La coopération entre les services de renseignements arabes au centre d'un forum au Caire    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Décès de Hosni Moubarak: ce que l'on sait    Officiel: le Wydad présente son nouvel entraîneur (PHOTO)    Italie : le virus en Toscane et Sicile, des ministres européens à Rome    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    Autre revers cinglant pour la fantomatique «RASD»    La RSB rate le leadership à Oued Zem    Hamidou Zemmouri n'est plus    Les souvenirs du séisme d'Agadir!    Coronavirus: grosse panique chez les Marocains d'Italie    L'escalade continue    3e édition de l'Afrique du Rire    Huawei sort la nouvelle version de son mobile pliable, à un prix très haut de gamme    Varroc Lighting Systems Maroc obtient un nouveau prêt auprès de la BERD    Tour des championnats européens de football    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Eliminatoires africaines de taekwondo : Trois Marocains sur quatre qualifiés aux JO de Tokyo    Tennis : le Med Avenir du COC a rendez-vous avec son 33e tournoi incontournable    Allemagne: Une voiture fonce dans un défilé de carnaval, 30 blessés    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    Le Maroc prend part à Genève à une rencontre sur la Convention contre la torture    Pétitions, le Parlement fait le point    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Prévisions météorologiques pour ce mardi 25 février    63ème Championnat marocain de cross-country    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Les éditeurs marocains exposent au Salon international du livre à Mascate    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Divers    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Lancement du programme de prévention des jeunes à l'addiction au tabac et aux drogues    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blanchiment d'argent : une loi enfin !
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 04 - 2006

Après un "accouchement difficile", le projet de loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux, atterrit enfin en Conseil de gouvernement.
Le projet de loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux a fini par atterrir, avec un énorme retard, devant le Conseil de gouvernement qui s'était réuni mercredi 19 avril 2006. Cette nouvelle loi (43-05), une fois franchies toutes les phases d'adoption, fera partie du Code pénal et visera aussi bien à garantir une meilleure conformité de la législation nationale avec les conventions et normes internationales en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et notamment en relation avec la criminalité transnationale et le terrorisme, mais à répondre aussi aux recommandations des institutions financières internationales.
Ce projet de loi définit le blanchiment de capitaux comme étant, entre autres, "le fait d'acquérir, de détenir, d'utiliser, de convertir ou de transférer des biens dans le but de dissimuler ou de déguiser l'origine de ces biens, dans l'intérêt de l'auteur ou d'autrui" quand ces derniers sont le produit des infractions prévues par ce projet de loi (trafic de stupéfiants, d'êtres humains, d'immigrés, d'armes et de munitions, mais aussi corruption et détournement de biens publics ou privés). Les peines prévues par ce dernier vont de deux à cinq ans de prison ferme pour les personnes physiques en plus d'amendes allant de 20.000 à 100.000 DH. Les personnes morales, elles, et sans préjuger des peines d'emprisonnement à l'encontre de leurs responsables et agents, risqueront des amendes allant de 500.000 à
3 millions DH. Ces peines et amendes passent au double en cas de récidive ou en cas d'actes attribués à une bande organisée. La nouveauté de cette dernière mouture du projet de loi 43-05, la première remontant au printemps 2005, est qu'elle laisse à l'Administration le soin d'arrêter la liste des personnes assujetties à ce texte de loi tout en en citant quelques-uns comme les établissements de crédit, les institutions financières; les sociétés d'assurance et de réassurance, les sociétés holding offshore, les casinos et les établissements de jeux de hasard en général.
L'autre nouveauté apportée par cette dernière mouture concerne l'organe étatique de contrôle et de répression du blanchiment des capitaux et qui avait fait l'objet d'un bras de fer entre le ministère des Finances et celui de l'Intérieur. Désormais, l'Unité de traitement du renseignement financier sera rattachée à la Primature et c'est le Premier ministre qui en nomme le président. Cette dernière, selon les conclusions de ses enquêtes, est habilitée à saisir la justice, mais aussi à ordonner le gel de biens et avoir sur demande d'une instance étrangère à compétences similaires. Sa composition et les modalités de son fonctionnement seront fixées par l'Administration.
Les personnes assujetties à cette loi sont tenues, envers l'Unité de traitement du renseignement financier, par le devoir de déclaration de soupçon chaque fois que le doute est porté sur une transaction ou un mouvement de capitaux. L'Administration, par un autre texte réglementaire, devra fixer ce montant. Autrement dit, c'est le secret professionnel qui passe à la trappe, mais avec des garanties aussi bien pour les personnes assujetties que pour les personnes ou entités concernées. Comme pour les affaires de terrorisme, les tribunaux de Rabat ont une compétence nationale exclusive en matière de blanchiment de capitaux. Ce projet de loi, qui devait parvenir au Parlement lors de la session de printemps de 2005, pourrait s'inviter à l'actuelle session qui sera clôturée à la mi-juillet 2006.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.