Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Signature d'une convention pour l'acquisition des pièces d'art pour le futur musée juif de Fès    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    La conjoncture et l'enjeu    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Création d'un institut de formation professionnelle    Un chantier révolutionnaire au profit de larges franges de citoyens    Le FMI félicite le Maroc    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Les dates des premières élections fixées    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Real Madrid: Fede Valverde forfait contre Getafe    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Mariage: le Code de la famille fait toujours débat au Maroc    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le CNDH réitère sa position pour l'abolition de la peine de mort
Publié dans Albayane le 25 - 02 - 2021

La présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Amina Bouayach, a réitéré la position « claire et constante » du Conseil pour l'abolition de la peine de mort, considérée comme « l'une des atteintes les plus graves au Droit à la Vie, ce droit originel, suprême et absolu sans lequel aucun droit, aucune liberté, aucune justice ne peut exister ».
Mme Bouayach s'exprimait lors d'un débat de Haut niveau sur la question de la peine de mort organisé mardi en visioconférence, dans le cadre de la participation du CNDH aux travaux de la 46ème session du Conseil des droits de l'homme à Genève, au cours duquel les participants ont débattu « des violations des droits de l'homme liées à l'application de la peine de mort » et examiné « si l'application de cette peine a un effet dissuasif sur le taux de criminalité ».
Lors de ce panel, tenu sous le thème » violations des droits de l'homme liées à l'application de la peine de mort, en particulier en ce qui concerne le point de savoir si l'application de la peine de mort a un effet dissuasif sur le taux de criminalité », la présidente du CNDH a salué « le combat de longue date des défenseurs des Droits de l'Homme au Maroc, contre la peine de mort, qui ne tient ni à une certaine idéologie ou culture, ni au dogmatisme d'un esprit quelconque ».
Après avoir noté que « l'article 20 de la Constitution ne prévoit aucune exception au droit à la vie », et qu' »en sus, le législateur a l'obligation constitutionnelle de le protéger de toute atteinte ou infraction », elle a indiqué que le CNDH « plaide, ainsi, contre l'argument souvent utilisé par certains responsables politiques pour ne pas abroger la peine de mort en se justifiant par l'hostilité de l'opinion publique à une telle mesure. »
Selon le CNDH, « il n'y a pas de facteurs socio-culturels propres à la société marocaine qui justifieraient la prise en compte d'une quelconque spécificité concernant l'abolition de la peine capitale. »
Mme Bouayach a rappelé que « le CNDH a adopté de manière constante une position claire et affirmée pour l'abolition, telle sa recommandation au parlement relative au projet du code pénal ».
Le CNDH a également appelé en décembre dernier le gouvernement marocain à voter la résolution de l'Assemblée générale relative au moratoire universel, a-t-elle soutenu.
Le CNDH, selon sa présidente, assure le suivi et la protection des droits des condamnés à mort, en effectuant des visites régulières, ajoutant que le Conseil mène une action dynamique également au sein des réseaux des INDH pour l'abrogation universelle de la peine capitale.
Le Conseil anime le dialogue national, apporte également un soutien constant aux ONG, aux réseaux d'avocats, aux journalistes, aux enseignants et aux parlementaires contre la peine de mort, a souligné Mme Bouayach.
« Le CNDH et les abolitionnistes, a-t-elle affirmé, sont convaincus que la peine de mort n'a aucune efficacité de réduction de crimes. A l'inverse, l'application de celle-ci ne fera que provoquer le sentiment d'injustice le plus profond et une soif, jamais inassouvie, pour la brutalité et la violence ».
Et de poursuivre: « Bien qu'elle soit non-dissuasive et inefficace, la peine de mort ne règlera en rien les problématiques du crime. »
Le CNDH, a-t-elle dit, considère que l'élimination de la personne ne rendra pas justice aux familles des victimes d'homicide et ne confortera pas la société dans son combat contre la violence.
« Pour le CNDH, abolir la peine de mort, c'est protéger le premier droit des droits humains », a-t-elle ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.