite pour en faire son cheval de bataille, ce sont d'autres milieux, appartenant le plus souvent aux extrémistes de gauche et de droite, qui le feraient. Avec les conséquences que l'on sait. Pour ce faire, les organisations du part, à tous les niveaux doivent travailler à plein régime et sans relâche.
Le Bureau Politique ferait mieux de déplacer, autant que faire se peut, ses réunions hebdomadaires vers les différentes villes. Par ailleurs, Il faut trouver le moyen de faire participer davantage les membres du CC pour qu'ils ne se sentent pas, à tort d'ailleurs, appartenir à une structure qui s'apparente à une «chambre d'enregistrement». Enfin, nous avons besoin de toutes les militantes et de tous les militants, un effort de réconciliation doit être entrepris sans exclusive aucune et sans porter de jugements hâtifs sur tel ou tel militant.
Un parti, comme le nôtre, n'est pas fait pour travailler en vase clos. Il doit être ouvert non seulement à l'ensemble des militants mais aussi à tous les sympathisants et à toute personne souhaitant apporter sa contribution sans pour autant qu'elle partage l'ensemble de nos positions et adhère à notre référentiel idéologique. L'expérience a montré que c'est dans le combat social sur le terrain qu'on découvre les meilleurs éléments sur lesquels il faudra compter à l'avenir.
La question des alliances est stratégique. Elle doit être clarifiée pour ne pas se tromper d'ennemi. Si notre alliance avec les forces se réclamant d'une sensibilité de gauche et celles qui ont une identité nationale bien affichée – ce qui correspond à l'ancienne Koutla démocratique- ne pose aucun problème et n'en a jamais posé par le passé, on ne doit pas faire l'économie d'une réflexion sur les contradictions qui traversent la société marocaine. Une réflexion de fond s'impose sur les relations entre le grand capital et l'islam politique. Malgré leurs divergences apparentes sur certaines questions, force est de constater plutôt une convergence d'intérêts et une alliance objective entre ces deux composantes. Pour faire court, disons que tous les marginalisés, les chômeurs et les laissés pour compte produits par le système constituent une «armée industrielle de réserve» pour le grand capital et une «armée de réserve électorale» pour l'islam politique. C'est le danger qui guette la société marocaine et l'une des causes de son blocage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.