Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Elections : La HACA prépare son dispositif pour les prochaines échéances    Biden supprime le tweet montrant une carte du Maroc sans le Sahara    Al Hoceima : Appel à projets du programme Madaëf Eco6    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Liban : Macron fait la quête    Tokyo 2020 : Elaine Thompson (Jamaïque) 100 m féminin : 10 s 61 à 0,62 s du record mondial    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Les mosquées de la préfecture de Skhirat-Témara ferment pour la prière d'Al icha    Compteur Coronavirus :Le Maroc franchit le cap des 10.000 nouveaux cas en 24 heures    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    L'ONU demande la fin immédiate des "violations alarmantes" en République centrafricaine    Agro-alimentaire : bonnes performances des exportations en 2021    Du pétrole à Inezgrane : les précisions de l'ONHYM    L'Espagne rejoint le Brésil en finale messieurs    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Vaccination anti-Covid : inauguration du premier vaccinodrome à la pointe de la technologie (Reportage)    La société civile se mobilise contre le travail des enfants    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Botola: Walid Regragui proche du Wydad, pour succéder à Benzarti    Bonnes performances pour les ventes de voitures à fin juillet    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Fête du Trône: SM le Roi reçoit un message de félicitations du président du Conseil présidentiel libyen    Micro-crédit. Les nouvelles dispositions légales entrent en vigueur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 4 août 2021 à 16H00    Covid-19: la Chine restreint les déplacements à l'étranger pour ses ressortissants    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    Edito : XXIème    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane
Publié dans Albayane le 21 - 06 - 2021

Entretien avec Javier Domokos Ruiz, ambassadeur de Cuba à Rabat
A la veille de la réunion, ce mercredi 23 juin 2021, de l'Assemblée générale de l'ONU pour adopter une résolution sur l'embargo américain contre Cuba, nous avons sollicité SE Javier Domokos Ruiz, ambassadeur de Cuba au Maroc, pour nous exposer la situation dans son pays à la lumière de la pandémie. Entretien.
Question : En 2021 ce sont plus de six décennies de blocus américain, économique, commercial, financier et de navigation, contre Cuba. Autant d'années de résistance populaire contre un acte inhumain. Quelle est, Monsieur l'ambassadeur, la situation sociale et économique qui prévaut aujourd'hui dans l'ïle ? Quelles sont les stigmates de cet état de siège permanent et sans fin ?
Réponse : Après presque six décennies du blocus, la population cubaine vit aujourd'hui une situation particulièrement difficile qui affecte son bien-être, son intégrité et ses moyens de subsistance. Cela affecte l'accès des Cubaines et des Cubains aux produits, services et médicaments essentiels.
Les 243 mesures prises par le gouvernement américain durant le mandat du président Donald Trump ont eu un impact combiné, dont l'objectif est de perfectionner le siège économique et de couper toutes les sources de revenus à l'économie de notre pays.
Ces mesures draconiennes ont rendu difficile l'accès de Cuba à des revenus légitimes, la privant illégalement des opérations et des opportunités financières pour garantir le commerce, les investissements et les processus de production essentiels.
Ces mesures ne constituent pas de simples actions pour intensifier le blocus, mais des actions nouvelles et extrêmes de pression, de harcèlement et de piraterie économique, qui violent le droit international et la liberté de commerce_ et de navigation.
La preuve en est la persécution et la punition de 59 navires qui transportaient du carburant à Cuba et de près de 30 entreprises liées à cette activité essentielle pour l'économie du pays, son fonctionnement et pour les services publics, tels que le gaz, les transports et l'électricité.
Question : Mais le blocus ne touche pas que Cuba, il sanctionne d'autres pays... cette histoire d'exterritorialité.. ?
Réponse : L'application extraterritoriale du blocus a atteint des niveaux d'agressivité sans précédent. Ses effets portent atteinte aux intérêts et droits souverains de Cuba et des pays tiers, qui ne sont pas exemptés de subir les conséquences de cette politique cruelle et illégale, qui contrevient aux buts et principes de la Charte des Nations Unies et du droit international, y compris aux règles du commerce international et de la liberté de navigation.
Question Avec la pandémie et ses effets dévastateurs, rien ne semble arrêter ni faire changer les Etats-Unis ?
Non rien. Comme si les dommages et les souffrances qu'ils causent au peuple cubain n'étaient pas suffisants. Au contraire, le gouvernement américain a profité des conditions difficiles générées par la pandémie COVID-19 pour resserrer la vis, et cela de manière opportuniste et de rendre plus contraignants les règlements du blocus dans le but de déstabiliser le pays et de parvenir à imposer ses intérêts de domination et de servir ses impératifs politiques et électoraux.
Pour Cuba, ces restrictions aggravent les multiples défis imposés par la pandémie et multiplient ses effets dévastateurs dans les domaines socio-économique, sanitaire et financier. Ces mesures ont entravé à plusieurs reprises l'arrivée de l'aide humanitaire dans le pays. Ce qui est immoral et injustifiable dans le contexte de la confrontation avec la pandémie et met en évidence le caractère criminel du blocus.
Dans les conditions actuelles, le blocus représente un fardeau énorme pour la population et l'économie cubaines, avec des conséquences graves dans le contexte du COVID-19, dans lequel Cuba a dû consacrer des ressources considérables pour garantir d'urgence l'équipement et le matériel nécessaires à son système national de santé au détriment d'autres produits et de médicaments nécessaires à la population.
Question : Concrètement, comment décrire l'impact de la pandémie sur la situation générale du pays déjà fortement impactée par le blocus?
L'impact du blocus sur le secteur de la santé se traduit par la pénurie de produits essentiels à la consommation de la population, ainsi que par les difficultés de l'industrie nationale à acquérir les intrants nécessaires à la conservation, entre autres, des aliments et à la production de médicaments.
Cuba a dû recourir à d'autres fournisseurs comme intermédiaires, ce qui signifiait une augmentation des coûts comprise entre 50 et 65 pour cent de celle établie historiquement, étant donné l'impossibilité de passer un contrat directement avec le fabricant.
Plus grave encore est le fait que, durant cette période, le pays n'a pas pu accéder à un total de 32 équipements et fournitures liés à la production de vaccins proposés contre le COVID-19 ou à l'exécution de certaines étapes permettant l'achèvement des études cliniques du vaccin.
Question : Avec l'élection du président Joe Biden, l'espoir est-il permis de parvenir à un début de fin du blocus américain ?
Les priorités déclarées par les Etats-Unis pour les droits de l'homme, le leadership dans la lutte contre le COVID-19 et la rectification des politiques atroces de l'administration précédente contrastent fortement avec l'indifférence et la dureté évidentes avec lesquelles le gouvernement du président Joe Biden continue d'appliquer les politiques mises en œuvre par l'Administration de Donald Trump contre Cuba.
Au régime des mesures coercitives dérivées de la réglementation du blocus, s'ajoutent les effets intimidants liés à l'inscription frauduleuse de Cuba sur la Liste des Etats parrainant le terrorisme, annoncée le 11 janvier 2021.
Cette action unilatérale, dépourvue de justification morale et juridique, a un impact négatif sur toutes les sphères de la société cubaine, car elle augmente les difficultés du pays à s'insérer dans le commerce international, à réaliser des opérations financières et à s'acquérir les fournitures de base.
De nombreuses banques à travers le monde ont abandonné des opérations d'ouverture sur Cuba et envers des citoyens cubains, par crainte du système de surveillance financière mis au point par le gouvernement du président Donald Trump et, hélas, appliqué par le gouvernement Biden avec la même cruauté. Cette politique constitue le système le plus sévère et le plus prolongé de mesures coercitives unilatérales qui ait été appliqué Le blocus continue de représenter un frein au développement du potentiel de l'économie cubaine et ses objectifs de développement durable.
Merci Excellence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.