Zamalek remporte la Coupe de la CAF    Gouvernement: «Un bilan maigre» pour l'opposition    Zuckerberg rejette les appels au démantèlement de Facebook    Les enseignants du supérieur en grève    Nouveau cycle de financements en soutien aux femmes entrepreneuses    Inwi présente son centre opérationnel "Soc" contre les cyber-attaques    La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Un Casque bleu marocain décoré à titre posthume par l'ONU    Le Maroc est une force d'inspiration pour les pays africains en matière d'innovation    Saison "douce-amère" et été agité pour le Barça de Valverde    Le WAC rate la première manche de la finale de la Ligue des champions    Réunion du Comité directeur de la FRMF    Salaheddine El Manouzi : La semaine du Maroc à Amiens est toujours un moment de promotion des actions de coopération que nous menons entre les deux rives    S.M le Roi remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées    Appel au renforcement du positionnement des femmes dans les instances politiques    Initiative éco-citoyenne pour une plage propre à Aïn Diab    Kechiche revient enflammer la Croisette six ans après "La vie d'Adèle"    Présentation à Paris du 25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde    La Cigogne Volubile, un voyage à travers le conte et l'Afrique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Une réaction curieusement ingrate!    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cosumar : Une évolution en dents de scie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 06 - 2005

Leader du secteur, la Cosumar est dans le giron de l'ONA depuis 1985. L'entreprise se prépare activement à la libéralisation.
La Cosumar comprend aujourd'hui trois unités de production. La raffinerie d'Aïn Sebaâ à Casablanca, avec une capacité de production de 2000 tonnes par jour, produit du sucre blanc à partir du sucre brut importé. Les sucreries de Zemamra et de Sidi Bennour, intègrées au groupe en 2002, produisent du sucre blanc à partir de la betterave et conditionne le produit en lingots, morceaux et granulés. Ces deux unités couvrent une production de 6 000 tonnes par jour.
L'écoulement des produits de la Cosumar dans le marché national est assuré par un réseau de 900 grossistes en relation avec la dizaine d'agences que compte le groupe dans tout le pays. Difficile pour un initié de comprendre le fait que la Cosumar, entreprise appartenant à l'ONA depuis 1985, et cotée à la Bourse, soit subventionnée. En fait comme l'expliquent les analystes de la place, il ne s'agit pas à proprement parler d'une subvention. Jusqu'en 1996, les principaux producteurs de la place sont administrés par l'Etat. En d'autres termes, les entreprises percevaient une rémunération sur la base d'un forfait de raffinage pour les raffineries et d'un prix de cession pour les sucreries. D'autre part, l'ex-Office national du thé et du sucre jouait les porteurs d'eau, en achetant les matières premières.
Ce système complexe et coûteux était censé protèger le consommateur des fluctuations à la hausse. A partir de 1996, un autre système voit le jour avec la subvention forfaitaire de 2 000 dirhams sur la tonne vendue censée protèger l'amont agricole à la traîne. En tout, ce sont 2 milliards de dirhams qui vont au secteur du sucre. D'un autre côté, le monopole de l'ONTS (Office national du thé et du sucre) sur les importations a sauté depuis 1996.
Cette réforme précurseur de la libéralisation n'a toujours pas donné l'effet escompté. La Cosumar doit faire face à une tarification douanière degressive et par conséquent à un prix rendu usine élevé, de l'ordre de 4 700 dirhams la tonne. Le maintien d'un stock de sécurité (l'équivalent d'une vente mensuelle), ajouté au gel des prix de vente ont-il pesé dans le destin de la Cosumar ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.