Les ménages marocains vivent avec près de 3 sources de revenu    Paix et stabilité au Proche-Orient : Blinken salue le « rôle clé » joué par le Maroc    Les démêlés judiciaires de Brahim Ghali se poursuivent en Espagne, Santiago Pedraz Gómez enfonce le clou    Algérie : le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie et le mouvement Rachad classés «organisations terroristes» par le régime    Aménagement de 250 centres pour accueillir les mineurs migrants en Espagne    Bab Sebta: les autorités espagnoles utilisent des grenades lacrymogènes pour disperser les migrants (VIDEO)    Crise de Sebta: le Maroc rappelle son ambassadrice en Espagne    Déficit budgétaire de 21,4 MMDH à fin avril    Collectivités territoriales: le Maroc obtient un prêt du Japon    Hausse de 3,3% des primes émises à fin mars    FinanceCom devient O Capital Group    Réunion du Conseil de gouvernement: ce qui est prévu    Solidarité totale avec le peuple palestinien pour la défense de ses droits légitimes    Bayt Mal Al-Qods, un engagement indéfectible au service de la résilience de la ville sainte    France : Karim Benzema dans la sélection de Deschamps pour l'Euro    Le Real Madrid a trouvé un successeur pour Zidane    Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar se classe 3ème    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce mardi 18 mai (Maroc/Covid-19)    Alerte météo: il va faire très chaud dans ces régions du Maroc    Direction des prisons: bonne nouvelle pour les familles des détenus    Création de 342 salles d'enseignement préscolaire au titre de 2020-2021    MAScIR conçoit un dispositif pour le dépistage en temps réel et sans réactifs    Le Festival du Cinéma Méditerranéen de Tétouan en format digital    Lancement du concours d'art vidéo «Eye on the Street»    L'œuvre de Michel Ocelot à l'honneur    Deux migrants blessés à la frontière entre le Maroc et Sebta hospitalisés à Tétouan    Clientélisme, surenchère idéologique et démagogie : la recette d'El Habib Choubani pour les législatives de 2021    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 18 mai    Le sang des Palestiniens continue de couler    Le département d'Etat américain publie la déclaration tripartite Maroc-Etats-Unis-Israël sur son site    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    Younès Belhanda rejoint le championnat saoudien    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    La France efface la dette du Soudan    Dessalement : le marocain Hyrenco propose une technologie à faible coût    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Rabat: Le Café des Oudayas rouvre ses portes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !
Publié dans Albayane le 11 - 04 - 2021


Par Noureddine Mhakkak
I- Citation d'Umberto Eco: «Les plus beaux poèmes d'amour sont la plupart du temps rédigés après que l'amour est fini.»
II-Parmi mes livres poétiques les plus chanceux se trouve le livre « Les sept vagues de l'amour ». Un livre que j'ai écrit en langue française, et qui a été traduit après en deux langues européennes, l'anglais et l'italien. Il a été traduit en anglais par l'écrivaine américaine Kristi Show et il a été traduit en italien par l'écrivain italienne Berta Corvi. Ce livre a pu tracer son propre chemin presque tout seul, sans soutien de personne. Car d'abord, je l'ai publié à compte d'auteur et en plus, il n'était pas suivi par une publicité bien organisée. Mais la chance a fait bien son travail. Puisque ce livre même a été présenté dans deux belles rencontres littératures, à Casablanca et à Larache et a pu avoir de bons échos.
Ce qui a poussé tant des gens à l'acheter, et qui a mené avec tant d'amour des écrivains marocains et étrangers à écrire quelques articles sur son univers poétique. Voilà l'écrivaine italienne et professeure de langue française Berta Corvi, qui a écrit ces beaux mots à propos des poèmes de ce livre poétique : « Du poème Les sept vagues de l'amour qu'on trouve au début du recueil à « Une belle présence » qui l'achève, l'amour est plus qu'un des thèmes favoris de Noureddine Mhakkak. C'est la force suprême et totalisante. Il semble que la poésie soit née et se soit développée sous le signe de l'amour, qu'elle soit un moyen pour l'exprimer, le susciter.
On en décèle les affinités en se penchant sur les 37 poèmes, porteurs d'une déclaration. Ils manifestent plus nettement que d'autres formes littéraires la relation du locuteur au destinataire, d'un « je » à un « tu ». Véritables missives de l'amant à l'aimée. ». Et voilà aussi l'écrivaine marocaine Habiba Zougui qui a plongé dans l'océan de ces mêmes poèmes avec beaucoup d'amour : « En lisant Les sept vagues de l'amour de Noureddine Mhakkak, je fus envahie par une vague d'écriture, de poésie. En effet les sept vagues réfèrent à la mer de l'amour. C'est quoi écrire et c'est quoi aimer?
À mon humble avis, écrire c'est reclasser les mots et les choses, c'est inventer de nouvelles choses, de nouveaux mots pour redire le monde, pour chanter l'amour et pour dire – et c'est l'important – on est là, on vit, on aime et on mène une belle vie. On écrit encore pour dire aux autres que la vie est belle pour les inciter à profiter de leurs jours et à jouir de la vie, à sonder les vagues de l'amour ».
III-Ainsi, on peut conclure que chaque livre possède son propre destin. Des livres qui peuvent trouver leurs lecteurs, et d'autres qui ne sont pas chanceux, ils ne trouvent aucun lecteur qui peut les feuilleter, qui peut les lire, quipeut les interpréter après, et qui peut parler d'eux et de leurs univers, qui peut raconter leurs histoires et qui peut enfin les rendre vivants. Car le livre qui n'arrive pas à trouver son lecteur est un livre qui est condamné à mort. D'où, chaque livre cherche son lecteur à tout prix, puisque grâce à ce lecteur que ce livre reste en vie et trouve son éternité. C'est vrai, mon livre -là était dans ce point, très chanceux…!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.