Evolution du coronavirus au Maroc : 1138 nouveaux cas, 464.844 au total, vendredi 22 janvier 2021 à 18 heures    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    Contrôle de conformité des produits industriels : De nouvelles normes marocaines    Bouznika : Début du 5ème round des négociations inter-libyennes    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Volontaires, l' une des clefs de l'organisation du CHAN    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Le vaccin est enfin arrivé au Maroc...vers un lancement imminent de la campagne anti-Covid    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    2M et la DGSN s'associent pour lutter contre les violences faites aux femmes    Dakhla-Oued Eddahab : Soutenir les commerçants et TPE...    Hommage / Covid-19 : ces soignants morts sur le front de l'épidémie    Le Vaccin AstraZeneca arrive au Maroc    Les 10 risques pour les entreprises en 2021, selon «Allianz Risk Barometer»    Fonction publique : 400 postes dédiés aux personnes en situation de handicap    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    TPME : L'Observatoire et le Ministère de l'Industrie renforcent leur partenariat    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Meknès : 6 ans de prison pour le violeur d'un enfant de 7 ans    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'inflation augmente de 0,7% en 2020    La RAM achemine le vaccin anti-covid à Casablanca (photo)    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    CRI : Crise sanitaire ? Connais pas !    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Joe Biden marque la rupture avec Trump à son arrivée à la Maison Blanche    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir : Première session d'Agadir «Ville nouvelle»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 03 - 2008

Organisée en collaboration entre la Commune urbaine d'Agadir et Docomomo-Maroc membre de Docomomo international, du 29 février au 2 mars, la première session d'Agadir «Ville nouvelle» a été un événement d'échange et de partage.
Trois jours pour approcher le patrimoine moderne d'Agadir, telle était l'initiative initiée par la Commune urbaine de la ville et Docomo-Maroc (Documentation et conservation du mouvement moderne en architecture et paysage du 20ème siècle au Maroc). Cette première rencontre qui a coïncidé avec l'événement du séisme qui a frappé la ville d'Agadir le 29 février 1960, a été organisé autour d'un panel de personnalités du monde de l'architecture, de l'urbanisme, du patrimoine, des arts et des lettres et de la société civile qui ont porté un témoignage aussi bien sur ce séisme que sur la reconstruction de cette ville. Pour une première édition des visites de Docomomo-Maroc à cette ville, l'objectif serait d'encourager la mise en place de projets de sauvegarde et de réhabilitation. Une volonté qui permettra sûrement de marquer l'intérêt de cette ville comme ville moderne et symbole de volonté nationale et de culture de défis. Si la ville d'Agadir a su et a pu renaître de ses cendres, cette rencontre a pu mettre en exergue cette expérience de renaissance et de reconstruction. Une reconstruction qui fait état de comparaison avec d'autres expériences internationales similaires de la même époque, notamment Chandigarh et Brasilia. Cette rencontre a également eu le mérite d'exposer l'influence de la reconstruction d'Agadir sur les pratiques et les concepts théoriques de l'architecture et de l'urbanisme entre la première et la deuxième moitié du 20ème siècle au Maroc. En se traçant pour objectif la sauvegarde de ce patrimoine architectural moderne, la ville d'Agadir sera-t-elle en mesure de protéger ses monuments architecturaux modernes ?
Une volonté qui commence à prendre forme au niveau de la ville. Cette rencontre a en effet mis en relief l'impact de la reconstruction d'Agadir à partir des idées, des philosophies et des politiques marocaines dans le domaine de l'urbanisme durant la 2ème moitié du 20 ème siècle.
Découvrir et protéger ce témoignage architectural d'une nouvelle ville traçant l'itinéraire d'une architecture moderne, tel était l'objectif majeur de cet événement. Notant que des visites guidées ont été effectuées aux principales œuvres de la reconstruction et des réalisations du projet de reconstruction d'Agadir.
Il est à noter qu'après le tremblement de terre qui a rasé la ville d'Agadir en 1960, le défunt Roi Mohammed V avait nommé un groupe d'architectes qui était alors piloté par le Prince héritier Moulay Hassan. La reconstruction de la ville d'Agadir témoigne de cette montée en vogue de ce mouvement moderne. Une réussite qui s'illustre par les constructions mises en place non seulement au niveau national mais également sur le plan mondial. Plusieurs bâtiments de la ville illustrent à merveille cette volonté d'une architecture contemporaine brute construite en béton. Le cinéma Salam, le bâtiment de la Commune urbaine sont autant de constructions qui viennent témoigner de ce mouvement architectural. La sauvegarde de ces bâtiments constitue alors une priorité. Ne sont-ils pas en quelque sorte une nouvelle mémoire d'une ville qui a su s'ériger contre les ravages de la nature ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.