Examen de la coopération sécuritaire maroco-américaine    Josep Borrell brise les rêves du Polisario et de l'Algérie    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Le Maroc émet avec succès un emprunt obligataire de 1 milliard d'euros en deux tranche    Médicaments covid-19, la rupture est confirmée    Grand oral du Maroc à Genève sur la politique des services    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Enzo Zidane proche du Wydad de Casablanca    Messi, prié de rester au Barça mais privé de sa garde rapprochée    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Vaccin anti-Covid19: la Chine veut produire 610 millions de doses par an    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Dislog Group consolide son portefeuille de marques avec « Fine »    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!
Publié dans Albayane le 26 - 02 - 2020

Faut-il blâmer l'action laborieuse qui ne cesse de se faire valoir dans la capitale du Souss depuis trois années déjà?
Verser dans la dénégation sur ce qui s'accomplit, en dépit des contraintes, ce serait injuste et en rupture avec la réalité. Seuls les renégats voire encore les nihilistes ont l'habitude de se plaire dans ce genre d'exercice morose ! On a parfois tendance à médire et maudire tout travail,rien que pour démolir un fait ou tirer sur tout ce qui bouge, au moindre brin de volonté de bien faire.
Par-ci, un blogueur «louche» s'ingénie à dénicher la petite bête dans la pénurie d'une poubelle ou le défaut d'un trottoir. Par là, un casseur du «grand soir» joue les trouble-fêtes quoiqu'on fasse de bon, de beau et de bien. On ne s'arrête jamais de ne voir que la partie vide du verre ! Voltaire, l'illustre philosophe tricolore, lançait un jour, cette citation de haut enseignement : «La discorde est le plus grand mal du genre humain, la tolérance en est le seul remède !».
Il est bien évident que, durant ces trois années, tout n'a pas été fait encore. Mais, faut-il bien le reconnaître, ce qui est fait, en ce laps de temps, ne saurait guère être négligeable.
Lentement mais sûrement, la ville se relooke, en matière de refonte de voirie, d'accessibilité, de reboisement, de verdure, de luminosité, d'aménagement…
Un effort qui s'accomplit au grand jour, sans fard ni fanfare, souvent sous les coups bas des alarmistes malveillants.
De l'autre côté, en parfaite accointance avec les diverses composantes de la région, le stratège, en fin connaisseur de la gestion inclusive et édifiante, s'attelle à parfaire, avec brio et maestria, le sillon magistral d'une ville en chantier permanent. Il met sur les rails le train d'un CRT en déroute, des lustres durant. De ce fait, la chose touristique s'en va sillonner son train-train de chemin, dans l'ordre et surtout la légalité retrouvée. Il met du punch, à souhait, dans les turbos de l'économie, en activant, à cadence galopante,la floraison du plan d'accélération industrielle, vers l'univers des investissements…
On se limitera là-dessus, à vanter toutes les performances plausibles, de crainte de lasser les lecteurs ou encore enrager les récalcitrants ! A lire ces propos plutôt optimistes pour une cité qui a perdu de sa notoriété de naguère, on reprocherait, peut-être cette connotation «entachée» de complaisance. Tout en étant parfois assez «virulent», car «qui aime bien, châtie bien !» dirait l'autre, on ne doit que «rendre à César ce qui appartient à César !», est-on aussi accoutumé à le brandir haut et fort et à se munir de reconnaissance envers ceux qui le méritent.
Des fois, on a plutôt l'air d'ignorer une qualité de jugement qu'est le réalisme et fait concéder à autrui, surtout aux responsables aussi bien administratifs que représentatifs, des sentences injustes, voire destructives. On est surtout empressé d'embrasser les perfections, tout en omettant ou faisant semblant d'omettre les entraves qui se dressent sur le chemin des succès. Sur ce, on peut toujours être critique, mais également pragmatique pour s'interdire à être trop despotique!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.