La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Clôture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde : Le succès toujours au rendez-vous
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 06 - 2019

Tout au long de cette messe de la musique universelle aux couleurs africaines, la cité s'est transformée en un grand espace culturel. Grands artistes, artistes de rues, peintres, penseurs… se sont retrouvés à Essaouira le temps de ce festival.
A sa 22eme édition, le Festival du son gnaoui a tenu ses promesses. Du 20 au 23 juin 2019, la cité des alizés a vibré aux rythmes du guenbri et des crotales, au plus grand bonheur des amateurs du genre et des visiteurs de la ville. Tout au long de cette messe de la musique universelle aux couleurs africaines, la cité s'est transformée en un grand espace culturel. Grands artistes, artistes de rues, peintres, penseurs… se sont retrouvés à Essaouira le temps de ce festival. Fort des collaborations entre artistes et des fusions entre différents genres musicaux, le Festival Gnaoua et musiques du monde a donc accueilli comme à son accoutumée une pléiade de maâlems et d'artistes venant du monde entier. Après la parade d'ouverture à Bab Dekkala, les festivaliers ont découvert un concert d'ouverture inédit sur la scène Moulay Hassan. En effet, le maâlem Hassan Bassou et l'artiste cubain Osain d'El Monte ont créé la sensation avec une fusion entre les deux genres musicaux où ils excellent respectivement, à savoir la tagnaouite et la rumba. S'en sont suivies les performances sur scène du maâlem Omar Hayat et de l'auteur-compositeur guinéen Moh! Kouaté. Les deux artistes ont présenté au public une collaboration musicale 100% africaine. La soirée s'est poursuivie dans différents lieux de la ville comme Dar Loubane et Dar Souiri.
L'universalité du son gnaoui
Ce n'est un secret pour personne, la tagnaouite résonne dans le monde entier et séduit de plus en plus d'adeptes. Pour les organisateurs de cet événement, tous les maâlems, musiciens et artistes font qu'on parle de musique de gnaoua comme on parle de rock, de reggae ou de rumba d'autant plus qu'une nouvelle génération de maâlems prend la relève pour diffuser cet art ancestral un peu partout dans le monde. Maâlem Hassan Bassou, Abdelkbir et Hicham Merchane, Hassan Hakmoun, Hamid El Kasri… la programmation de cette année s'est caractérisée par la participation des grands noms de Gnaoua ainsi que la présence des groupes comme Tinariwen (Mali), Imdiazen (Maroc), Maria del mar Moreno (Espagne), et de Susheela Raman (Royaume-Uni/Inde). La musique marocaine contemporaine s'est quant à elle illustrée grâce à Nabyla Maan, Betweenatna, Mogador Band et Hahouma.
Concerts intimistes, fusions et lilas
Le public et les aficionados de ce patrimoine vivant étaient présents aussi bien dans les concerts intimistes, que dans les lilas. Dar Loubane, située au centre de la médina, a vibré au rythme des fusions acoustiques comme celle de maâlem Alikane, sa troupe Tyour Gnaoua, du batteur Karim Ziad et du percussionniste Rhani Krija. Le temps d'une soirée, ce lieu a également fait découvrir aux amoureux des concerts de fusions la magie du mélange entre le flamenco et tagnaouite réalisé par Jorge Pardo et le maâlem Said Oughassal. Autre lieu: les lilas programmées à Dar Souiri. Celles-ci ont fait voyager dans le temps et dans l'espace aussi bien les connaisseurs que les moins érudits de tagnaouite. A l'affiche : les lilas rbatie, chamalie et souirie ont ainsi offert le meilleur du répertoire de ces trois régions.
L'héritage musical à l'honneur
Le festival a l'habitude de rendre hommage aux artistes qui ont marqué les mémoires. Cette année, le choix s'est porté sur le jazzman Randy Watson et l'artiste gnaoui Sidi Hmed Laaraichi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.