Coupe du Trône: les FAR se qualifient pour les quarts et affronteront le Raja (VIDEO)    Le variant sud-africain du virus impacte les matchs organisés par la CAF    Soufiane Rahimi, son parcours et ses aspirations    Futsal : Les Lions de l'Atlas face à l'épreuve argentine les 6 et 8 mars    Vaccination: l'OMS félicite le Maroc (tweet)    Les marines marocaine et américaine mènent un exercice conjoint    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    A l'initiative du Maroc, l'ONU proclame le 10 mai Journée internationale de l'arganier    Programme Intelaka: La Banque Populaire sur le terrain pour rencontrer les porteurs de projets    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Approbation de projets de loi    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Fès-Meknès : 4,4 milliards de dhs pour atténuer les disparités territoriales    Coupe du Trône : Le MAS au bout du suspense    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Plus de blanchiment d'argent ni de fuite de capitaux    Covid-19 : la stratégie de vaccination marocaine encensée par la BBC    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si on évoquait la gauche marocaine!
Publié dans Albayane le 24 - 01 - 2021

Parfois, il est plus judicieux de faire de «l'autocritique», voire du «mea-culpa», même si cela fait mal à son «égo». Disons-le franchement, au Maroc, la Gauche fait pitié...Elle titube dans son coin, sans pouvoir se ressaisir! De quel bois se chauffe-t-elle, aujourd'hui!? Pas grand-chose: la gâchette est grincée et la cartouche mouillée. Pendant des années, au temps de la lutte pour le grand idéal, elle rayonnait à cor et à cri, scandait la voix du peuple et balisait la voie du changement.
Que reste-il de cette pétillance tenace? Rien de plus désolant. On n'en a plus que les yeux pour larmoyer... La Gauche a perdu de son éclat...En fait, elle n'est plus que l'ombre d'elle-même! Mais le référentiel auquel elle a toujours cru et pour lequel elle a combattu sans cesse, coule encore dans ses veines, en dépit des défaillances.
A l'image de la scène politique nationale en décadence, ses composantes, disparates et éparses, «moisissent» dans la désunion, depuis déjà des lustres. Au fil du temps, les courants idéels de la Gauche ne convergent plus autour de ce qui les assemble, mais s'obstinent, pour une bonne partie, à verser dans des accrocs fratricides.
De surcroît, on ne cesse de dormir sur ses lauriers, en se limitant d'évoquer les anciens leaders, sans effet sur les jeunes générations montantes, avides de tons novateurs et non de rebonds nostalgiques. L'alliance de la Gauche qui a, de tous temps, animé ses fervents adeptes, par-ci, par-là, semble devenir une chimère inaccessible.
Férocement «tabassée» par les gourdins du Pouvoir, la Gauche aura aussi failli à ses lettres de noblesse en interne, par des déchirements intestins, au point de prendre de l'eau de partout.
Son front qui fut un réel bouclier sur lequel s'effilochaient les assauts réactionnaires et se tissaient les filaments du progrès et de la démocratie, sombre dans un état fébrile. Cette précarité mortuaire dont les signes contaminent les valeurs de la vie sociétale, fondées sur les idéaux que prêche la Gauche, depuis sa naissance, laissait pousser l'ivraie partout dans un champ politique sans âme ni sésame.
Que faire, face à cette inertie nocive ? Comment «raccommoder» les débris de la Gauche marocaine ? Au fait, de quelle Gauche est-il encore question ? Autant de questions qui taraudent toujours les plus ardents des partisans de L'union de la Gauche ! C'est beaucoup plus facile à dire que faire, en matière de concorde et de reconstruction, si l'on sait que la fracture est profonde. Il s'agirait, sans doute, de reconstituer les principes de Gauche à travers tous les groupements de société qui portent ces mêmes vertus, au lieu de s'entêter, peut-être, à se suffire à des mouvements de la Gauche «traditionnelle».
Car, le précepte de la Gauche n'est point exclusivement tributaire aux seules formes surannées, dictées par les conjonctures du passé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.