Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Déconfinement progressif: Gare aux dérapages
Publié dans Albayane le 08 - 06 - 2020

C'est donc le début de la fin. C'est donc l'amorce d'un retour à «la normale». La vie va enfin reprendre, après plusieurs mois d'attente, de confinement et de peur. Les commerces reprennent leurs affaires. Les mosquées, les cafés, les restaurants, les magasins, les transports…, avec plus de liberté de circuler.
Enfin, les gens vont pouvoir respirer derrière leurs bavettes. En presque quatre mois de lutte, de combat et de vigilance de tous les instants, nous en sommes aujourd'hui à annoncer que l'épisode coronavirus pourra faire bientôt, partie du passé. Un passé lourd, certes, mais nous avons des raisons solides d'être satisfaits de ce que le Maroc et les Marocains ont réalisé durant toute cette terrible période. Presque un sans faute qui fait pâlir les plus grandes puissances, submergées par le virus et ses conséquences fatales.
On ne le dira pas assez, le Maroc a pu faire face à la pandémie avec un réalisme et une efficacité qui forcent l'admiration. Le corps médical a fait preuve d'une grande maîtrise. Les autorités ont démontré leur savoir-faire. Les décisions prises ont frôlé l'excellence, malgré quelques couacs et certaines sorties de pistes, certes éparses, et sans incidence. Tant mieux. En quatre mois, le Marocain que l'on disait indiscipliné, a mis du sien et s'est montré responsable. Pas tout le temps, pas tout le monde, pas partout, mais dans sa globalité, la population marocaine a, tout de même, pris la mesure du danger et a réagi en conséquence.
Evidemment, les brebis galeuses, les réfractaires, les irresponsables, ceux qui ont cru à un jeu de télé-réalité, ont aussi revendiqué leur droit à la bêtise nocive, mais, en gros, le virus a été cerné de toutes parts. Il y a eu des arrestations. Les services de l'ordre ont adopté à juste titre une politique de zéro tolérance. Et les résultats sont là. Le bilan est fait. Tout est sous contrôle.
Jusque-là tout va bien
Mais maintenant, c'est une autre étape qui se décide. On sort progressivement du confinement. Ce qui implique encore davantage de précautions. Car l'erreur à ne pas faire est de croire que c'est fini. Que c'est un épisode bouclé. Et qu'une page est tournée. Loin de là. Rien n'est fini. Pour les autorités et les spécialistes, c'est là que le plus dur commence. Déconfiner, c'est un grand pas vers une reprise à tous les niveaux. Mais cette reprise doit être prise avec beaucoup de vigilance.
C'est à partir d'aujourd'hui que tous les Marocains sont appelés à faire preuve d'une véritable discipline doublée d'une grande rigueur et d'une exigence sans faille vis-à-vis de soi, d'abord et à l'égard des autres. Les gens se posent des questions très légitimes : ouvrir les cafés, n'est-ce pas là un énorme risque connaissant le Marocain qui adore y passer toute la sainte journée, entouré de toute une clique? Les uns et les autres vont-ils tous porter leurs masques ? Vont-ils respecter au moins les 2 mètres voire plus de distance les uns des autres ? Et les restaurants, vont-ils se contenter de faire des livraisons? D'ailleurs, il y'en avaient qui assuraient ce type de service durant presque toute la période du confinement.
Et dans les mosquées, comment les priants vont-ils faire, prier à dix, à vingt, à cent ? Et les transports? On pense aux taxis blancs, à titre d'exemple : c'est juste un passager à l'arrière ou ce sont les six comme à l'accoutumée ? Et dans les superettes, les grandes surfaces, les hammams, les souks, les marchés, les Fast Food, les stations-services, les kissariates, les salles de sports, dans les petits commerces, chez les menuisiers, les tapissiers, les cordonniers, les snacks et d'autres lieux où les populations peuvent s'agglutiner, être les uns sur les autres, littéralement, comment va-t-on faire? Comment les choses vont-elles se faire, concrètement? Nous avons tous été témoins de scènes plus ou moins surréalistes, en plein pic de la pandémie où certains quartiers, certaines ruelles, certains souks affichaient complet, comme si de rien n'était.
Avec le couvre-feu, avec toutes les bonnes mesures prises, il y a eu des spectacles pour le moins étranges. Maintenant que les uns et les autres pensent que c'est fini, qu'un retour aux vieilles habitudes est permis, cela risque de déraper, dans tous les sens. C'est l'été, ne l'oublions pas. Comment seront les plages et les piscines et autres clubs privés ? Sans vouloir être alarmiste, on jette juste un regard dans la rue aujourd'hui et on constate un certain relâchement, une certaine nonchalance, une forme de fatalisme qui voudrait qu'après quatre mois de rigueur et de discipline, on se dit : le pire est derrière nous.
C'est plutôt le contraire : le pire peut être devant nous. On risque de ruiner tous ces mois d'excellent boulot. On risque de se faire contaminer et de contaminer les autres en pensant que c'est fini. Non, ce n'est pas fini. Ce n'est fini nulle part au monde. Le virus est toujours là. Il y a toujours des cas enregistrés. Chacun de nous reste exposé. Même confiné à cent pour cent, avec des restrictions draconiennes, les risques étaient majeurs. Imaginez que l'on pense que c'est maîtrisé et que l'on peut sortir comme on veut, aller se regrouper, aller visiter les familles en groupes, aller se baigner par milliers, aller prier à faire éclater les lieux de culte, c'est aller droit dans le mur. C'est aujourd'hui qu'il faut redoubler de précautions, à tous les niveaux. C'est aujourd'hui qu'il faut faire montre de grand sens de la responsabilité.
C'est aujourd'hui que nous sommes sommés de respecter toutes les règles d'hygiène, de comportement en société et surtout les directives des autorités gouvernementales et sanitaires. C'est aujourd'hui qu'il faut se dire que tous les acquis de ces quatre derniers mois de lutte, à tous les étages, doivent nous servir de socle pour nous protéger et protéger les autres, encore plus. C'est aujourd'hui qu'il faut montrer au monde que les Marocains ont compris que ce ne sont pas les ordres stricts des autorités qui ont sévi, mais aussi le civisme, la maturité, le sens aigu des responsabilités par temps de grave crise pour le bien de tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.