Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coupe de France: Nayef Aguerd de retour dans le groupe dijonnais    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    PAM : Abdesslam Boutayeb annonce sa candidature au poste de Secrétaire général du parti    Marathon international de Marrakech: Victoire de Hicham Laquahi    Négociations post-Brexit: Barnier met en garde contre une rupture brutale    Aït Bennasser : On verra pour mon avenir en fin de saison    Rumeurs de nouveaux compteurs électriques, le démenti formel de l'ONEE    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Football féminin : Le Maroc affronte la Tunisie en amical    Hand-CAN 2020 : Le Maroc décroche son billet pour le Mondial    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    Conférence initiée par la CDG à Rabat : De la transformation structurelle pour booster la croissance    Décès d'une détenue au centre hospitalier Al Ghassani de Fès : la mise au point de la DGAPR    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le PPS au Parlement
Publié dans Albayane le 08 - 12 - 2019

Le marasme et la lenteur économiques risquent de réduire à néant les prévisions du PLF2020
La conjoncture politique et sociale que traverse le pays n'est guère encourageante (vulnérabilité, blocage, perspectives obscures). Economiquement parlant, elle est marquée par un ralentissement de la croissance et un marasme économique, qui risquent de réduire à néant les prévisions peu ambitieuses du Projet de loi de finances 2020, a souligné le conseiller parlementaire Addi Chajri (PPS).
Intervenant lors de la séance plénière, consacrée jeudi 5 décembre par la Chambre des Conseillers, à l'examen de la première partie du projet de loi de finances 2020, le conseiller a rappelé que l'examen de l'actuel projet de loi de finances se poursuit, alors que le pays s'apprête à se doter d'un nouveau modèle de développement, devant lui permettre, conformément aux hautes orientations royales, de réduire notamment les disparités sociales et territoriales.
L'échec de l'actuel modèle de développement fait désormais l'unanimité de tous, à l'exception toutefois du chef du gouvernement qui se félicite, dans ses réponses aux questions des parlementaires, des exploits et des succès de l'action menée par son équipe, des projets réalisés et de leur parfaite convergence.
Selon ses dires, il n'y a ni crise, ni dysfonctionnement au niveau du modèle de développement en vigueur, dont l'essoufflement et l'échec patent sont reconnus au plus haut niveau. Et c'est ce que confirment d'ailleurs les données statistiques et comptables des organismes spécialisés de l'Etat.
C'est dans ce climat que l'actuel projet de loi de finances 2020 est confectionné, à l'issue notamment des troisièmes Assises nationales de la fiscalité, dont les recommandations sont tout simplement ignorées par le PLF 2020.
Pour redresser la situation et relever les défis qu'il affronte, le Maroc est en effet appelé à élaborer un nouveau modèle de développement performant, à donner une nouvelle impulsion aux grands projets de développement, à mettre en œuvre les lois organiques requises, à parachever le chantier législatif (secteurs sociaux, fiscalité, élections) et à faire en sorte que le projet de loi de finances, en tant qu'outil annuel, s'inscrive dans cette dynamique d'ensemble, a expliqué le conseiller.
Ce qui n'est pas le cas de l'actuel projet de loi de finances 2020, dont les dispositions sont loin de répondre aux besoins croissants des différentes couches sociales, a-t-il dit, soulignant que le projet en question est démuni de toute initiative créative et courageuse et de toute vision, fondée sur un discours politique clair qui définit les éléments de cadrage du travail gouvernemental.
Trois notions définissent en gros le PLF 2020, selon lui, à savoir la peur qui se nourrit du manque de confiance, l'iniquité ou le sentiment d'injustice, qui s'expriment à travers l'absence de justice et d'équité et l'attentisme, qui traduit l'absence d'audace et de l'initiative.
Ce qui a amené le conseiller à se poser la question de savoir pourquoi a-t-on procédé au dernier remaniement gouvernemental. Mais quelle est la plus value d'une telle opération?, s'est il interrogé.
Explicitant davantage les trois caractéristiques du PLF2020, Chajri a indiqué que l'attentisme qui marque la conjoncture devait plutôt inciter le gouvernement à élaborer un projet ambitieux capable de rétablir la crédibilité de la politique et d'initier une dynamique à travers la participation de tous et l'ouverture d'un dialogue public responsable au sujet du nouveau modèle de développement en cours d'élaboration.
C'est précisément cela qui fait défaut au projet, alors que le chômage s'accentue, l'enseignement se détériore au même titre que la santé et les services publics et la classe moyenne continue de s'effriter, explique-t-il.
La peur de l'avenir et la perte de confiance de part et d'autre s'expliquent par le fait que les considérations sécuritaires occupent une place prépondérante dans l'actuel PLF2020 au détriment des besoins sociaux de la population, a-t-il ajouté.
Les secteurs à caractère sécuritaire (interne et externe) s'accaparent le tiers du budget, soit 77 milliards de dirhams au total contre 97 milliards de Dirhams pour les services de la dette et 91 milliards aux deux secteurs de la santé et de l'éducation nationale, de la formation professionnelle et de l'enseignement supérieur, (que d'aucuns taxent injustement d'être trop couteux pour le budget de l'Etat ndl).
Une telle tendance liée au manque de confiance touche de plein fouet le secteur privé, a-t-il encore estimé.
Cette absence de confiance explique aussi dans une grande mesure pourquoi le PLF2020 ne prévoit pas de mesures globales pour améliorer le pouvoir d'achat des citoyens, a-t-il fait savoir.
Ce sentiment d'injustice de plus en plus répandu parmi les citoyens est également aggravé par les mesures d'amnistie prévues au profit des fortunes illicites et de l'Etat dont les biens sont désormais insaisissables en vertu de l'article 9 du projet.
En attendant, a-t-il déploré, certaines parties ont déjà engagé les gros moyens pour remporter coute que coute les prochaines élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.