Relance économique. Le Maroc sur la bonne voie selon le FMI    PLF-2022. 26 860 postes à créer au Maroc    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    PLF-2022: Voici le nombre de postes budgétaires prévus    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Santé: Akdital se mobilise dans la lutte contre le cancer du sein    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Attentat à la bombe en Syrie: 13 morts à Damas    Botola Pro D1 / IRT-FAR (2-0) : Une victoire dopante des Militaires avant le décisif match « retour » de la Coupe de la CAF    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    CAN féminine 2022 : Ce mercredi, ouverture des qualifications    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    L'ONU désigne Omar Hilale co-président d'un groupe sur les ODD    Le Maroc à l'expo 2020 dubai: Cap sur l'émergence    Budget de l'Etat: ce que dit la note de présentation PLF 2022    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    EEP: Le montant des programmes d'investissement (PLF 2022)    Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni    Covid-19 : Le pass vaccinal invalide sans la troisième dose    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    « La coopération migratoire avec le Maroc est très bonne », estime un ambassadeur suisse    Le gouvernement néerlandais réagit aux attaques contre les consulats marocains    Afghanistan: une grenade vise un véhicule de police    Allemagne : deux ex-soldats interpellés, soupçonnés d'avoir voulu créer un commando terroriste    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Les vandales des Consulats du Maroc à Utrecht et Den Bosch condamnés par la Justice néerlandaise    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le coupable idéal
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 11 - 2002

Omar Raddad n'aura pas son procès en révision. Résultat : le jardinier marocain reste toujours coupable, aux yeux de la justice française, du meurtre de sa patronne.
Omar Raddad s'est vu refuser, mercredi 20 novembre, par la Cour de cassation sa demande pour la révision de son procès. Après cette décision, Omar Raddad, toujours considéré coupable par la justice française dans le meurtre en 1991 de sa patronne Ghislaine Marchal, ne lui reste comme dernier recours que la cour européenne de justice. Le mystère de cette affaire, qui a fait couler beaucoup d'encre et suscité une grande vague d'émotion, n'en est que plus épais. Une affaire qui avait conduit l'accusé à être condamné en 1994 à dix-huit ans de réclusion criminelle . Avant de bénéficier en 1998 d'une grâce partielle accordée par le chef de l'État français Jacques Chirac.
La Cour de cassation a estimé que les nouveaux éléments présentés par la défense du jardinier marocain n'étaient pas de nature à dissiper le doute sur sa culpabilité. Les faits. Ghislaine Marchal avait été retrouvée morte poignardée le 24 juin 1991, enfermée dans la cave de sa résidence de Mougins. Près du cadavre, sur deux portes, étaient inscrits avec son sang cette phrase sibylline : "Omar m'a tuer" et "Omar m'a t".
Les nouveaux éléments produits étaient des expertises en écriture estimant impossible d'affirmer si les inscriptions étaient écrites ou non de la main de la victime, et des expertises génétiques montrant la présence sur la porte de la cave d'un ADN masculin qui n'est pas celui d'Omar Raddad. Celui-ci, un émigré marocain, a la tête du coupable idéal. Pourquoi chercher ailleurs et s'enliser dans un vrai procès en révision? En apprenant la nouvelle, Omar Raddad, a affirmé que l'affaire était "loin d'être terminée". "J'espère que la justice reviendra en arrière.
Le combat continuera jusqu'au bout pour la vérité. Il n'y a pas de justice pour tous en France, c'est une justice à deux vitesses. Pour eux l'affaire est finie, pas pour moi", a-t-il souligné, sûr de son innocence. En effet, si le jardinier marocain était le vrai assasin de Mme Marchall se serait-il entêté à demander la révision de son procès? Mais l'intéressé veut obtenir sa réhabilitation dans ce qui ressemble à un scandale judiciaire le plus retentissant de France au cours des dernières décennies. Avocat d'Omar Raddad, Me Jacques Vergès a déclaré, de son côté, que "la vérité ne serait pas étouffée" dans l'affaire Omar Raddad "même si elle dérange des hauts placés". "Je continuerai le combat et le remporterai", a expliqué l'avocat. "Je suis très optimiste", a-t-il poursuivi. "La vérité se fera pour un petit jardinier contre des gens de la haute société protégés par des gens extrêmement influents", a poursuivi Me Vergès. "Dans cette affaire, il y a des éléments nouveaux. Il y a deux taches du sang de Mme Marchal deux ADN d'hommes et ces deux ADN sont différentes et ne sont pas celles d'Omar Raddad", a souligné l'avocat. Me Georges Kiejman, l'avocat de Christian Veilleux, le fils de Ghislaine Marchal soupçonné d'être le meurtrier de sa mère, a souhaité pour sa part que les "prétentions et les affabulations qui ont été accumulées par les défenseurs, qu'ils soient avocats, écrivains, journalistes, voire académicien, seront définitivement oubliées".
Une chose est sûre : l'affaire Omar Raddad a fait l'obejt d'une enquête bâclée dès le départ. Les enquêteurs ont notamment négligé des témoignages accusant le dils de la victime. Aucune empreinte digitale n'a été relevée dans la maison. Les scellés n'ont pas été correctement conservés, une pellicule photo a été détruite à la demande (bizarre) du juge, la principale arme du crime, une arme blanche, n'a pas été retrouvée, et le chevron de la porte de la cave n'a été expertisé que dix ans après les faits. Cela fait beaucoup de lacunes pour des enquêteurs censés être irréprochables. Tout a été dit sur ces négligences flagrantes. Mais tout se passe comme si la justice française ne voulait pas se désavouer et reconnaître ses erreurs dans cette affaire. Mais la vérité finira par éclater un jour. Omar Raddad et son avocat restent optimistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.