Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La trique au lieu de la réforme
Publié dans Albayane le 27 - 10 - 2021

Comme une confirmation des paradoxes marocains, autant la position du Royaume du Maroc dans l'environnement international et dans son contexte régional s'affirme et se confirme, autant le smog s'épaissit sur le champ politique intérieur.
Cette dualité due à une gestion spécifique des affaires étrangères du royaume n'est pas nouvelle, sauf que le contraste entre les deux situations s'accentue et tache sur la conduite des affaires intérieures.
La présentation du projet concernant le nouveau modèle de développement et les discours de la campagne électorale ont laissé croire – à qui le veut – que le Maroc post-covid serait autre que celui décrié dans le rapport de la Commission spéciale par ses insuffisances et ses freins au développement. Du nouveau était pressenti, dans la forme et sur le fond.
Que nenni ! Quelques jours après sa mise en place, le nouveau gouvernement semble plus enclin à l'utilisation de la trique qu'à l'instauration d'un climat de confiance et de sérénité au sein de la population.
Ainsi, l'obligation du pass vaccinal fût ; alors que la vaccination suivait son cours, avec un taux plus que respectable laissant prévoir une immunité collective proche, une annonce médiatique imposait le pass vaccinal à tous et partout dans un délai de 48 heures.
Des oppositions légitimes à ce zèle malencontreux se déclarent et se trouvent confrontés à des comportements autoritaires excessifs.
La décision tardive de délivrer un pass vaccinal provisoire est elle-même une preuve du cafouillage gouvernemental.
Le pouvoir régalien de l'Etat est donné à la gestion déléguée censée sécurisée les bâtiments pour le contrôle nouvellement imposé.
Aucun débat, aucune approche pédagogique, rien que la trique et des files d'attente devant les vaccinodromes aux dépens de toutes les mesures préventives préconisées. Pire ; malgré la présentation de toutes les preuves requises par la loi pour assurer la prévention contre la covid19, des membres de la Chambre des Représentants sont eux-mêmes soumis à l'interdiction d'être présents sous la coupole pour entendre la présentation institutionnelle du projet de la loi de finances.
Le pouvoir législatif doit sortir de sa léthargie et réagir pour mettre au diapason les dispositions particulières régissant l'état d'urgence sanitaire avec les contraintes imposées par la pandémie, et ce dans le respect des fondements de notre constitution. Le respect des libertés individuelles n'est pas antinomique avec la protection vaccinale et son extension. On ne peut ramener la vie normale et la personne humaine à un code QR généralisé ! C'est là aussi un aspect fondamental de la consolidation du processus démocratique, combien nécessaire en ces temps.
Tout cela à vous faire oublier les dispositions du projet de la loi des finances 2022 par lesquelles les promesses d'une amélioration du quotidien de la population dans sa très grande majorité, et particulièrement celle démunie et défavorisée, se trouvent enterrées.
Le prix de la reprise économique, dans la continuité néolibérale exacerbée par un endettement accentué, un déficit budgétaire qui s'alourdit, une décompensation annoncée et autres mesures qui attentent au pouvoir d'achat, sera supporté par la pression fiscale sur l'essentiel de la population qui subit déjà les affres de la hausse des prix.
Dans l'attente de la généralisation de la protection sociale et de la mise en œuvre d'un système de santé efficient, de celle de la réforme du système éducatif et de la formation, l'adage populaire est ainsi appliqué : « par son huile, tu le friras ! ». L'équité fiscale promise restera prisonnière des murs du palais des congrès où elle a été présentée. La lutte contre l'aggravation des inégalités sociales et l'effacement des disparités territoriales ne sont pas au menu du projet de loi des finances 2022.
Et c'est en se référant à l'après-covid que la dream team gouvernementale fera de son mieux pour que vos rêves deviennent des cauchemars, par la trique au lieu de la réforme ; unavant-goût amer de ce que pourrait être la suite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.