Guinée équatoriale : 15 morts et 500 blessés dans des explosions accidentelles dans un camp militaire    Le Maroc, deuxième partenaire commercial africain du Mexique    Indemnité forfaitaire CNSS : Nouvelle vague de bénéficiaires    Voici le nouveau président du FC Barcelone !    DGSN: grosse opération anti-drogue à Laâyoune    Prévisions météorologiques pour le lundi 8 mars 2021    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    Manifestants asiatiques et rêve américain    La Marocaine Nora Fatehi, première arabo-africaine à franchir le cap du milliard de vues sur Youtube    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    La jolie passe de trois du Wydad    Maymouna Amidan, une militante associative de Dakhla dévouée aux personnes vulnérables    L' ambassadrice du Royaume au Panama rappelle l' apport considérable de l'Afrique à l' espace francophone    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Tanger Med vu par les espagnols    Salma Azzaoui, une sportive marocaine au défi de la rudesse du soccer américain    Quand le Maroco-Allemand, Mohamed Hajib, condamné pour terrorisme, faisait l'apologie des attentats-suicides    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    Alerte météo : averses orageuses et chutes de neige le 7 mars dans plusieurs provinces marocaines    Recrudescence du variant anglais du Covid : le Maroc referme ses frontières    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    Déclaration du CA avant le 1er avril    Une semaine sous le signe de la stabilité    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    Après Espérance -Zamalek : Bencherki en altercation violente avec le coach !    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    L'étape actuelle exige une implication de tous    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une journée très particulière à Washington
Publié dans Albayane le 18 - 01 - 2021

Cérémonie d'investiture du 46e président des Etats-Unis
Une journée d'investiture à nulle autre pareille à Washington: c'est dans une capitale désertée, quadrillée par l'armée, que Joe Biden et Kamala Harris prêteront serment et deviendront mercredi président et vice-présidente des Etats-Unis.
Les habitants de Washington sont invités à rester chez eux pour suivre virtuellement la cérémonie d'investiture du 46e président des Etats-Unis, afin de ne prendre aucun risque avec l'épidémie de Covid-19.
Ils en seraient de toute façon dissuadés par le gigantesque déploiement de forces de sécurité dans une capitale barricadée et meurtrie par l'assaut du 6 janvier contre le Capitole.
L'autre grand absent des cérémonies sera le président sortant Donald Trump. Lorsque Joe Biden prêtera serment, il aura quitté Washington, rompant la tradition d'un transfert du pouvoir pacifique et courtois.
Le milliardaire républicain sera certainement déjà dans son club de Mar-a-Lago, en Floride, lorsque Joe Biden pénétrera à midi (17h00 GMT) dans l'amphithéâtre provisoire bâti tous les quatre ans sur les marches du Capitole. Il a prévu de quitter Washington tôt mercredi.
« A tous ceux qui ont demandé, je n'assisterai pas à la cérémonie d'investiture le 20 janvier », avait-il fait savoir laconiquement dans un de ses derniers tweets avant que le réseau social ne le bannisse indéfiniment.
Il est le premier président depuis Andrew Johnson en 1869 à refuser d'assister à la prestation de serment de son successeur.
La tradition veut que le président sortant et la Première dame accueillent le nouveau couple présidentiel le matin de l'investiture et que tous se rendent ensuite au Capitole.
Donald Trump est aussi, depuis l'assaut donné par ses supporteurs contre le bâtiment du Congrès, un président indésirable à Washington, ville qui lui est profondément hostile.
En rupture avec lui, le vice-président Mike Pence sera présent
Depuis cette « insurrection », selon Joe Biden, contre le Congrès, temple de la démocratie américaine, la capitale fédérale est transformée en camp retranché.
Plus de 20.000 gardes nationaux, des réservistes de l'armée, y patrouillent en armes. Des clôtures grillagées ont été érigées et des blocs de béton disposés pour protéger des monuments comme la Maison Blanche et le Capitole, ou pour boucler des axes entiers.
Pour les vétérans de la guerre d'Irak, le centre-ville a des allures de la zone verte de Bagdad.
Le « National Mall », immense esplanade menant du Lincoln Monument au Capitole, sera fermé au public. C'est là que des centaines de milliers d'Américains se massent traditionnellement pour saluer leur nouveau président.
A la place, un « champ de drapeaux » de près de 200.000 étendards représentera les citoyens qui n'ont pu faire le déplacement.
La police américaine a multiplié les mises en garde et affirmé que les menaces de nouvelles attaques armées de la part de groupes d'extrême droite étaient réelles. Elle sera sur les dents pendant cette journée historique.
Le nouveau président avait déjà prévu une cérémonie d'investiture largement virtuelle pour éviter qu'elle ne se transforme en vaste de lieu de contamination au Covid-19.
Dès le début de son mandat, il veut marquer sa différence avec Donald Trump dont les partisans refusent le port du masque sanitaire et la plupart des mesures de protection contre l'épidémie.
L'avènement du nouveau président sera donc plus que jamais un moment télévisuel. Après la prestation de serment, Joe Biden prononcera le traditionnel discours d'investiture dans lequel il insistera sur la nécessité de réconcilier les Américains.
La star de la musique pop Lady Gaga chantera le Star-Spangled Banner, l'hymne national américain, et une prestation musicale sera effectuée par la vedette latina Jennifer Lopez.
Dans l'après-midi, il a prévu de déposer une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu au cimetière d'Arlington avec trois de ses prédécesseurs et leurs épouses: George W. et Laura Bush, Bill et Hillary Clinton, Barack et Michelle Obama.
Sur le chemin du retour, le cortège du 46e président américain s'arrêtera à quelques centaines de mètres de la Maison Blanche et Joe Biden pourrait se rendre à pied jusqu'à sa nouvelle résidence.
Il pourrait alors annoncer ses premières décisions présidentielles, dont il a déjà donné un aperçu, avec une série de décrets pour donner une première impulsion.
En lieu et place des traditionnels bals et concerts qu'enchaînent habituellement le couple présidentiel à Washington, la soirée se passera à la télévision, avec une émission spéciale animée par l'acteur Tom Hanks et qui verra Joe Biden et Kamala Harris s'exprimer à l'écran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.