Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    PLF 2023. Quel impact de la mise en œuvre de la loi-cadre sur la fiscalité ?    La circulation fiduciaire progresse de 5,6% en 2021 (BAM)    Grève de Ryanair : dix vols annulés en Espagne    Covid-19 : Le ministère de la Santé annonce la fin de la deuxième vague "Omicron"    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Incendie de forêt : 700 hectares partis en fumée en France    Mer de Chine : Exercices militaires de Taipeh et prolongement des manœuvres chinoises    Chambre des Conseillers : la sécurité sanitaire est une priorité centrale de la souveraineté nationale    Palestine : Tel-Aviv poursuit l'élimination des cadres de la résistance    5èmes jeux de la Solidarité islamique : une forte participation marocaine pour faire briller le sport national    Transfert : Isco rejoint le FC Séville    Mondiaux juniors : Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    La CAF lance une nouvelle plateforme en ligne de licences de clubs    Ukraine : Au 166è jour de guerre, Moscou et Kiev échangent les accusations    Les Etats-Unis mettent fin à des mesures migratoires de Donald Trump    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Casablanca : Cinq ans de prison ferme pour une mère de famille qui a tué sa voisine    Un ex-enseignant se jette dans le vide et une femme se suicide par pendaison    Insolite : une compagnie de matelas recrute des dormeurs professionnels    Eaux contestées : le Hezbollah libanais hausse le ton contre Israël    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Jidar Rabat Street-Art Festival: Neuf nouvelles oeuvres garnissent la capitale    SNRT: Journées portes ouvertes au profit des Marocains du monde    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Sports urbains : Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent au Mondial    Enseignement supérieur: Pourquoi nos Universités peinent-elles à monter en gamme ?    Région TTA : 206 projets approuvés pour 8,4 MMDH    Maroc : Manifestations de solidarité avec le peuple palestinien    Mercato de L'AS FAR : Derrag, Naji, Assout et Jouini et prolongement de Neffati    Botola Pro D1 et D2 : La feuille d'arbitrage digitalisée dès le début de la saison    Le mercato international du Raja : Un Libérien pour faire oublier Ben Malango !    Eté 2022, une opération Marhaba qui tranche avec les précédentes    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Bourse de Casablanca: l'essentiel de la séance du lundi 08 août    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    ONU : Le Groupe arabe salue les efforts soutenus du Roi en faveur de la cause palestinienne    La revue de presse du mardi 9 août    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts du Roi en faveur de la Palestine    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Rabat: le patrimoine culturel populaire valorisé par la célébration de Baba Achour    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Youssef Hosni : «Le confinement est une opportunité pour développer la vente en ligne»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 05 - 2020

Entretien avec Youssef Hosni, directeur de l'Office de développement de la coopération (ODCO)
Les coopératives, à l'instar des autres entreprises, notamment les TPME, ont été frappées de plein fouet par la crise sanitaire. Sauf que cet impact est différencié en fonction des secteurs d'activités.
ALM : Quel a été l'impact du Covid-19 sur l'activité des coopératives ?
Youssef Hosni : A l'état actuel des choses on ne dispose pas vraiment de chiffres exacts concernant l'impact du Covid-19 sur les coopératives. Ce qu'il faut savoir, c'est que les coopératives en tant qu'entreprises sociales, à l'instar des autres entreprises, notamment les TPME, ont été frappées de plein fouet par la crise sanitaire. Sauf que cet impact est différencié en fonction des secteurs d'activités. Les coopératives opérant dans le tourisme sont plus touchées que celles de l'agriculture, sachant que ces dernières représentent plus de 65% du tissu coopératif au Maroc. Et encore l'impact varie au sein du même secteur. Dans l'agriculture à titre d'exemple, les coopératives de production végétale et animale ont été moins impactées comparé à celles du miel. Comme vous le savez, les producteurs du miel ont trouvé beaucoup de difficultés à transporter leurs ruches et à récolter leur production. Ils ont raté les opportunités offertes aux mois de Chaabane et de Ramadan durant lesquels la consommation de cette denrée est très élevée. Donc l'impact est là mais il est différencié en fonction des secteurs économiques.
Comment l'Office a-t-il agi pour absorber le choc en ce temps de crise?
Dès le déclenchement de la crise, et sur instruction de la ministre de tutelle, Nadia Fettah Alaoui, nous avons mis en place une cellule de veille pour s'enquérir de l'impact du Covid-19 sur les coopératives, de suivre leurs situations et d'actionner les leviers possibles pour contribuer à réduire l'impact. Nous avons commencé comme l'ensemble des départements par la diffusion de communiqués, de spots et capsules informationnelles. Et nous avons demandé surtout à nos délégués régionaux d'assurer un contact permanent avec les coopératives pour leur expliquer les mesures prises et les aider à en bénéficier. Même si elles sont reconnues par la loi en tant qu'entreprises, les coopératives se sont retrouvées comme secteur informel du fait qu'elles ne disposent pas de couverture sociale et du coup elles ne sont pas inscrites à la CNSS. De ce fait, elles ont dû bénéficier des mesures prises par le Comité de veille économique en tant que ramédistes ou non ramédistes. Le niveau d'instruction des coopérateurs étant très limité, nous avons demandé aux délégués de les accompagner pour s'inscrire et en bénéficier.
Qu'en est-il de l'appui à la commercialisation ?
C'est la deuxième action structurante que nous avons entreprise. Elle répond, d'ailleurs, à cet esprit de solidarité dont ont fait preuve les Marocains. Depuis la décision du Souverain de créer le Fonds Covid-19, l'Office a lancé un appel auprès des volontaires marocains disposant de savoir-faire en matière de marketing et d'infographie pour aider les coopératives à développer leurs identités visuelles et les accompagner dans la commercialisation de leurs produits à travers les plateformes électroniques en encourageant une sorte de branding individuel des coopératives. Les coopératives ne savent pas où vendre leur produit et la quasi-totalité ne dispose pas de compétences dans le domaine de la vente en ligne. Donc il fallait les préparer à ce créneau, notamment en développant leurs identités visuelles et leurs packagings de sorte qu'on puisse mettre leur produits sur les réseaux sociaux et autres plate-formes.
Quel bilan dressez-vous de cette action?
Nous avons enregistré avec satisfaction l'implication automatique des volontaires marocains, soit sous forme de personnes physiques ou morales (agence de communication, association, professeurs, écoles). Environ 300 volontaires se sont enregistrés pour accompagner 870 coopératives inscrites sur notre site. Cette mise en relation que nous avons encadrée a abouti à l'élaboration de catalogues, comprenant entre autres les identités visuelles des coopératives et les photos des produits avec le prix. C'est une sorte d'accompagnement à la conduite du changement à travers l'initiation de la pratique de vente en ligne. De même des capsules vidéos ont été élaborées par les volontaires en concertation avec l'Office expliquant comment créer des pages propres aux coopératives sur les réseaux sociaux ou sur les plate-formes électroniques disponibles avec un langage très simplifié, en l'occurrence l'arabe dialectal. Nous avons visé dans un premier temps les plate-formes gratuites qui sont subventionnées par les partenaires publics ou privés. Parallèlement à cela et pour aider les coopératives à commercialiser leurs produits, nous avons pris contact avec les grandes surfaces pour les sensibiliser à la nécessité de réserver plus d'espace pour les produits de coopératives et d'élargir la gamme des produits exposés.
Les coopératives ont-elle été réceptives à ce nouveau mode de commercialisation?
Nous avons observé au départ une réticence. Chose qui est tout à fait normale, mais avec l'appui des volontaires et de l'Office les gens ont commencé à y croire. Pour illustrer, je citerais l'exemple d'une coopérative de commerce électronique ayant développé une plate-forme électronique qui permet aux autres coopératives d'avoir une boutique virtuelle pour exposer leurs produits. Actuellement, et grâce à cet appui déployé, on se retrouve avec plus de 530 coopératives inscrites sur la plateforme alors que les adhésions ne dépassaient pas les 30 coopératives auparavant. Donc, nous avons réussi à accompagner 500 coopératives pour vendre leur produit sur cet espace durant cette période de confinement. C'est pour dire que les gens commencent à y croire.
Les consommateurs sont-ils impliqués dans cet appui accordé aux coopératives?
La demande est là mais elle reste toutefois timide. Les Marocains n'ont pas l'habitude d'acheter des produits du terroir tels que le miel, argane ou amlou sur les canaux digitaux. En temps normal, ils préfèrent goûter le produit avant de l'acheter. Mais l'appétit commence à venir petit à petit. Cette période de confinement a constitué une opportunité pour la vente en ligne des produits issus de coopératives. Une coopérative de pâtisserie qui était en arrêt grâce à cette plateforme électronique a pu reprendre son activité et à vendre sans problème. La plate-forme de commerce électronique a scellé des partenariats avec des startups qui se chargent pour leur part de livrer le produit. Et ça marche. Le client paye après avoir reçu sa commande.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.