Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean-François Copé, l'opposant domestique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 05 - 2008

Jean-François Copé, un ancien proche d'Alain Juppé et de Dominique de Villepin, allait donc endosser les habits tristes d'une chef d'orchestre invisible d'une chambre d'enregistrement.
Quand, au lendemain du double triomphe électoral présidentiel et législatif de Nicolas Sarkozy, la présidence du groupe parlementaire de l'UMP avait échu à Jean-François Copé, nombreux étaient ceux qui pouffaient d'ironie sous le manteau en évoquant un lot de consolations destinées à clamer les ardeurs du jeune loup de la chiraquie qu'était devenu Copé. Beaucoup glosaient sur la fonction purement symbolique d'un poste où la majorité parlementaire devrait marcher comme un seul homme derrière le miraculé du jour Nicolas Sarkozy.
Jean-François Copé, un ancien proche d'Alain Juppé et de Dominique de Villepin qui avait occupé de nombreux postes ministériels dans les gouvernement Raffarin, allait donc endosser les tristes habits d'un chef d'orchestre invisible d'une chambre d'enregistrement. Tel était donc le destin de Jean-François Copé, maire de la ville de Meaux et avocat d'affaires à ses heures perdues.
C'était sans compter avec le tempérament de cet homme dont la posture éternelle et entretenue de premier de la classe agaçait au plus haut niveau, le verbiage incessant de ses interventions souvent à la limite de la démagogie, la détermination et la fougue, rappellent étrangement, avec des airs de famille frappants, le candidat Sarkozy. Une telle ressemblance si vivace qu'elle laisse croire qu'avec Xavier Bertrand, ministre du Travail, Jean François Copé et Nicolas Sarkozy sont sortis du même moule. En l'espace d'une année, de son statut de pestiféré dont on cherchait plus à acheter la fidélité qu'à solliciter l'engagement, Jean-François Copé est redevenu une incontournable voix de l'échiquier politique français. Une calvitie rampante sur un regard d'aigle et un sourire facile à dégainer d'un représentant commercial, l'homme semble avoir ramassé la mise des nombreuses erreurs commises par un président pressé de séduire.
Le premier grand signal semble avoir été engendré par les excès de l'ouverture mise en œuvre par Nicolas Sarkozy. Les députés de l'UMP, si enclin à pratiquer l'esprit du clocher, n'ont que modérément goûté de voir leur champion offrir les fromages de la république à leurs adversaires de combat. Cela avait commencé par les postes gouvernementaux cédés à des personnalités socialistes emblématiques comme Bernard Kouchner. Cela s'est ensuite poursuivi par des opérations à forte tonalité polémique comme aider à l'installation du socialiste Dominique Strauss Khan à la tête du Fonds monétaire international ( FMI) à Washington ou confier à un symbole des années Mitterrand comme Jacques Attali le soin de réfléchir des solutions pour «libérer la croissance».
Jean-François Copé voyait monter la colère de ses troupes sans trop réagir si ce n'est pour mettre en scène le malaise. Nicolas Sarkozy, déjà sous le coup de l'accusation d'empêcher ses ministres d'exercer leurs fonctions, subit celle des parlementaires de ne pas être consultés avant la rédaction des projets de loi. Ce qui avait donné lieu à une grande cacophonie et de célèbres crêpages de chignons. Jean-François Copé ne se remettra sans doute jamais de la charge lancée contre lui par la secrétaire d'Etat à l'Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet lorsque dans les colonnes du très sérieux journal «Le Monde» il l'avait traitée de lâche.
Jean-François Copé réussit régulièrement cette exercice de haute voltige, dont seuls quelques grands maîtres possèdent la secret, celui de sous-entendre des critiques féroces contre la gouvernance de Nicolas Sarkozy même quand il l'enduit de compliments dégoulinants.
Pour quelqu'un qui s'apprêtait à entamer une grande traversée du désert, Jean-François Copé se trouve au cœur de deux grandes aventures : celle de la révision des institutions où il s'est permis le luxe d'organiser une rencontre inédite avec son homologue socialiste Jean Marc Ayrault. Au cœur de ce débat, l'intervention du président de la république devant le Parlement et accessoirement le cumul des mandats. L'autre chantier concerne la télévision publique. Jean-François Copé avait réussi à obtenir la présidence d'une commission «pour une nouvelle télévision publique». Objectif principal : rationnaliser la gestion de moyens de l'Etat dans l'audiovisuel public tout en organisant la disparition de la publicité sur le service public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.