Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le même parcours de combattant
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 02 - 2003

De plus en plus de femmes franchissent le pas et créent leurs entreprises. Elles se sont rendue compte qu'elles ont beaucoup plus de chance de s'épanouir professionnellement et faire prévaloir leurs atouts en se mettant à leur propre compte. Cependant, des contraintes subsistent. Entretien avec Saloua Karkri Belkeziz, présidente de l'Association des Femmes Chefs d'Entreprise (AFEM).
ALM : Où en est-on avec l'entreprenariat féminin au Maroc ?
Saloua Karkri Belkeziz : Nous ne disposons pas actuellement de statistiques détaillées sur le nombre ni la structure des entreprises gérées par des femmes au Maroc. Nous projetons dans le cadre du Programme d'Assistance aux Associations Professionnelles (PAAP), de lancer une étude pour déterminer ce nombre et aussi pour tenter, sur un autre registre, de cerner l'environnement où évoluent ces structures. Cependant, tout le monde s'accorde à dire que ce nombre avoisine le millier. On retrouve des structures gérées par des femmes au niveau de tous les secteurs d'activité. Les femmes chefs d'entreprises opèrent aussi bien dans la pêche que dans les nouvelles technologies de l'information et de la communication ou encore dans la branche des BTP. Elles sont surtout présentes dans les secteurs structurels.
Qu'est-ce qui bloque le développement de cet entreprenariat?
On ne peut pas dire que ça bloque. C'est plutôt une nouvelle dynamique qui est initiée et qui est appelée à évoluer rapidement dans le futur. Ceci est d'autant plus perceptible si l'on prend en considération les dernières statistiques qui montrent que les femmes qui créent des entreprises sont de plus en plus nombreuses.
Pourquoi cette tendance à votre avis ?
Ceci pour la simple raison que les femmes ont réalisé qu'elles ont beaucoup plus de chance de s'épanouir professionnellement et faire prévaloir leur atouts en se mettant à leur propre compte qu'en étant obligées de suivre le rythme drastique des horaires imposés dans le monde de l'entreprise. Les contraintes de temps ne leur permettent pas de concilier leur travail avec les autres tâches qu'elles sont appelées à remplir et notamment familiales. Le gouvernement peut prendre des dispositions dans ce sens.
Lesquelles ?
Il peut mettre, ou en tout cas, initier un environnement plus propice à l'entreprenariat féminin à travers l'incitation à la construction de crèches pour la garde des enfants en bas âge, réglementer le métier d'aide familial, mettre en place un système de restauration en milieu scolaire entre autres mesures. Il faut par ailleurs encourager la scolarisation de la fille. Le taux des filles analphabètes reste très élevé, c'est du gâchis.
Qu'a-t-il de particulier l'entreprenariat féminin
au Maroc ?
Pas grand-chose sauf que les femmes chefs d'entreprises envisagent parfois les problèmes d'une manière différente que leurs homologues les hommes. Pour le reste et plus particulièrement concernant l'acte d'entreprendre, c'est le même parcours de combattant. Les mêmes risques sont pris et les entreprises évoluent au niveau d'un même milieu d'investissement et de concurrence. Autre point intéressant à soulever, c'est que les femmes sont souvent aidées financièrement par leur entourage dans leur entreprise de création d'une structure. Ceci les aide à franchir le pas plus facilement.
Qu'est-ce qui empêche les femmes cadres de franchir le pas?
Il n'y pas de d'obstacles apparents. Les femmes cherchent beaucoup plus de flexibilité en se mettant à leur propre compte, mais il faut le faire tant qu'on est jeune et qu'on a plus de marge de manœuvre. Entreprendre est un acte valorisant et enrichissant, mais il est aussi risqué.
Etait-il nécessaire d'organiser un Forum pour encourager les femmes à investir ?
L'organisation de cette rencontre a conforté notre choix. On s'est rendu compte que beaucoup de femmes, celles qui nous ont rendu visite en tout cas, avaient des projets en tête mais ne savaient pas par où commencer. C'était une opportunité donc de nous mettre en contact et de les aiguiller pour leur permettre de passer à l'acte. Les possibilités existent, encore faut-il les connaître.
L'action de lobbying et d'animation de l'Afem reste moins perceptible. Sur quels dossiers travaillez-vous actuellement ?
Notre Association est une structure jeune, il n'en reste pas moins que nous avons entrepris d'importantes initiatives en si peu de temps. L'organisation du Forum Expo entre dans ce cadre. Cette rencontre a été une plate-forme intéressante pour l'échange d'expériences et d'idées. Des conventions ont également été signées avec différents organismes. Nous envisageons aussi de créer de nouvelles délégations notamment au niveau de la ville de Meknès et de Laâyoune. D'autres chantiers sont à l'étude actuellement. Il s'agit notamment de la réalisation d'une étude sur le territoire national pour cerner la nature de l'entreprenariat féminin au Maroc et les contraintes que rencontrent les femmes chefs d'entreprises. Cette enquête constituera une base d'étude intéressante pour booster la dynamique de création d'entreprises par des femmes.
Comment avez-vous perçu le relèvement du nombre des sièges accordés aux femmes au niveau du bureau de la CGEM ?
C'est une action qui a eu lieu il y a deux années de cela. Maintenant il faut regarder de l'avant. L'autre jour, le Premier ministre a même parlé de la possibilité de voir un jour une femme à la tête de la CGEM.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.