Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amoureux de sa belle-sœur, il l'égorge
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 09 - 2009

Noureddine, père d'un enfant, n'a pas hésité à rentrer dans la chambre de sa belle-sœur alors qu'il rendait visite à son frère. Quand elle l'a repoussé, il l'a égorgée.
La souffrance et la colère d'Abdenbi n'ont pas d'égal. Le jeune homme vient de perdre sa femme Fatiha, sauvagement assassinée. Devant son incapacité de faire quoi que ce soit, il se fond en larmes. Ses trois enfants qui se tenaient à côté de lui ne cessaient de pleurer. Ils étaient encore sous le choc. Le corps de leur mère, Fatiha, gisant dans une mare de sang. Égorgée, cette femme de trente-six ans, jouissant d'une bonne réputation, était appréciée et respectée de tout le monde. Qui l'a tuée ? Et pourquoi ? Quand les enquêteurs de la police judiciaire sont arrivés sur les lieux, ils ont découvert son beau-frère, Noureddine, perturbé.
Les éléments de la protection civile ont été alertés pour évacuer le cadavre de Fatiha vers la morgue. Elle doit être autopsiée afin de déterminer les causes exactes de sa mort. Les enquêteurs ont interrogé le mari de Fatiha et son frère Noureddine.Des interrogatoires qui ont permis aux enquêteurs de pointer du doigt Noureddine. Ce dernier est considéré comme le premier suspect. Pourquoi ?
Parce que tous les indices le mettent en cause. D'abord, Abdenbi a dévoilé un indice aux enquêteurs : «Mon frère aimait ma femme». Une étrange déclaration. Mais, c'était la vérité. Une vérité choquante,qui dépasse l'imagination. Surtout que Noureddine n'est pas uniquement son beau-frère, mais il est également marié et père d'un enfant. Abdenbi, époux de la défunte, a affirmé aux enquêteurs qu'il partageait le même domicile avec ses parents et son frère, Noureddine. Seulement, sa femme lui a confié que son beau-frère lui avait exprimé son amour et s'attendait à ce qu'elle lui exprime les mêmes sentiments. Fatiha était fidèle à son mari et à son foyer. En fait, Abdenbi n'a pas réagi, n'a rien reproché à son frère, mais il a déménagé avec sa petite famille vers un autre domicile. Quelque temps plus tard, son frère a pris une fois de plus l'habitude de lui rendre visite mais sans passer la nuit chez lui.
Cependant, Noureddine est arrivé l'après-midi de ce jour du crime avec une pastèque à la main en ayant l'intention de passer la nuit chez son frère. Puisqu'il n'y avait pas assez de places.
Les deux frères se sont couchés dans une même chambre. Alors que Fatiha était dans une seconde avec ses trois enfants. Vers minuit, Abdenbi s'est réveillé par un cri strident. En tournant ses regards à travers la chambre, il n'a pas trouvé son frère Noureddine. Il s'est précipité vers l'autre chambre où il a trouvé sa femme gisante dans une mare de sang.
Devant la chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca, Noureddine a avoué son crime. «Je suis rentré à la chambre où se trouvait Fatiha, je l'ai caressée. Quand elle s'est apprêtée à me repousser, je l'ai égorgée», a-t-il déclaré. «Tu portais déjà un couteau quand tu es rentré dans sa chambre ?», lui a demandé le juge.
Noureddine a gardé le silence. Un silence qui confirme qu'il avait l'intention de la tuer.Un acte qui lui a coûté trente ans de réclusion criminelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.