Le temps qu'il fera ce samedi 22 janvier 2022    Aéroport de Nador : Hausse de plus de 109% du trafic passagers en 2021    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Émirats arabes unis    La valeur des crypto-monnaies dégringole à Wall Street    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    A Washington, les opposants à l'avortement marchent le sourire aux lèvres    Sahara : Staffan de Mistura conclut sa tournée par une rencontre avec José Manuel Albares    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    Le Japon approuve le vaccin Pfizer pour les enfants âgés de 5 à 11 ans    NBA: LeBron James à la tête des votes pour le "All-Star Game"    Fédération Royale Marocaine de Basketball : ''Signature d'un accord de coopération avec l'Association Israélienne de Basketball ''    CAN2021-Médias : Hakimi et Saïss dans l'équipe type du site ''foot365''    CAN-2021 : l'exorciste censé conjurer «le mauvais sort» des Fennecs serait un membre des services secrets    CAN 2021. Lions de l'Atlas: Ryan Mmaee de retour à l'entraînement ! (PHOTO)    Ecologie, Le Lac de Dar Bouazza en danger    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Décès de Noureddine EL OFIR. Un grand passionné du métier de Conseil s'en est allé    Laâyoune et Dakhla bientôt dotées de tribunaux administratifs et de commerce    Covid-19 : 8.338 nouveaux cas et 35 décès ce 21 Janvier    HCP : augmentation du taux d'inflation de 1,7% en 2021    Le Cercle d'Amitié Maroc-Israël s'invite à Casablanca    Mission française : le lycée Lyautey reprend les cours en présentiel    Coupe du Monde : le Maroc connaîtra son adversaire ce week-end    Attaques meurtrières de l'EI en Syrie et en Irak    Pass vaccinal, Ouverture des frontières, Hausse des prix, CAN…Akhannouch s'explique    USFP: Abdelhamid Jmahri met les choses au point (VIDEO)    Espagne : L'hôpital de Logroño confirme que Brahim Ghali a été admis sous une fausse identité    Injures sexistes : Abdeslam Ouaddou, multirécidiviste, défend «son cher frère» Hafid Derradji    The Voice of Holland : Le coach néerlando-marocain Ali B accusé de viol    Mali : le Maroc fait confiance au gouvernement malien confronté à des sanctions de la CEDEAO    Tourisme. Fatima-Zahra Ammor défend son plan d'urgence    Blouses blanches : 80% ont répondu à l'appel de grève    Staffan de Mistura et sa première tournée régionale: ce qu'il faut retenir    Algérie: Suspension des activités d'un parti d'opposition et fermeture de son siège    France/Covid: près de 19.000 classes fermées, un record depuis le début de la pandémie    Ascoli : Abdelhamid Sabiri sur le départ    France : levée progressive des restrictions Covid-19 à partir de la mi-février    Le marché monétaire sous la loupe de BKGR    Malgré le ralentissement du trafic en 2021 : Les ports de Nador, Mohammedia, Safi et Laâyoune affichent de belles performances    France: le gouvernement annonce la levée progressive des restrictions anti-covid    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère baisse    Affaire de cryptomonnaie à Casablanca : saisie de plus de 10 MDH supplémentaires    Crise ukrainienne: Moscou réclame le retrait des troupes étrangères de l'Otan de Roumanie et Bulgarie    Le rockeur vedette américain Meat Loaf est décédé à 74 ans    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 11 - 2021

Jusqu'au 5 février, l'espace d'art Montresso à Marrakech abritera, dès le 30 novembre, l'exposition «Comme avant...» de l'artiste français Rero.
Un événement qui officialise, selon Montresso, la réouverture de l'espace d'exposition de la Fondation «après ces deux années pour le moins tristement particulières». «La création de cette exposition est l'occasion pour nous de soulever un certain nombre de questionnements par le biais d'une installation immersive et novatrice. Altérité, identités, imprégnation et impact des milieux sociaux et de la culture populaire, tant de questionnements aux résonances à la fois esthétiques, sociales et symboliques que l'artiste met en lumière afin de reconsidérer notre propre rapport au monde et à notre environnement», détaille la même structure.
Réelle figure et incarnation d'une modernité certaine, ses oeuvres, présentées dans de nombreux lieux dédiés à l'art (Centre Pompidou, CentQuatre, MAC/VAL, Grand Palais, MAC Bogotà, Aquarium de Paris...) ne fonctionnent aucunement comme des ensembles figés mais, bien au contraire, rendent compte, selon la même source, d'un mouvement perpétuel, tant artistique, symbolique, qu'identitaire et social. Pour preuve, l'artiste se plaît à multiplier les expériences, à varier les contenus et les supports. «D'installations in-situ dans le désert marocain d'Agafay à de nombreuses fresques murales ; de grands formats dans le cadre de sa participation à l'évènement XXL mené par la Fondation Montresso à des projections à l'Aquarium de Paris, Rero construit, modèle, intellectualise pour aboutir à un projet qui nous pousse à nous libérer du connu», enchaîne la fondation qui indique que c'est toujours par le biais d'une certaine polysémie que l'artiste interroge les questions qui lui sont chères.
Entre religions, traditions, spiritualité, langage, tout est prétexte au questionnement et à la remise en question de la société dans laquelle nous évoluons. Imprégnée d'auteurs comme Albert Camus ou Nassim Taleb, l'idée est bien, par le biais d'une recherche sur le sens, d'accéder à un appauvrissement du langage afin de dévoiler le sens réel des mots et toute leur capacité à traduire un message clair. L'idée est de s'approprier des mots percutants, parlants, afin de les confronter à leurs contradictions par le biais de la fameuse barre qui devient la signature de l'artiste. La notion du «comme avant» que questionne cette fois l'artiste rejoint l'ensemble de ses réflexions construites au fil des années et de ses différents types de créations. Il s'agit ici de s'intéresser à cette idée à la lumière des récents évènements et ainsi de se poser certaines interrogations sur notre propre rapport au monde.
En perpétuelle recherche d'équilibre entre le sens de son oeuvre, l'esthétisme et le territoire, Rero s'appuie toujours sur des environnements particuliers, capables de porter en eux-mêmes ces réflexions multiples. Le Maroc se meut alors peu à peu en une source d'inspiration principale pour l'artiste afin de s'interroger en profondeur sur ces questions identitaires et culturelles. Dans cette idée, en 2017 et 2018 il effectue à Essaouira une collaboration et des installations au sein du Creative art programme s'étant déroulé conjointement sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et du Président de la République française Emmanuel Macron.
Par le biais d'installations in-situ et d'une peinture murale, l'artiste parvient à mener une réflexion sur l'émergence de l'entrepreneuriat citoyen. Pour rappel, Rero est un artiste français basé à Rio de Janeiro. Son exposition expérimente une déambulation artistique et une réflexion sur notre temps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.