Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    PLF 2021 : L'immobilier, un secteur abandonné...par le gouvernement    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Météo: formations brumeuses et temps frais ce mardi    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    Ahmad Ahmad lourdement sanctionné par la FIFA    Aéroport de Marrakech: baisse du trafic aérien à fin octobre 2020    La Mauritanie assouplit son visa pour les entrepreneurs marocains    #Démasquons_la_violence : 16 jours contre les violences faites aux femmes    Stratégie nationale de vaccination anti-Covid19 : Ait Taleb fait le point    Coronavirus au Maroc: la situation lundi 23 novembre    Hooligans : Interpellation de 13 supporters de football à Casablanca    Après Agadir, une autre ville mise sous cloche    Le Maroc réitère son attachement à la Convention sur les mines anti-personnel    Holmarcom s'allie à un danois pour se développer en Afrique    Milan et Ibrahimovic, fortes têtes à Naples    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Visa for Music 2020. Une édition digitale sous le signe de la résilience    Danone prévoit la suppression de 1 500 à 2 000 postes    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Pep Guardiola prolonge son contrat à Manchester City    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    La consommation excessive de viandes rouges et transformées, de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Mise en garde contre les conséquences de la violation du cessez-le-feu par le polisario    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    «Je te quitte», premier clip de la chanteuse Amina    La galerie 38 accueille son univers    Le FICMEC aura lieu du 14 au 19 décembre    Liverpool refroidit Leicester, Arsenal inquiète    Le Napoli rate sa chance, l'AC Milan seul leader    Pedro Sanchez. Le Maroc sous pression migratoire    Botola Pro : Une nouvelle identité visuelle !    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Italie: Plus de 100 personnalités apportent leur soutien au Maroc pour le Sahara    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    El Arabi testé positif : Son club, l'Olympiakos, proteste officiellement auprès de la FIFA !    "Hab Matmoura " , nouveau recueil poétique d'Amina Hassim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderrahman Ziani: La vivacité colorée
Publié dans Albayane le 28 - 10 - 2020

Entre l'homme qui est le peintre convaincu et l'homme, simple humain, dont la vie ne fût pas un fleuve tranquille, comme beaucoup, il y a la toile lumineusement colorée, unie en elle-même, indépendante dans son étalement ardent et objet de plaisir pour l'œil.
La toile comme lieu d'un lien presque inexistant, frôlant le vide, sans trop de contiguïté possible entre l'époque et l'artiste. Et pourtant, c'est elle qui le réconcilie, l'horizon de toutes les réconciliations. À cela, il y a une raison unique et sondable : L'artiste qui est avant tout un homme empêtré dans son quotidien, a tout fait pour se fondre dans son travail artistique. Il n'est ni corps, ni âme ni référent personnel. Mais juste de la peinture, rien que de la peinture, objectif de la vie, son égal. D'autres ont fait ce même parcours bien sûr, mais lui, il a frôlé la limite de non retour, celle qui a causé sa disparition virtuelle d'abord puis effective.
Du lumineux coloré
La gageure du peintre est d'une évidence claire, qui se laisse toucher, prendre. Elle se donne. C'est une grande harmonie d'éléments artistiques et un parfait équilibre de données plastiques. Ça danse et ça chante. Son plus grand succès comme de nombreux tableaux le montrent à merveille comme une déclaration ouverte c'est : Réussir à unir le rond et le droit à la perfection. Joindre le fini et l'infini dans une seule destinée. Tout un ensemble qui semble dire ceci : je tournerai inlassablement en se dispersant sans arrêt dans la plénitude de la couleur vive, franche, brillante. Je roulerai infiniment droit, tout droit à la vitesse d'un rayon de soleil épousant le verre tranchant. On se croiserait, je me croiserai, en cours de route sur l'espace peint, créé par la couleur selon la définition suggérée par le poète Yves Bonnefoy : «La couleur n'est-elle pas là pour jeter d'un coup toute sa profondeur dans le discours du tableau?».
En guise d'interprétation
Le fini joint ici c'est ce rond fréquemment avancé d'un travail à l'autre. Ce circulaire dans son visu qui se termine en lui-même et se reprend en main aussitôt. Le rond qui se remplit aussi pour créer un disque de formes infinies plein sans craquer, qui ne sont que couleurs primaires enflammées, représentées comme pas un, et secondées de quelques couleurs secondaires tout aussi vives. Le rond aussi peut s'incorporer en une couleur blanche ou bleutée lunaire dans une forêt d'arbres charnus, nus, et squelettiques qui éclaire mais renvoie de même à la nuit des mystères. Et il peut être une boule brune assumant le point/poids d'un équilibre susceptible peut-être de se fissurer sans sa persistance à exister.
L'infini joint ici est ce droit qui est quant à lui une barre lancée, en mouvement fulgurant, et pourtant elle subsiste. Ses deux extrémités sont là bien visibles mais comme coupées pour montrer qu'elles ne sont qu'en chemin. Le droit est arrêté par l'artiste pour la pause en tableau. Il peut-être doublé, multiplié, d'une ou plusieurs couleurs. Horizontal, vertical ou oblique, il ne délimite pas, il se contente de traverser ou de côtoyer les autres éléments, dans l'accomplissement de la réalisation parfaite de la toile par ailleurs gorgée de fleurs, d'oiseaux de points, de traits et de tout. Le tout : la rencontre du fini et de l'infini, appelée simplement, comme cité au-dessus, la réussite.
La géométrie comme plan
À y regarder de près (ou de loin, ça revient au même), on sort attiré par ce trait tant partagé de la répétition d'un élément ou de deux ou de plusieurs. Mais il faut le dire : Il n'y pas de répétition. La répétition est une illusion simple et trompeuse. Le fait de constater les mêmes choses dans un espace cerné relève de la multiplication qui signifie approfondissement et non accumulation. L'interprétation heureuse et le plaisir des yeux réside dans cette différence de taille entre répéter et multiplier. C'est comme l'avait dit le poète Léopold Senghor à propos d'un artiste : «la répétition qui ne se répète pas». Ce qui gouverne ce fait est le souci de la géométrie et ses lois appliquées à la peinture. Abderrahman Ziani est maître en traçage coloré, car il a pu, avec un grand tact, imbriquer à la manière de l'abstraction géométrique des formes de couleurs enflammées suivant des constructions infaillibles.
Il est merveilleusement plaisant de contempler son œuvre.
*(Ecrivain et chroniqueur)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.