Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Visites de feu SM Mohammed V à Tanger et à Tétouan    Courriers et colis destinés à l'international : Barid Al-Maghrib prévoit des changements    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Lévinas, le visage, l'humanité    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Solidarité nationale : OLA Energy Maroc se mobilise    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Présidence du Ministère public : Appel à l'application stricte des dispositions sur le port de masque    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





60e anniversaire du séisme d'Agadir
Publié dans Albayane le 28 - 02 - 2020


Du drame à la reconstruction et la renaissance
Il y a aujourd'hui 60 ans, jour pour jour, ce triste 29 février 1960, en plein mois sacré du Ramadan, que le tremblement de terre d'Agadir s'est produit. D'une magnitude de 5,7 sur l'échelle de Richter, la secousse s'est produite à 23h40 et a duré 15 secondes. A la fin du tremblement, Agadir ne fut que ruine. Plongés dans l'obscurité, les Gadiris ont été touchés : un tiers de la population, soit 15.000 personnes sont mortes, les autres, environ 25.000 ont été blessées. C'est le tremblement de terre le plus meurtrier de l'histoire du Maroc. Les quartiers les plus proches de la montagne ont été totalement détruits. A l'inverse, le port et la base navale ont peu souffert et ont servi de refuge aux survivants.
Le quartier du Talbrojt fut détruit à près de cent pour cent. Il ne reste pas pierre sur pierre. Le minaret qui dominait cette partie de la ville a été abattu et ressemblait à la tour d'Hassan de Rabat, détruite dans des circonstances semblables au 17 e siècle.
Même la casbah qui, au sommet de la montagne, s'élève au-dessus d'Agadir et qui faisait l'admiration des touristes en croisière, a été rasée.
Après le tremblement, à Agadir la panique régnait. Les dix hôtels de la station balnéaire ont été détruits. De nombreux touristes se sont retrouvés prisonniers de dalles de béton qui ont écrasé toutes les chambres.
Un immeuble de dix étages, connu sous le nom de Building Consulaire n'est plus qu'un tumulus de deux ou trois mètres de haut, où ont été emprisonnées toutes les familles qui y dormaient quand le séisme s'est produit.
Tout le monde, sans exception, a été frappé. Le gouverneur de la ville, M. Bouamrani, a perdu trois enfants; le consul de France, M. Jeudi, pleure son fils Philippe; le commandant de la gendarmerie royale ne reverra plus sa petite fille; des familles entières ont péri.
Les secours furent rendus très difficiles, car les hommes des trois compagnies de l'armée marocaine, stationnées à Agadir, étaient eux-mêmes bloqués par les décombres de leurs cantonnements. Il en fut de même pour les gendarmes dont l'immeuble a été détruit. Le même sort fut réservé aux deux tiers des effectifs de la police dont les bâtiments sont soit démolis soit gravement endommagés.
Feu S.M le roi Mohammed V s'est rendu sur les lieux de la catastrophe naturelle. Il avait désigné, son prince héritier Moulay Hassan pour diriger les opérations de sauvetage. Le prince héritier a alors déclaré à la presse qu'«il faudra raser la ville pour en construire une autre. Il faudrait que vous journalistes étrangers, vous soyez nos interprètes auprès des autres nations pour qu'elles manifestent leur esprit de solidarité et que l'on puisse d'ici un an reconstruire Agadir».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.