Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gagner la guerre de l'eau
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 12 - 2002

La création d'un département autonome dans le gouvernement Jettou consacré à l'eau reflète la position centrale de la question hydraulique dans les préoccupations actuelles des pouvoirs publics. Rationaliser la récolte, la conservation et la distribution de l'eau constitue un objectif national stratégique. Les dernières catastrophes provoquées par les inondations accélèrent cette prise de conscience.
En dépit de l'ambitieux programme des barrages réalisés par le Maroc, le pays n'est pas à l'abri des caprices dramatiques du climat. Deux risques potentiels, liés à l'eau, sont souvent présents. Le manque fait planer les aléas de la sécheresse ; l'abondance, elle, peut causer bien des dégâts. Comme en témoignent les derniers et dramatiques événements de Mohammedia, Settat, Berrechid, Moulay Yacoub, etc.
Mais si le pays dispose d'énormes avantages naturels, qui le dotent d'une bonne disponibilité en eau, le problème de sa conservation et de la rationalisation de son utilisation demeure réel. Au même titre que celui des moyens d'assainissement des eaux et de protection des populations.
Les inondations qu'ont connues certaines régions du pays doivent nous amener à revoir quelques aspects de la politique des barrages, qui, rappelons-le, a constitué le grand acquis du Maroc indépendant. Pour le Maroc, les barrages sont, schématiquement et presque réellement, l'équivalent des hydrocarbures pour l'Algérie. C'est dire la valeur de cette richesse naturelle, qui peut, si elle est utilisée à bon escient, permettre au pays prospérité et développement. Car les disponibilités hydrauliques ne sont pas un atout dans le seul développement agricole, mais aussi industriel.
D'où la nécessité de capitaliser les bienfaits et de prévenir les dommages qui pourraient être causés par les crues. L'aspect sécuritaire est primordial. Avec les risques d'inondation et les dommages potentiels, il faudra revoir les outils de prévision et de gestion des barrages. L'état de certains ouvrages et l'évolution des bassins versants sont deux données déterminantes dans l'évolution de la sécurité des populations, des infrastructures et des industries locales, agricoles et industrielles, face aux inondations. Des tâches claires découlent de cette problématique. Il faudra prévoir l'impact des débordements ou des ruptures, délimiter les zones à risques, évaluer les pertes économiques ou quantifier les évacuations de population à prévoir dans différents contextes, particulièrement dans les opérations d'urgence. Il faudra aussi revoir et réadapter le niveau de sécurité d'un aménagement en permettant la conception ou la transformation de certains ouvrages. Certes, le risque hydraulique sera toujours présent. Mais, il faudra tout simplement, le moment venu, être outillé pour faire face aux imprévus. Cela passe aussi par une connaissance et une approche de l'estimation statistique des crues.
Les crues devront être maîtrisées, de sorte à transformer le mauvais coup en un double coup bénéfique : la conservation de l'eau et la préservation des infrastructures et des populations limitrophes. Les deux fonctions essentielles des eaux de barrage (irrigation et eau potable) et la maîtrise des crues doivent être appréhendées comme étant des éléments d'égale importance pour le développement humain et économique du pays.
Un front de combat où il ne saurait être question de gaspillage des munitions. S'agissant des barrages, il faudra surveiller tous les points qui peuvent être altérés par des changements importants de niveau et de débit. Cela doit concerner tous les édifices, au sens large.Des principes doivent être respectés, en matière d'exploitation, de surveillance et de d'entretien tant des barrages que des ouvrages annexes. Le but est de prévenir les bris. Ils doivent tenir compte de trois facteurs : la population, les installations et l'environnement. D'abord il faudra s'assurer de l'exploitation sécuritaire, par l'instauration de l'inspection régulière, notamment du comportement structurel, afin d'éviter, à chaque fois, une situation d'urgence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.