Compteur coronavirus : 1.240 nouveaux cas confirmés et 1.361 guérisons en 24H    Cosumar accompagnera 10 auto-entrepreneurs    Un nouveau partenaire de Bank Of Africa en Chine    À Tamernoute (province d'Azilal) : Un enfant sauve tout un douar    CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"    « Un maire de ville doit être un très bon gestionnaire »    Sahara : Le Gabon réaffirme son appui à l'Initiative marocaine d'autonomie    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nikol Pachinian, un héros devenu traître
Publié dans Albayane le 26 - 11 - 2020


Premier ministre arménien
L'Arménie dont l'évocation a, pendant longtemps, été liée à la triste histoire de son génocide au début du siècle dernier, est revenue au-devant de l'actualité ces deux derniers mois avec ce qu'il est convenu d'appeler «le conflit du Haut-Karabakh» à l'issue duquel, en l'espace de 45 jours, elle a perdu de grands pans de son territoire et plus de 2300 personnes.
Ainsi, après cette cuisante défaite, chagrins et désolation ont rapidement remplacé l'euphorie et l'immense espoir qu'avait généré la « révolution de velours » du printemps 2018, ce soulèvement populaire porté par ces centaines de milliers de jeunes qui avaient répondu à l'appel du député et ancien journaliste Nikol Pachinian lorsqu'il s'était mis en tête d'entreprendre une longue marche à pied à travers le pays pour chasser Serge Sarkissian, le premier ministre d'alors, un autocrate corrompu très proche du Kremlin. Ayant rapidement bénéficié d'une légitimité et d'une popularité sans précédent, le jeune leader fut élu premier ministre et, dans l'euphorie de la victoire, ses compatriotes se mirent à rêver d'une « nouvelle Arménie ».
Or, ce rêve qui se brisa lors de l'assaut mené le 27 septembre dernier par le voisin azéris se transforma très vite en un cauchemar lorsque les troupes ennemies s'emparèrent de la forteresse stratégique de Chouchi – si chère aux deux communautés – et d'une bonne partie de Stepanakert, la capitale de la fameuse « République d'Artsakh » qui aura, désormais, bien du mal à survivre en étant enclavée et reliée à l'Arménie par un seul petit corridor contrôlé par l'armée russe.
La défaite arménienne est donc de taille. Aussi, l'accord de paix signé le 9 Novembre dernier par les deux protagonistes sous l'égide de la Russie et ayant permis à l'Azerbaïdjan de reconquérir ces larges pans de son territoire qui étaient tombés sous le contrôle de l'Arménie lors de sa victoire contre les troupes azéries en 1994, est-il perçu par les arméniens comme étant une capitulation.
En signant cet accord qui consacre la victoire militaire de l'Azerbaïdjan, Nikol Pachinian n'est donc plus un héros aux yeux d'une bonne partie de ses compatriotes mais un «traître» qui aurait courbé l'échine devant l'ennemi et « abandonné des terres arméniennes ». Or, il semblerait que la vérité soit ailleurs quand le Premier ministre arménien assure avoir apposé sa signature sur ce «douloureux» accord de paix, sur la pression de l'armée et, surtout, pour que la totalité de la région ne puisse pas tomber sous le contrôle de l'Azerbaïdjan. Aussi, pour Vardan Voskanian, un militant du parti d'opposition «La Patrie», «l'homme qui a signé cet accord n'a pas le droit de vivre en Arménie» et il va falloir lui trouver comme remplaçant «un dirigeant qui changera cet accord honteux».
Que dire pour terminer sinon que, pour que les arméniens puissent comprendre ce qui s'est réellement passé, sur le terrain, du 27 septembre au 9 novembre 2020, alors que leur victoire de 1994 était encore présente dans leurs esprits, il leur faudra beaucoup de temps car la «ferveur guerrière populaire» et la propagande officielle ont, cette fois-ci, masqué ce qui était une défaite inéluctable.
Enfin, en ayant présent à l'esprit qu'en matière politique, le cheminement des hommes est plus souvent un trajet parsemé d'embûches qu'un long fleuve tranquille, on comprend aisément que les héros d'hier puissent devenir les traîtres d'aujourd'hui. Nikol Pachinian semble être de ceux-là, alors attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.