Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pacte pour la relance économique et l'emploi : A quoi s'engage l'Etat...
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 08 - 2020

L'engagement de l'Etat, dans le cadre du « Pacte pour la relance économique et l'emploi » scellé jeudi avec la CGEM et le GPBM, porte essentiellement sur la mobilisation des 120 milliards de dirhams à injecter dans l'économie nationale.
Tel qu'a été dévoilé précédemment, 75 milliards de dirhams de cette enveloppe de relance seront octroyés sous forme de crédits garantis par l'Etat, gérés par la Caisse Centrale de Garantie, qui dans le cadre d'une réforme institutionnelle, sera transformée en société anonyme dénommée «la Banque Publique de l'Entreprise». Cette entité sera, en effet, dotée d'un capital initial de 5 milliards de dirhams, apportés par le budget de l'Etat, en vue de couvrir les risques de défaut des entreprises bénéficiaires. « Ce dispositif de financement, destiné à prendre le relai du mécanisme Damane Oxygène, a pour objectif d'assurer à l'ensemble des entreprises impactées négativement par les effets de la pandémie, des conditions de financement optimales de redémarrage/accélération de leur cycle d'exploitation », peut-on lire du contenu de ce pacte dont une copie est parvenue à Aujourd'hui le Maroc.
Et de préciser qu' «il s'articulera principalement sur deux instruments de garantie à savoir : Relance TPE et Damane Relance ». A ce dispositif s'ajoute un nouveau mécanisme de garantie destiné aux établissements et entreprises publics (EEP) impactés par cette pandémie. Il sera dédié exclusivement au paiement des dettes des entreprises, notamment les TPME en vue de soulager leur trésorerie durant cette phase de redémarrage de l'économie.
De même, 45 milliards de dirhams seront affectés à un fonds de relance « Essor », alimenté à hauteur de 15 milliards de dirhams par l'Etat et 30 milliards de dirhams mobilisés auprès d'institutionnels nationaux et internationaux. Dans le détail, ce fonds interviendra directement dans des projets d'investissement en faisant appel au partenariat public privé (PPP). Il agira, également, indirectement à travers le renforcement des capitaux des entreprises aux fins de leur développement. La sélection des projets se fera selon des critères basés sur leurs impacts sur la création de l'emploi.
L'Etat s'engage, par ailleurs, à stimuler la demande à travers la commande publique, en accordant une attention particulière à la préférence nationale, ainsi qu'à redynamiser le programme « Intelaka » mis en place sur Hautes Instructions Royales, dont les produits phares sont en l'occurence « Damane Intelak » (qui cible les TPE, petites entreprises, jeunes porteurs de projets, jeunes entreprises innovantes, auto-entrepreneurs et petites entreprises exportatrices vers l'Afrique) et « Damane Intelak Al Moustatmir Al Qarawi » qui vise également les petites exploitations agricoles et projets bâtis sur l'opération de Melkisation.
Parmi les engagements formulés par l'Etat dans le cadre ce Pacte, on relève, également, la réservation des ressources du Fonds Covid, au soutien social, jusqu'à la fin de l'année, à certains secteurs qui demeureront en difficulté même après la levée du confinement ainsi que l'accélération des réformes requises pour améliorer le climat des affaires et la facilitation de l'acte d'investir, notamment à travers l'accélération du chantier de simplification des procédures et leur digitalisation, la mise en application de la charte des services publics, et l'accélération de l'inclusion financière à travers le paiement mobile. En vue de permettre l'amélioration de l'adéquation formation-emploi, l'Etat s'engage à mettre à niveau le dispositif de formation et de développement du capital humain et procédera également à activer l'adoption de l'amendement de la loi sur les délais de paiement et des décrets y afférents.
PAR : K.T


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.