Elle est décédée mardi soir : Zhour Maamri s'en va    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Législation : Un bilan maigre se profile    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'inceste, l'un des pires tabous
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 12 - 2016

La pédopsychiatre note que tout changement de comportement chez l'enfant doit les alerter. A titre d'exemple, l'enfant qui ne faisait pas pipi au lit auparavant et qui commence à présent à le faire.
Au Maroc, en l'absence d'étude sur le sujet, il est impossible d'évaluer le nombre de victimes. Alors qu'en France par exemple, 4 millions de personnes auraient été victimes d'inceste. Toujours est-il que les affaires d'inceste sont nombreuses dans notre société et les victimes osent de plus en plus dénoncer les faits. Au sens littéral, un inceste est une relation sexuelle entre membres d'une même famille. Les pères ne sont pas les seuls «abuseurs». Le sont également des mères, des oncles, des grands-pères, des beaux-pères sans oublier l'inceste entre frère et sœur. Mais il conviendrait d'abord de se demander s'il y a un moyen de prévenir l'inceste.
Face aux abus sexuels, comment peut-on protéger son enfant ?
Selon le Dr Selma Azzaoui, pédopsychiatre à Rabat, l'éducation sexuelle à l'école est indispensable. Elle doit commencer dès le primaire. Les petits apprendront ainsi à nommer toutes les parties de leur corps, y compris les plus intimes. Ils se pencheront aussi, avec leur institutrice, sur la nature des liens qui les unissent à leurs parents ainsi qu'aux différents membres de leur famille. De leur côté, les parents ont un rôle important à jouer. «Ils doivent apprendre à l'enfant que son corps lui appartient et que personne n'a le droit de lui toucher ses parties intimes. L'important, c'est de lui en parler clairement, sans ambiguïté, et avec des mots simples», explique la pédopsychiatre. Pour y parvenir «la mère peut aborder le sujet en lavant son enfant sous la douche par exemple». L'enfant doit également apprendre à dire non et à ne pas faire confiance à n'importe qui
Par ailleurs, quand l'abus sexuel a lieu, il doit dénoncer l'acte à la personne qui lui est le plus proche, à savoir la mère. «Il ne faut en aucun cas garder le silence mais consulter un pédopsychiatre le plus tôt possible car les conséquences par la suite peuvent être désastreuses», souligne Dr Azzaoui.
Y a-t-il des indices qui doivent soulever l'interrogation des parents ? La pédopsychiatre note que tout changement de comportement chez l'enfant doit les alerter. A titre d'exemple, l'enfant qui ne faisait pas pipi au lit auparavant et qui commence à présent à le faire. Quand un enfant a subi des attouchements ou a été violé, il peut développer des troubles de sommeil, avec des insomnies ou des cauchemars de l'agression.
Parmi les autres signes à prendre au sérieux figurent des traces sur le corps, des ecchymoses, des pertes, des sécrétions, irritation des organes génitaux. A travers les différents témoignages que nous avons pu recueillir auprès de l'association «Touche pas à mes enfants», les cas d'inceste les plus fréquents ont lieu entre père et fille.
Violée par son père...
Début novembre, un père de famille a été arrêté près de Khémisset pour avoir violé à plusieurs reprises sa fille âgée de seulement 10 ans. Il sera jugé le 5 décembre à la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Rabat. Le père profitait de l'absence de son épouse à la maison pour aller violer l'enfant sans défense. La mère n'avait rien remarqué. Un jour, en entrant chez elle, ce fut le choc. Elle surprend son mari en plein acte sexuel avec sa propre fille.
C'est alors qu'elle dénonce les faits à la police. Le violeur est arrêté. Craignant pour la santé de sa fille, la jeune mère l'emmène chez un gynécologue qui lui confirme que celle-ci n'est plus vierge. Anéantie, elle décide de quitter la maison avec ses deux enfants. Ce cas est loin d'être isolé. A Sidi Yahia El Gharb, une fille a été violée par son père depuis l'âge de 9 ans. Une fois devenue pubère, le père violeur lui achetait la pilule et l'obligeait à la prendre pour qu'elle ne tombe pas enceinte. Le plus sordide dans cette histoire est que la mère était complice. Eperdument amoureuse de son époux, elle le laissait faire. Au fil des jours, l'état de santé de la jeune fille se détériorait. Elle fut hospitalisée durant plusieurs jours. Le violeur a fini par être condamné alors que la mère est toujours en liberté.
Un autre cas d'inceste a eu lieu à Bni Khiran, près de Khouribga. La mère ayant divorcé n'a pas voulu garder son enfant. Elle laissa à son ex-mari sa fille âgée de seulement 4 ans. La fillette vivait avec son père chez ses grands-parents paternels. Depuis l'âge de 4 ans et jusqu'à 13 ans, la jeune fille a été violée par son grand-père incestueux. Il attendait que la grand-mère soit absente pour passer à l'acte. Après toutes ces années de souffrance, de torture physique et psychologique, la petite fille devenue adolescente décide de tout raconter à sa tante. Finalement, le grand-père sera condamné à 1 an de prison. A Dar Bouazza, une petite fille de 2 ans a été violée par son oncle. La mère a retrouvé du sang sur sa couche. Ne sachant quoi faire, elle s'est dirigée au CHU Ibn Rochd.Le médecin lui a expliqué que sa fille avait subi un viol qui a entraîné la perte de l'hymen. Le violeur finira par écoper de 6 ans de prison.
Il y a des conséquences psychologiques...
Les conséquences psychologiques sont nombreuses. D'après le Dr Azzaoui, l'enfant victime d'inceste est traumatisé. «Il est dans un état post-traumatique qui peut se traduire par plusieurs signes : rêves répétitifs de l'événement provoquant un sentiment de détresse chez l'enfant, impressions ou agissements soudains comme si l'événement traumatique allait se reproduire (illusions, flash-back, hallucinations)», explique-t-elle. Les victimes développent également un sentiment de non–existence qui se traduit généralement par une perte de la personnalité, un manque de confiance en soi. A l'âge adulte, la victime peut développer des troubles de la personnalité. «Elle fait face à l'instabilité émotionnelle qui peut se traduire par des comportements destructeurs tels que des crises de colère, l'automutilation ou des menaces suicidaires».
Nombreuses sont les victimes qui tombent dans l'enfer des addictions : l'alcoolisme, la dépendance aux drogues, la prostitution devient leur quotidien. A ce sujet, la présidente de l'association «Touche pas à mes enfants», Najia Adib, signale que «plusieurs cas de filles qui ont eu leur premier rapport sexuel avec leurs pères sont devenues des prostituées». Faut-il en conclure que c'est l'acte incestueux qui les a poussées à la prostitution ?
La présidente de l'association relève également que «certaines victimes d'inceste sont devenues lesbiennes. D'autres ont développé un sentiment de dégoût envers le sexe masculin et cherchent à tout prix à se venger».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.