La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Loi de Finances: Les doléances de la FMF    Conseil de la concurrence: 50% des décisions et avis portent sur les concentrations    Yamed Capital livre les premières villas du projet Terre Océane    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    Covid19: Plus de 16.000 cas au Maroc    Covid-19: Ait Taleb prévient contre le relâchement    ENCG, ENSA, médecine... encore plus de places à prendre!    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Du sang neuf à SG Maroc    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Tanger en état d'alerte    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La reprise n'est pas pour demain!
Publié dans Albayane le 27 - 05 - 2020


Khalid Darfaf
La presse écrite doit s'attendre à des jours difficiles. C'est le moins que l'on puisse dire en l'absence d'une visibilité claire. Surtout dans un environnement économique devenu de plus en plus incertain et où les éditeurs de journaux n'ont plus d'emprise sur l'avenir. Il faut dire que ce secteur subissait de plein fouet la crise avant même le déclenchement de la pandémie Covid-19 qui a aggravé davantage la situation financière des entreprises de presse.
En plus, la reprise des activités ne peut pas se faire sur la base d'une déclaration du chef de département de tutelle, Othman El Ferdaous, postée sur le compte Facebook. Loin de là, le problème demeure complexe voire structurel et ne peut pas être réglé d'un trait de plume. D'ailleurs, la société chargée de la distribution des journaux (SAPRESS), acteur incontournable du processus de vente, a indiqué que sa stratégie prévoyait une reprise à partir du 10 juin, soit la fin du confirment sanitaire imposé par les autorités publiques.
Pour cet organe, la situation est maintenant plus grave qu'auparavant après deux mois et demi de suspension des magazines et des journaux papiers et vu aussi l'absence d'une vision claire pour la sortie de crise, lit-on en substance dans une lettre adressée aux éditeurs.
Noureddine Miftah, président de Commission entreprise de presse et mise à niveau du secteur, auprès du Conseil national de la presse (CNP), a indiqué que la reprise requiert avant tout une consultation de parties concernées et un climat motivant. Ceci étant, la reprise des activités du secteur est impossible pour l'heure, voire synonyme de pertes inestimables.
Même son de cloche chez Fatima Zahra Ouriaghli, Directrice générale du groupe et de l'hebdomadaire Finances News, qui a souligné dans une déclaration à Al Bayane, l'impossibilité de la reprise dans l'état actuel des choses. En fait, la question qui se pose est la suivante : est-ce que toutes les conditions sont réunies pour que l'on puisse évoquer le scénario de la reprise de l' édition du journal papier? Pour elle, il serait aberrant de demander aux imprimeries de reprendre le travail alors que la pandémie est toujours là.
Cela nécessite avant tout, toute une préparation aussi bien au niveau logistique que celui relatif à l'organisation du travail, a-t-elle insisté. Autre facteur de blocage, a-t-elle poursuivi, celui de la fermeture des kiosques et des points de ventre, sans omettre la suspension du transport interurbain. En termes plus clairs, la reprise du secteur doit aller de pair avec le plan de déconfinement, a martelé notre interlocutrice.
«Qui va nous lire aujourd'hui au moment où les entreprises et établissements administratifs sont en confinement et toutes les procédures sont dématérialisées», s'est-elle interrogée. Abondant dans le même ordre d'idées, la directrice de publication Finances News a mis l'accent sur la situation financière des entreprises de presse, gravement impactée par les effets de la pandémie.
Outre le rétrécissement drastique du marché publicitaire, étant donné que plusieurs annonceurs ont annulé leurs commandes, d'autres tergiversent de payer leurs échéances sous prétexte de la crise, a-t-elle conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.