«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport final de l'enquête russe    En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    SIAM 2019, une édition bilan de 10 années de révolution agricole    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM 2019, opportunité en or pour la coopération agricole intra-Afrique    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Rude épreuve soussie pour le Wydad    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Ligue des champions. Eliminée, la Juventus Turin chute de plus de 20% en Bourse    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coupe du Brésil : Encore un titre pour Santos
Publié dans Albayane le 06 - 08 - 2010

Malgré leur défaite 2-1 hier soir contre le Vitoria Bahia en finale retour de la Coupe du Brésil, les Meninos da Vila remportent leur second trophée de la saison grâce à leur victoire 2-0 à l'aller. Perché tout en haut du grillage, Robinho tient à remercier de près les supporters qui l'ont fait roi dans le club de Pelé. Il vient sans doute de disputer son dernier match sous les couleurs de Santos. « Après le match amical avec la Seleção contre les Etats-Unis, je vais retourner en Angleterre pour tenter de convaincre les dirigeants de Manchester City de me prêter à nouveau. Mon cœur est ici, mon souhait, c'est de rester mais malheureusement, j'ai un contrat à respecter », a-t-il ainsi déclaré hier soir au sortir de la victoire de son équipe en finale de la Coupe du Brésil.
S'il voulait inciter les Mancuniens à ne pas le retenir, c'est plutôt raté. Passements de jambes supersoniques, dribble elastico aussi bien maîtrisé que Ronaldinho, contrôles orientés déroutants, jeu en déviations redoutable : les défenseurs du Vitoria Bahia en ont encore le tournis. A 26 ans, Robinho s'est refait une santé et joue à merveille son rôle de parrain de promo de la génération dorée des Neymar, Ganso et compagnie, teenagers toujours prompts à foutre le dawa, sur le terrain comme en dehors. D'ailleurs, dimanche dernier, ça a failli tourner au vinaigre. En pleine mise au vert, trois jeunes joueurs font les cons torse poil sur twitcam et commencent à se friter virtuellement avec des supporters. Les vannes sont très limite, du genre : « Rien qu'en croquettes pour mon chien, je dépense plus par mois que ce que tu gagnes en 30 jours ». Robinho, dans la peau du grand frère, tente de mettre fin à cette mascarade, avant que Zé Eduardo, rouquin facétieux, ne lui assène un retentissant : « C'est bon, fais pas chier, de toute façon personne ne va te regretter ici ». Une fois la coupe dans l'escarcelle, tout le monde s'est réconcilié, devant les caméras qui plus est, avant de promettre d'autres séances de twitcam bien plus sympathiques.
Douche froide et pluie torrentielle
Loin de se laisser impressionner pas ces sales gosses, le coach Dorival Junior a tout compris : au lieu de les brider, il les laisse exprimer toute leur créativité. Alors que la victoire 2-0 à domicile à l'aller aurait pu l'inciter à la prudence, il lance à nouveau une équipe ultra-offensive avec Robinho, Neymar et André devant, Ganso en rampe de lancement et deux milieux défensifs très joueurs (Wesley et Arouca).
En face, l'équipe de Bahia a du mal à faire le poids.
Neymar n'était même pas né quand la star de l'équipe, Ramon, 38 ans au compteur, faisait ses débuts chez les pros. C'est pourtant lui qui se procure la plus grosse occase de la première mi-temps, dès la cinquième minute, avec un coup-franc dévié du bout des doigts par le gardien Rafael.
Les hostilités avaient commencé juste avant le coup d'envoi, quand une pluie torrentielle s'est abattue sur le stade du Barradão, chauffé à blanc par les supporters de Vitoria. Pourtant, juste avant la pause, ce sont bien les Rouge et Noir qui vont se prendre une douche froide. Neymar, inarrêtable sur le côté gauche, obtient un coup-franc à l'entrée de la surface.
Il le frappe lui-même, en plein dans le mur. Mais le ballon revient sur lui : amorti poitrine qui va bien et centre de velours dans la foulée pour le vieux guerrier Edu Dracena, qui n'a qu'à propulser la chique de la tête au fond des filets. 1-0, match plié. Au passage, le petit prodige se fait pardonner de la panenka qu'il a lamentablement foirée au match l'aller.
«Ce titre fait du bien au football»
Il faut croire que la victoire 2-0 à la Vila Belmiro était suffisante, parce qu'à présent, les joueurs de Vitoria ont besoin de quatre pions pour l'emporter. Ils tentent une timide réaction, marquent même à deux reprises mais ne feront jamais vraiment illusion. Santos maîtrise trop bien son sujet, à l'image d'un Paulo Henrique Ganso -toujours impérial dans son rôle de chef d'orchestre- qui s'est fendu d'un amour de louche pour Robinho en première période.
A la fin du match, il a confirmé qu'il souhaitait rester au Brésil : «Pour l'instant, la seule offre officielle que j'ai reçue est venue de Lyon et le club l'a refusée. Je suis encore un gamin et j'ai plein de choses à apprendre ici».
Vous avez dit humble ?
On laisse néanmoins le mot de la fin à son coach : «Nous avons prouvé encore une fois qu'on pouvait gagner en pratiquant du beau jeu. Ce titre, il fait du bien au football».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.