Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    El Othmani gouverne... son cabinet de psychiatrie    RDV de l'Ausim / Migration vers le Cloud : un impératif pour la transformation digitale des entreprises    L'Opinion : Le défi malien    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Sidi Kacem : 35 bus pour le transport scolaire rural    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Eqdom: AGR reste à l'achat avec un cours objectif relevé    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Préparation du projet de loi de Finances 2022    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    Le Livre Blanc de la CGEM : 10 priorités pour l'opérationnalisation du « Nouveau modèle de développement »    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    L'Israélien Ratio Petroleum vient chercher du pétrole à Dakhla    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Ligue des champions / Ce dimanche à16h00 : Oilers-Raja sur Al Maghribia et Hearts of Oak-Wydad sur Arriyadia    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



USFP-PJD : C'est à nouveau la guerre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 12 - 2004

L'UNTM, syndicat proche du PJD a organisé réccement une grève dans le secteur de l'enseignement. Il n'en fallait pas plus pour que l'USFP y voit une attaque directe contre les réfomres engagées par son ministre Habib El Malki.
Rien ne va plus, encore une fois, entre les socialistes de l'USFP et les islamistes du PJD. Après quelques mois d'accalmie que certains ont même interprétés comme un rapprochement stratégique des deux formations, la tension et la guéguerre par presse interposée, ont repris de plus belle.
Aujourd'hui, ce n'est pas le statut de la femme qui pose problème (la réforme de la Moudawana sous l'impulsion directe du Souverain ayant coupé court à la politisation de cette question), mais plutôt le droit de grève, ou plus exactement l'opportunité de débrayer, qui est à l'origine de la dernière polémique entre l'USFP et le PJD.
Tout a commencé par une grève nationale, observée les 8 et 9 décembre 2004, par la Fédération des fonctionnaires de l'enseignement affiliée à l'Union nationale du Travail au Maroc (UNTM), qui n'est autre que le syndicat du PJD.
Alors que normalement les départements ministériels ont tendance à ignorer les appels aux grèves, le département de Habib El Malki est monté au créneau en critiquant sévèrement "l'attitude irresponsable" de l'UNTM. Et pour cause, les cadres du ministère de l'Education nationale s'étaient réunis avec les responsables dudit syndicat et des solutions concrètes à ses revendications (publication des résultats du concours de l'année 2000, les mutations exceptionnelles, les avancements pour les années 2000, 2001 et 2002) ont été apparemment trouvées.
"A la suite de cette rencontre, nous pensions que l'UNTM allait suspendre son appel à la grève, mais nous avons été surpris par le contraire", assure un cadre du ministère. "Lors de cette fameuse réunion, le ministère nous a servi 23 promesses, et aucune décision concrète", rétorque Rachid Toulali, coordinateur régional de l'UNTM-Enseignement à Rabat.
En tout cas, cette affaire a fait l'objet d'une question orale, le 22 décembre 2004, posée par la députée socialiste, Fatima Belmoudden, au ministre, non moins socialiste, Habib El Malki.
La première a été on ne peut plus dure avec le corps des enseignants. Lors de son allocution, Belmoudden a accusé les enseignants d'être des "tricheurs" qui "courent derrière les avancements". Elle a enfoncé le clou en rédigeant, sur les colonnes de l'organe de presse de son parti, un véritable pamphlet contre les pratiques politiciennes du PJD et l'usage indélicat qu'il fait de son syndicat. Dans cet article (qui est en fait une réponse à une précédente chronique signée par le député du PJD, Mohamed Yatim), Belmoudden tire à boulets rouges sur le parti de Saâd Eddine El Othmani. Chose qui lui a valu une grande manchette à la Une du journal d'Attawhid Wal Islah: "Une députée de l'USFP livre une bataille contre le PJD". Dans un entretien accordé à ALM (voir ci-contre), Fatima Belmoudden persiste et signe.
"Les gens du PJD ne font pas de l'opposition au gouvernement, ils veulent plutôt saper toutes les réformes engagées par les ministres usfpéistes", dit-elle en substance.
"Dire que le PJD utilise l'UNTM, à n'importe quel dessein, est une insulte pour tous les militants du syndicat, qui peuvent aisément poursuivre la députée en justice", lance Mohamed Attach, vice-président de l'UNTM-Enseignement. Il rappelle qu'à aucun moment le syndicat ne fait part au PJD de ses décisions. "Lors de la dernière grève, le secrétaire général du PJD se trouvait en Turquie, il n'était pas au courant de notre décision. Habib El Malki, qui se trouvait, quant à lui, au Pérou, a contacté un membre du secrétariat général du PJD qui n'était absolument pas informé de notre décision de faire grève". En fait, "le PJD revendique souvent son droit d'être informé, mais nous refusons catégoriquement toute atteinte à notre indépendance et notre autonomie", poursuit Attach.
Les officiels du PJD, quant à eux, refusent d'intervenir dans cette polémique et préfèrent laisser l'UNTM, seul face à El Malki. Et pour cause, voler au secours de l'UNTM et politiser l'affaire, risque de confirmer les propos de Belmoudden. Un cadeau que le PJD ne veut, évidemment pas faire à la députée
Toujours est-il, le ministre de l'Education nationale est prêt à se lancer dans la bataille. Dans sa réponse, à la question de Belmoudden, au sein de la Chambre des représentants, El Malki a estimé que si les mouvements de protestation, injustifiés, se poursuivent, son "département sera contraint de prendre les mesures juridiques et organisationnelles nécessaires à la protection des intérêts de l'élève et de l'établissement". En fait, la guerre est bel et bien déclenchée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.