TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Un coup de pouce royal    Loi de Finances : Syndicats et patronat chez le gouvernement ce lundi    Edito : Banques    Le Crédit Agricole partenaire du 6ème Africa Agri Forum à Libreville    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur la genèse de l'amazighité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 01 - 2002

C'est dans la douleur que la revendication culturelle amazigh a vu le jour, après de longues années d'endurance et de marginalisation.
La question amazigh a été constamment imprégnée d'une connotation politique. Dans les années cinquante, elle était « censurée » pour des raisons datées historiquement. Toute revendication de spécificité ethnique ou identitaire était perçue à la lumière du dahir berbère de 1930.
Cette vision a été consacrée et raffermie au cours des premières années de l'indépendance. Quatre tendances majeures dominaient le champ idéologique - politique et tuaient dans l'œuf toute aspiration à l'autonomie culturelle et identitaire. Le Mouvement national dans son acception patriotique globalisante réfutant toute approche insistant sur les sous-entités, régionales soient-elles, culturelles, sociales ou politique.
Ce mouvement affichait un scepticisme net à l'égard de la question berbère. La naissance du Mouvement populaire en 1958 et le déclenchement des événements du Rif leur offert les arguments nécessaires pour camper sur cette position.
Dans le même sens, les courants panarabe, islamique et de gauche rejetaient toute approche qui ne concorde pas avec leur matrice culturelle. Les premiers pour non-conformité avec le concept de la Nation arabe, les seconds parce qu'ils estiment que l'Islam, une fois installé comme religion, élimine toutes les identités culturelles qui lui sont précédentes, et les derniers, enfin, pour une question de priorité dans la lutte ; c'est-à-dire des préoccupations primordiales de la conjoncture.
Cependant, en 1967, fut créée à Rabat, l'Association marocaine de la recherche et des échanges culturels ( AMREC), une association à vocation dont l'objectif fondamental est de faire de la langue et de la culture berbères un champ d'investigation scientifique. Dans les années soixante-dix, le campus universitaire vibrait au diapason de la gauche et du radicalisme verbal, mais à la fin de cette décennie, l'amazighité s'est enrichie par l'émergence de nombreux nouveaux acteurs.
En 1980 est né Tamaynat, soit deux ans la condamnation de Ali Sadki à 12 mois et 17 jours de prison ferme pour avoir publier un article qui évoque « l'arabe venu de l'extérieur ».
En 1990 fut adoptée la charte d'Agadir et, en 1994, feu Hassan II légitime l'amazighité dans son discours du 20 août ; soit moins de trois mois après l'arrestation de neuf membres de l'association Tilelli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.