Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean-Marc Ayrault, l'inconnu du Parti socialiste
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 05 - 2008

Pour Jean-Marc Ayrault, c'est un coup de maître que les députés socialistes ont réussi, en empêchant l'adoption du texte sur les OGM. Il célébra l'instant en tranchant avec sa rigidité légendaire et son sérieux poussé à l'extrême.
Une des rares fois où Jean-Marc Ayrault, le président du groupe socialiste au Parlement, laisse exploser sa joie sur les bancs de l'Assemblée nationale, ce fut lorsque les députés socialistes, profitant de l'absentéisme des députés de la majorité avaient réussi le coup de maître d'empêcher l'adoption d'un texte très contesté sur l'agriculture OGM. Avec des gestes d'écolier ayant réussi une sulfureuse blague de potache, Jean-Marc Ayrault célébra l'instant dans une posture qui trancha avec sa rigidité légendaire et son sérieux poussé à l'extrême. Le spectacle fut précieux à savourer. Une brise de hooliganisme souffla un instant sur le Palais Bourbon.
Jean-Marc Ayrault eu ses mots sans appel pour résumer la situation : «le gouvernement a été battu clairement, sèchement, sur un sujet qui préoccupe les Français. Quand on veut mépriser l'opposition, on finit par le payer, c'est ce qui vient de se passer ». Si cette crise parlementaire a révélé les malaises et le dysfonctionnement de la majorité présidentielle au Parlement au point de provoquer une crise ouverte entre l'UMP et l'Elysée, elle a par ailleurs mis en lumière la performance et la discipline d'un groupe parlementaire que mène avec beaucoup de panache et de professionnalisme, le maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault.
Malgré sa réélection triomphale à la tête de la mairie de Nantes, Jean-Marc Ayrault demeure un vrai rescapé de la politique. Il a été l'une des premières personnalités socialistes à oser se rallier à Ségolène Royal alors que celle-ci n'avait pas encore obtenu l'adhésion des autres éléphants qui croisaient leurs ivoires lors des primaires. Un coup de poker qui aurait pu tourner à la catastrophe et à la traversée du désert avec l'échec de la présidentielle dont on voyait très mal un représentant symbolique reconduit dans ses fonctions à la tête du groupe PS de l'Assemblée. Et pourtant, contre toute attente, c'est ce qui arriva à Jean-Marc Ayrault, révélant chez cette personnalité inconnue du grand public un discret savoir-faire manœuvrier ou un invisible ancrage politique.
Jean-Marc Ayrault cultive volontairement une discrétion de moine. A l'exception des interventions médiatiques où il est en service commandé au nom des parlementaires socialistes pour critiquer la gouvernance de Nicolas Sarkozy et de son Premier ministre François Fillon, il parvient rarement à capter les grands titres de l'actualité. Les deux seules fois où il en était le héros, récemment, c'est quand en pleine campagne des municipales, il fut accusé par ses concurrents de «ficher ses opposants notoires». Un polémique close à la hâte par l'aveu de Jean-Marc Ayrault d'avoir utilisé «une formulation maladroite». La seconde fois a eu lieu quand au lendemain des élections législatives au cours desquelles la vague bleue avait confirmé son emprise sur le pays, il prit l'initiative de lancer une «contre gouvernement» sur le style des «Shadow cabinets» fréquents dans la tradition anglo-saxonne, présidés par son auguste personne.
L'étoile de Jean-Marc Ayrault commence à scintiller de mille feus depuis que le parti socialiste est entré dans une Fiévreuse guerre de succession qu'ouvre le «départ» de François Hollande programmé en novembre prochain. N'étant candidat déclaré ni au poste de premier secrétaire ni à celui de candidat à la prochaine présidentielle, il peut camper un personnage incontournable difficile à ignorer pour tout ceux qui veulent relancer la machine socialiste et préparer l'alternance.
Jean-Marc Ayrault n'est pas, à proprement parler, doté d'un charisme qui éblouit les regards au premier coup d'œil. L'allure d'un sérère proviseur de lycée, la parfaite dégaine d'un notable de province, le verbe monotone d'une orthodoxie à faire pâlir les chantres d'une social démocratie les plus réformateurs, Jean-Marc Ayrault n'a pas encore réussi à sortir de son statut de gardiens du temple.
L'agenda politique de Nicolas Sarkozy le place au cœur du combat politique. Après la bataille des OGM, Jean-Marc Ayrault se trouve, avec son groupe, au cœur de celle de la réforme des institutions. Il s'apprête à monter les enchères comme il l'a fait savoir à François Fillon : «Les institutions, ce ne sont pas seulement des écrits mais aussi des actes (…) Nous attendons un engagement, sinon ne comptez pas sur nous pour vous servir de faire-valoir».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.