Akhannouch sur 2M et Al Aoula pour les 100 premiers jours du gouvernement    Bourita s'entretient avec Staffan de Mistura    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Libye : Une ONG annonce le décès de trois Marocains dans un centre de détention    Gabon-Ghana se termine par une bagarre générale : La CAF annonce les sanctions    La CAF confirme les dates des tirages au sort des Eliminatoires africaines du Mondial 2022 et de la CAN 2023    Maroc: la réouverture des frontières est recommandée (Expert)    Report sine die du festival international «ElHal» de Casablanca    Le Zajal marocain à l'honneur à la Maison de la Poésie à Marrakech    L'artiste-peintre Hamid Douieb expose ses œuvres récentes à Marrakech    Le festival d'Angoulême en mars    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Azzedine Ounahi : « Avancer comme il faut dans cette CAN »    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Coronavirus : Un milliard de doses de vaccin livrés via le programme Covax (OMS)    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Volkswagen va développer sa production de véhicules électriques en Chine    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Fraude fiscale: d'anciens dirigeants et cadres de Wendel jugés à Paris    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Périscope : Le champ de la marginalité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 09 - 2002

La campagne électorale pour les élections locales du 10 octobre a débuté officiellement jeudi en Algérie. Les deux inconnus de ce scrutin seront le taux de participation, qui avait déjà été très faible lors des élections législatives du 30 mai, et le déroulement de la campagne et du scrutin en Kabylie, où les Arouchs (comités de villages) appellent au boycott.
La campagne électorale pour les élections locales du 10 octobre a débuté officiellement jeudi en Algérie.
Les deux inconnus de ce scrutin seront le taux de participation, qui avait déjà été très faible lors des élections législatives du 30 mai, et le déroulement de la campagne et du scrutin en Kabylie, où les Arouchs (comités de villages) appellent au boycott.
C'est de Kabylie qu'est partie la révolte des jeunes, avant de s'étendre au reste de l'Algérie. Malgré une répression sauvage, qui a entraîné des dizaines de morts, les manifestations de révolte se poursuivent et s'intensifient. C'est un pouvoir corrompu, sanguinaire et arrogant qui est rejeté par la quasi totalité de la société, répète-t-on. C'est pourquoi, des hommes politiques algériens, comme Saâd Sadi, leader du RCD, qualifient les communales de «caution à un crime d'Etat» et que le destin de l'Algérie est en train de se jouer en Kabylie. A ce propos, il précise qu'il appartient au politique de bien lire cette crise et «Bouteflika doit comprendre que la ruse n'est pas de l'intelligence».
Ceux qui ont pris la parole dans la rue sont d'abord les exclus. Pour comprendre ce qui se passe en Algérie, et non seulement en Kabylie, on peut se référer à l'analyse d'un sociologue. Il écrit, «expliquer le soulèvement en invoquant le chômage, la question du logement…, c'est confondre causes et effets, opérer une réduction de la complexité des rapports sociaux en œuvre pour l'évacuation de ce qui constitue le nœud central de l'Algérie d'aujourd'hui : le champ de la marginalité.» Ce champ de la marginalité est devenu un véritable continent où vivent, désemparés, quelque 12 millions d'Algériens.
Et, ils ne sont pas les seuls. Ces dix dernières années, ils ont été rejoints par les élites, les classes moyennes qui ont intégré le jeu politique par les syndicats, le Parlement ou les institutions de l'Etat. Ils sont à leur tour rejetés. L'Algérie est menacé e par un double péril : la guerre civile et la tentation indépendantiste kabyle.
Les élections locales interviennent dans cette ambiance d'exclusion de l'écrasante majorité des Algériens qui au lieu d'aller aux urnes s'attaquent à ce qu'il reste du service public. En s'en prenant à toutes les expressions matérielles de l'Etat, la masse des laissés pour compte ne vote-t-elle pas à sa façon ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.