Le Burundi réitère son appui à l'intégrité territoriale du Royaume et à son unité nationale    Le projet de loi relatif au processus électoral adopté en commission    Où en sont les travaux qui vont transformer Harhoura ?    La TGR rappelle les mesures d'encouragement pour le paiement des créances publiques    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Les manifestations en Algérie montrent les limites de la stratégie suivie jusque-là par le pouvoir, selon TSA    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Présidentielles Nigériennes : Un passage de relais très démocratique    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Enquête sur une personne qui dit avoir reçu deux doses    L'Unesco appelle à considérer le vaccin comme un bien public mondial    Alerte météo: Chutes de neige et fortes averses orageuses du jeudi au samedi au Maroc    Nés en Afrique, «made in Italy»: cinq créateurs de mode à Milan    Des vestiges, et des centres sous perfusion    Michel Onfray et la déconstruction de la philosophie… !    Un exercice 2020 mouvementé pour Saham Assurance    Country Brand Awards : le Maroc premier en Afrique    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Impact de la pandémie : les femmes encore plus pénalisées    Nouzha Bouchareb: 12 objectifs en ligne de mire    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Tous les établissements pénitentiaires traitent avec les instances représentatives des avocats dans le cadre de la loi    Omar Hilale met à nu le «polisario» et son parrain algérien    Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l'impulsion de SM le Roi    Le CNDH réitère sa position pour l'abolition de la peine de mort    Laâyoune : une nouvelle station de dessalement de l'eau de mer sera mise en service au second semestre 2021    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Coronavirus : le variant britannique présent dans plus de 100 pays [OMS]    Covid-19 : la situation se dégrade en France, le gouvernement annonce des mesures    Algérie : le pouvoir doit prendre acte de l'échec de sa feuille de route, affirme LADDH    Procès à distance : 8.331 affaires mises au rôle du 15 au 19 février    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    Le WAC entame la Ligue des champions par une victoire à Luanda    Prorogation du plan d'action Maroc-CCG jusqu'en 2024    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    L'ONEE lance un grand projet pour le renforcement de l'alimentation électrique dans les provinces du Sud    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Circuits de drogues perturbés durant la Covid-19 : Le Maroc n'est pas un «safe heaven» pour les narcotrafiquants
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 01 - 2021

«La pandémie de Covid-19 a eu des retentissements sur le trafic de drogues à cause des mesures de l'état d'urgence sanitaire décrétées par les autorités, notamment la fermeture des frontières et la restriction de déplacement et de circulation inter-villes, ce qui a contraint les réseaux criminels à adapter leurs modes opératoires».
La lutte contre le commerce illicite de drogues et de produits stupéfiants est un défi d'envergure mondiale. Au Maroc, la DGSN s'adapte et anticipe les mutations que connaît ce phénomène qui trouve son appui dans les nouvelles technologies (communications cryptées, darknet, etc.). Parallèlement, la consistance de l'offre se développe avec l'apparition de substances psychoactives et de synthèse et des modes opératoires nouveaux. Ce trafic génère d'autres formes de violation de la loi et des phénomène tels que le blanchiment d'argent ou encore la corruption.
Sans parler des connexions qu'il peut avoir avec d'autres crimes. «Pour venir à bout de ce fléau, le Maroc a adopté une stratégie multidimensionnelle et équilibrée de lutte contre la drogue, respectueuse des droits et libertés, et qui prend comme fondement le cadre normatif international», peut-on lire dans la dernière publication de la DGSN intitulée «Lutte contre le crime transnational : Résilience et réponse adaptée». Les actions prises sont renforcées par les mesures de détection, de répression et de surveillance mises en place au niveau des postes-frontières et le long du littoral, l'attaque du patrimoine et des avoirs criminels ainsi que la coopération internationale. Elles ont été «couronnées par un accroissement sans précédent des taux d'interception, et ont permis ainsi la saisie d'importantes quantités de drogues et de produits stupéfiants et le démantèlement de nombreux réseaux criminels». Avec sa stratégie anti-drogue, le Maroc n'est pas un «safe heaven» pour les narcotrafiquants.
Voie terrestre privilégiée par les organisations criminelles
«La pandémie de Covid-19 a eu des retentissements sur le trafic de drogues à cause des mesures de l'état d'urgence sanitaire décrétées par les autorités, notamment la fermeture des frontières et la restriction de déplacement et de circulation inter-villes, ce qui a contraint les réseaux criminels à adapter leurs modes opératoires et à changer les itinéraires pour poursuivre leurs activités illégales en empruntant des circuits éloignés et potentiellement fastidieux», explique Abderrahim Habib, commissaire de police principal et chef de service de lutte contre le trafic de drogues. En effet, il s'avère que la pandémie a désorganisé la chaîne logistique de ce trafic. Néanmoins, les trafiquants ont usé d'autres itinéraires pour poursuivre leurs activités illégales.
Durant l'année 2020, les autorités ont doublé de vigilance. Au cours de cette même période, les services de la DGSN en collaboration avec la DGST ont saisi des quantités conséquentes de drogues, notamment de cannabis et ses dérivés, égalant les 217 tonnes. Alors que le nombre d'affaires traitées durant les 11 premiers mois a été réduit à 23% comparativement à 2019 (72.197 affaires en 2020 contre 90.032 en 2019), les quantités de résines de cannabis saisies sont en hausse s'élevant à 191 tonnes 917 kg contre 161 tonnes 385 kg en 2019. Les trafiquants optent pour la voie terrestre en dissimulant la drogue dans des ensembles routiers et des conteneurs de marchandises légales. S'agissant de la cocaïne, la tendance globale a reculé de près de 76% par rapport à 2019 en raison de la fermeture des voies aériennes et maritimes. Du côté des substances psychotropes, leur trafic a grandement été affecté par la pandémie atteignant une baisse de 67%.
Equipes cynotechniques
La DGSN dispose actuellement de 83 chiens de police opérationnels dans le domaine de la recherche de drogue. Ils sont également spécialisés dans la détection de billets de banque, qui est une nouvelle technicité qui vient de s'ajouter à leur éventail. L'intervention des équipes cynotechniques a permis de détecter 7 tonnes 736 kg et 315 g de cannabis en 2020 et 22.509 comprimés psychotropes.
La science comme allié
Durant l'année 2020, le service des stupéfiants et toxicologie forensique a procédé à l'analyse de plusieurs échantillons de poudre blanche, de la résine, des comprimés, des herbes et d'autres substances suspectes. «Les analyses effectuées ont permis de confirmer la nature du produit et aussi le degré de sa pureté allant jusqu'à 96%. Les experts ont permis de révéler qu'une poudre blanche saisie était seulement de la fécule», relève la même source soulignant le rôle important de la police scientifique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.