Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!
Publié dans Albayane le 26 - 02 - 2020

Faut-il blâmer l'action laborieuse qui ne cesse de se faire valoir dans la capitale du Souss depuis trois années déjà?
Verser dans la dénégation sur ce qui s'accomplit, en dépit des contraintes, ce serait injuste et en rupture avec la réalité. Seuls les renégats voire encore les nihilistes ont l'habitude de se plaire dans ce genre d'exercice morose ! On a parfois tendance à médire et maudire tout travail,rien que pour démolir un fait ou tirer sur tout ce qui bouge, au moindre brin de volonté de bien faire.
Par-ci, un blogueur «louche» s'ingénie à dénicher la petite bête dans la pénurie d'une poubelle ou le défaut d'un trottoir. Par là, un casseur du «grand soir» joue les trouble-fêtes quoiqu'on fasse de bon, de beau et de bien. On ne s'arrête jamais de ne voir que la partie vide du verre ! Voltaire, l'illustre philosophe tricolore, lançait un jour, cette citation de haut enseignement : «La discorde est le plus grand mal du genre humain, la tolérance en est le seul remède !».
Il est bien évident que, durant ces trois années, tout n'a pas été fait encore. Mais, faut-il bien le reconnaître, ce qui est fait, en ce laps de temps, ne saurait guère être négligeable.
Lentement mais sûrement, la ville se relooke, en matière de refonte de voirie, d'accessibilité, de reboisement, de verdure, de luminosité, d'aménagement…
Un effort qui s'accomplit au grand jour, sans fard ni fanfare, souvent sous les coups bas des alarmistes malveillants.
De l'autre côté, en parfaite accointance avec les diverses composantes de la région, le stratège, en fin connaisseur de la gestion inclusive et édifiante, s'attelle à parfaire, avec brio et maestria, le sillon magistral d'une ville en chantier permanent. Il met sur les rails le train d'un CRT en déroute, des lustres durant. De ce fait, la chose touristique s'en va sillonner son train-train de chemin, dans l'ordre et surtout la légalité retrouvée. Il met du punch, à souhait, dans les turbos de l'économie, en activant, à cadence galopante,la floraison du plan d'accélération industrielle, vers l'univers des investissements…
On se limitera là-dessus, à vanter toutes les performances plausibles, de crainte de lasser les lecteurs ou encore enrager les récalcitrants ! A lire ces propos plutôt optimistes pour une cité qui a perdu de sa notoriété de naguère, on reprocherait, peut-être cette connotation «entachée» de complaisance. Tout en étant parfois assez «virulent», car «qui aime bien, châtie bien !» dirait l'autre, on ne doit que «rendre à César ce qui appartient à César !», est-on aussi accoutumé à le brandir haut et fort et à se munir de reconnaissance envers ceux qui le méritent.
Des fois, on a plutôt l'air d'ignorer une qualité de jugement qu'est le réalisme et fait concéder à autrui, surtout aux responsables aussi bien administratifs que représentatifs, des sentences injustes, voire destructives. On est surtout empressé d'embrasser les perfections, tout en omettant ou faisant semblant d'omettre les entraves qui se dressent sur le chemin des succès. Sur ce, on peut toujours être critique, mais également pragmatique pour s'interdire à être trop despotique!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.