Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    Essaouira, nouvel eldorado du tourisme    HSEVEN lance un programme de mentorat pour les porteurs innovants    Covid19: L'hydroxychloroquine interdite en France    Fonds spécial: Les pharmaciens de Casablanca participent    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Noussair Mazraoui tout proche d'un accord final avec l'AC Milan    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Reprendre, oui mais comment ?    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    La conjonction de tous les risques    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Coronavirus: 24 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 7601 cas cumulés au total    Seule et unique voie pour le salut, la démocratie    La reprise n'est pas pour demain!    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Sahara marocain: L'Initiative d'Autonomie est la seule solution    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Qu'en pensent les professionnels du secteur?    Le sud-africain PIC prend une participation de 13% dans Aradei Capital    Le Maroc est le pays de l'Afrique du Nord qui « maîtrise le mieux le coronavirus »    Agriculture: les exportations de primeurs en hausse de 8%    Coronavirus : 7 nouveaux cas, 7.584 au total, mercredi 27 mai à 10h    Chelsea : L'algérien Saïd Benrahma pour épauler Hakim Ziyech ?    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Maroc, de quoi avons-nous peur?    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lire, voir, écouter…méditer
Publié dans Albayane le 09 - 04 - 2020

Le confinement renvoie à première vue à une situation statique synonyme notamment d'inactivité. Mais c'est juste une impression…fausse de surcroit ! En effet le confinement peut se conjugue dans une série de verbes d'action, les plus pertinents sont : lire, voir, écouter…et, autant que possible se peut, écrire.
Il faut lire. Sur support papier de préférence, se déconnecter des réseaux ; s'émanciper de ce que nous impose l'algorithme. Lire car l'intelligence se développe sans cesse par la variété du menu que nous lui servons. Elle risque la sclérose si elle n'est servie que des mêmes ingrédients…les réseaux dits «sociaux» par exemple. Il faut lui proposer un programme généreux : lire, voir, somnoler, contempler, fixer le vide…bref être curieux. Sauf qu'en plus, la lecture revêt de plus en plus une dimension stratégique et relève de mesure de salubrité publique.
Il faut en effet transformer toute opportunité conjoncturelle, par exemple le confinement aujourd'hui, le ramadan demain inchallah, en une occasion historique pour lire, voir, écouter…pour interroger les principaux paradigmes de la pensée ou du moins les concepts véhiculés par le discours quotidien et qui meublent l'horizon de l'action sans grande conviction. Des concepts dont la pertinence de l'usage est inversement proportionnelle au sens que chacun lui prête. Une forte visibilité sans grande lisibilité. Donnant alors souvent l'impression d'une coquille vide qui renvoie à un désir d'évacuer le débat d'un contenu réel.
Cette stratégie n'exclut pas le plaisir, il en est même, si j'ose dire, le carburant. Le plaisir de prendre un livre entre les mains ou celui de voir le générique de début qui ouvre un film…deux moments qui instaurent un horizon d'attente ouvert sur le rêve, l'imagination et la réflexion.
Quel programme alors s'offrir ? Je défends l'idée de la variété et de l'éclectisme. De l'ouverture et de l'altérite. Pour les films comme pour les livres et la musique j'alterne en ce moment les genres, les formes, la langue d'expression. Polar, essai, fiction, documentaire…comédie, western, thriller…musique classique, populaire.
Côté roman policier, je reste fidèle à mon auteur préféré, Michael Connely, le plus grand auteur de polar non seulement aux Etats-Unis mais dans le monde. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, rattrapez vite ce retard en commençant par son chef d'œuvre, Le Poète. Pour ma part j'en suis à un huitième roman de sa riche production. Il s'agit de Une ville en feu où l'intrigue, toujours efficace s'inscrit, dans le contexte des émeutes qui avaient mis Los Angeles à feu et à sans au début des années 1990.
Le polar côtoie sur ma table Les mémoires de feu Abderrahim Bouabid, «Témoignages et réflexions». Un premier volume couvrant la période 1944- 1961 comportant une première partie avec le regard de cet acteur majeur de la vie politique marocaine contemporaine et une partie proposant des documents historiques (notes, rapports, déclarations de leaders…) venant étayer et illustrer les propos de Maître Bouabid. Avec notamment le récit palpitant de l'épisode crucial de la gestion de la fin du protectorat et le retour de feu Mohammed V. Une plongée dans les méandres de pratiques politiciennes, chargées de malentendus, d'ambigüités et de manipulations qui marqueront à jamais le devenir du pays.
Un autre livre de souvenirs, Une vie de cinéma de Michel Ciment, célèbre critique de cinéma français et directeur de la revue Positif. Cinéma toujours avec une excellente monographie d'un cinéaste américain controversé «Elia Kazan ou la confusion des sentiments (ouvrage collectif). Auteur au sens plein du mot mais dont la carrière a été longtemps entachée par l'épisode de son témoignage contre ses amis devant la commission maccarthyste. Encore une fois le débat sur l'homme et son œuvre.
Côté voir, je vous invite tout simplement à profiter à fond de l'initiative citoyenne du Centre cinématographique marocain qui a mis en ligne une vingtaine de films marocains offrant un large panorama de la variété et de la diversité du cinéma marocain qui va de Abdelah Ferkouss à Tala Hadid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.