MDJS. Renouvellement de la certification en matière de sécurité et d'intégrité    Le Maroc compte 230 neurochirurgiens    Fituc 2019 : Le théâtre à l'heure du changement    Melkisation des terres collectives – Aziz Akhannouch : «Une vraie révolution»    La réforme du système d'information en débat    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    Un voisin, un destin    Immigration illégale et traite humaine : Arrestation de cinq individus à Imzouren    Tiznit : Une balle de sommation tirée pour neutraliser un récidiviste en état d'ébriété avancée    Concurrence. Le système doit s'améliorer    El Othmani se décerne un satisfecit devant les Conseillers    Ala veille du G20 à Osaka, Guterres appelle à une croissance mondiale équitable    ONU-Sahara : Gabon, Bahrein et Burundi réitèrent leur soutien au Maroc    BMCE Bank of Africa réalise une triple augmentation de capital de 4 milliards Dh !    13è édition de « Grandes écoles pour tous » organisée par la Fondation AWB    Allah, Sidna …et le foot !    Eco-Médias remporte la Supradyn Cup    Mauritanie: L'opposition conteste la victoire d'El Ghazouani    Enseignement: Les élèves condamnés à subir leur héritage social    Encore une cellule terroriste démantelée    Musiques sacrées du monde: Bilan «très positif» pour la 25e édition    Mawazine: Une pluie de stars    Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Atal, Monsieur "je donne tout"    Le Cameroun confirme et le Ghana rate son entrée    Bonne tenue de l'activité du secteur de la pêche    Session de formation sur la démocratie participative    Rencontre entre la direction du parti et des acteurs associatifs, de différents horizons    Bouillon de culture    Nucléaire, Golfe : L'Iran semble jouer l'apaisement    Docteur Chafik Chraïbi, président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin    Alzheimer La faute à la circulation sanguine ?    Baccalauréat 2019 : La meilleure note au niveau national enregistrée dans la région de Rabat-Salé-Kénitra    La communication publique stratégique : Une légitimation organisationnelle des réformes    Insolite : Pirates informatiques    Le Onze national poursuit sa préparation au grand complet    Avec ses cours de robotique, l'Arménie rêve d'un "futur hautement technologique"    Deux jours de fête sous le thème "La chanson marocaine, une expression esthétique et une identité"    Pour un développement de la culture de cinéma    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 05 - 2019

La jeune chanteuse marocaine Sara Moullablad, vient de lancer son premier single intitulé «Ya Denya ». Un nouveau tube que cette artiste en herbe a écrit et composé par ses propres soins.
Ce single, qui raconte la relation de l'artiste avec les différents défis de la vie, met, selon ses dires, un focus sur l'amour qu'elle porte pour son défunt père qu'elle chérissait tant.
Outre ce lancement, l'artiste a choisi de tourner ce single en clip réalisé par l'artiste marocain Reda Lahmouid.
Pour l'heure, la chanteuse est installée en Egypte pour poursuivre sa carrière musicale. D'ailleurs son single a été très bien accueilli par la communauté musicale égyptienne.
Née à Casablanca, Sara Moullablad s'est découvert très tôt une passion pour le chant. Elle a hérité de sa famille son amour pour la chanson française. À l'époque, la jeune artiste recourait aux cassettes de ses sœurs aînées pour s'enregistrer en train de chanter des chansons de Lara Fabian et Charles Aznavour, entre autres.
Après quoi, Sara Moullablad a rapidement commencé à s'ouvrir à d'autres genres musicaux, notamment le flamenco, la bossa nova et le jazz. Bien qu'elle soit une grande passionnée du chant et de la musique, l'artiste est une élève assidue. Poussée par ses parents qui voulaient qu'elle poursuive ses études supérieures et se construise une carrière professionnelle, elle rejoint le monde de la finance une fois son master en poche. Après trois ans, la mélomane alors partagée entre un emploi stable et son rêve de toujours, décide de mettre fin à sa carrière dans les finances pour se consacrer entièrement à sa passion. «J'avais le sentiment que si je ne prenais pas mon courage à deux mains tout de suite, je serais emprisonnée dans le système économique pour toujours», déclare l'artiste. Après une rencontre providentielle avec de talentueux musiciens égyptiens lors d'une résidence artistique, elle décide de s'envoler pour l'Egypte et de s'installer au Caire où elle produit actuellement son album musical. Elle a été charmée par la culture égyptienne, la qualité des échanges entre musiciens et la scène underground vibrante.
Sara Moullablad écrit ses chansons en dialecte marocain. Elle définit sa musique comme un mélange de jazz, de bossa nova, de musique africaine et orientale et souhaite que ses chansons sillonnent les frontières du monde pour transmettre ses inspirations musicales et culturelles. Aujourd'hui, elle mène une vie artistique bohème, conciliant sa culture maghrébine et ses influences musicales dans l'écriture et la composition de ses chansons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.