Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Rabat: La majorité des cliniques désertées    Les investissements étrangers en baisse de 19,5% à fin février    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Les réserves des centrales syndicales    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Evacuation du plus grand marché de Laâyoune    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Solidarité nationale : le Groupe CAC contribue à hauteur de 50 millions de DH    Coronavirus : 638 cas confirmés dont 37 décès et 26 guérisons ce mercredi à 13h    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Maroc: voici le dernier délai pour renouveler votre assurance auto    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Coronavirus: les deux prochaines semaines seront “douloureuses”, selon Trump    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 02 - 2020

Témoin de l'histoire du Maroc, le Musée du judaïsme marocain est un lieu unique de par les pièces et expositions qu'il dévoile à ses visiteurs.
Son rôle dans la protection du patrimoine juif marocain est central dans la mesure où il rappelle une partie intégrante de l'identité plurielle du Maroc. Depuis sa création en 1997, le musée fait revivre certaines fêtes juives marocaines comme la Mimouna qui est célébrée aujourd'hui dans le monde entier.
Dans son exposition permanente, ce lieu rend un véritable hommage à la judaica marocaine et son évolution à travers les âges.
«Ce musée est unique dans le monde arabo-musulman. Son rôle est surtout de collecter et de constituer une collection de la judaica marocaine. C'est-à-dire les objets qui ont un lien avec la pratique religieuse juive marocaine. En visitant le musée vous allez découvrir les caractéristiques ou les spécificités de cette judaica. Et qui dit judaica dit un ensemble d'œuvres d'outils d'artefact qui expliquent la tradition religieuse juive marocaine, le culte juif, les cérémonies religieuses juifs ainsi que les fêtes juives», nous confie Zhor Rehihel, conservatrice du Musée du judaïsme marocain.
Les trésors du musée
Ce musée compte dans ses expositions plusieurs pièces qui proviennent de toutes les parties du Royaume dont les rouleaux de torah, les ornements de la torah, les lampes de synagogues, les mentaux de torah. Il expose également des outils essentiels dans certaines cérémonies de fêtes ou de traditions par exemple: la bar mitzvah, la cérémonie de circoncision, la fête de «pourim», ou encore la Hanoucca (la fête des lumières). On y trouve aussi des meubles de synagogues marocaines comme les pupitres. Le pupitre de la synagogue de Meknès ou celui de Larache y sont exposés.
«Les objets de la judaica marocaine sont différents des objets de celle polonaise, ou américaine. Il y a une spécificité marocaine», tient à préciser Zhor Rehihel ajoutant que le Musée met en valeur aussi les costumes comme le caftan de la mariée juive et des bijoux amazighs.
Gardien du judaïsme marocain séfarade
Unique dans le monde arabe, ce musée est une initiative de la communauté juive du Maroc. Il a été fondé par quatre figures emblématiques du judaïsme marocain, à savoir Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil de la communauté israélite du Maroc, Feu Simon Levy, penseur, militant politique et grand défenseur de la pluralité de l'identité marocaine, Feu Jacques Toledano, ancien président exécutif de la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, et Feu Boris Toledano qui était l'ancien président de la communauté juive de Casablanca.
Le musée du judaïsme marocain est l'institution juive marocaine qui a lancé ce débat que nous vivons aujourd'hui sur le judaïsme marocain comme partie intégrante de la culture, de la civilisation marocaine et de l'identité culturelle plurielle du Maroc. Il se différencie des autres musées juifs dans le monde par le fait qu'il défend le judaïsme marocain séfarade et amazigh, explique Zhor Rehihel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.