Coupure d'électricité à Casablanca: 80% des clients rétablis selon Lydec    Produits finis: Le droit d'importation passerait à 40%    Transformation digitale documentaire: CaptureDoc s'implante au Maroc    Terrorisme: Une cellule liée à un combattant marocain démantelée à Barcelone    France: Nadia Hai, d'origine marocaine, nommée ministre délégué à la Ville    Covid19: 123 nouveaux cas au Maroc, ce mercredi à 10h00    Les plages où il fait bon se baigner cet été    Confinement et enseignement à distance L'Université Mohammed V de Rabat évalue l'impact    Driss Lachguar lors d'une réunion avec les membres du Conseil national de l'USFP issus de la région de Rabat-Salé-Kénitra    Driss Lachguar se réunit avec les membres du Front national pour la sauvegarde de la Samir    Côte d'Ivoire : mort du premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly    Réunion du Bureau politique    Le stress test de BAM confirme la résilience des banques au choc induit par la crise liée à la pandémie    BAD : l'Algérie, 3ème économie la plus touchée par la récession en Afrique    Sahara marocain: un expert péruvien n'a pas été tendre avec l'Algérie    Les grossistes anticipent une baisse des effectifs employés    La contamination bat son plein : A qui la faute ?    Pour Tom Hanks, son nouveau film de guerre peut servir de leçon face au coronavirus    "Des peurs et des hommes, sous l'influence du covid-19", nouvel essai qui identifie les réponses psychologiques face à la pandémie    Une série d'activité culturelle et artistique à Assilah    Ouverture des frontières à partir du 14 juillet pour les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume    45.309 MRE rejoignent leurs pays de résidence    Zouhair Feddal tout proche du Sporting Lisbonne    Chelsea chasse Leicester du podium    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Coronavirus : 3212 cas actifs mercredi 8 juillet à 18 heures    Elections 2021: Réunion entre l'Intérieur et les partis    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    Avocat : voici le nouveau projet de loi encadrant la profession [Document]    Serie A: Ibracadabra renverse la Vieille Dame    Assilah respire un air artistique estival!    L'identité, selon Descombes    Premier League: Arsenal et Leicester se quittent sur un nul    Détournement d'aides dans les camps de Tindouf: la responsabilité de l'Algérie est entière    Liga : Valence souffle, l'Atlético freiné par le Celta    Le dissident algérien Karim Tabbou appelle à s'engager dans un «vrai» processus politique    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Alerte Météo : la canicule se poursuit au Maroc    Le Parlement marocain exige des excuses d'Amnesty    Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »    Covid-19 : La CAF et ses partenaires se réunissent pour la sécurité sanitaire en Afrique    Théâtre d'enfant : Un art à exercer professionnellement selon El Houcine Essekkaki    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    Météo : temps généralement stable avec ciel peu nuageux à clair, ce 8 juillet    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur la genèse de l'amazighité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 01 - 2002

C'est dans la douleur que la revendication culturelle amazigh a vu le jour, après de longues années d'endurance et de marginalisation.
La question amazigh a été constamment imprégnée d'une connotation politique. Dans les années cinquante, elle était « censurée » pour des raisons datées historiquement. Toute revendication de spécificité ethnique ou identitaire était perçue à la lumière du dahir berbère de 1930.
Cette vision a été consacrée et raffermie au cours des premières années de l'indépendance. Quatre tendances majeures dominaient le champ idéologique - politique et tuaient dans l'œuf toute aspiration à l'autonomie culturelle et identitaire. Le Mouvement national dans son acception patriotique globalisante réfutant toute approche insistant sur les sous-entités, régionales soient-elles, culturelles, sociales ou politique.
Ce mouvement affichait un scepticisme net à l'égard de la question berbère. La naissance du Mouvement populaire en 1958 et le déclenchement des événements du Rif leur offert les arguments nécessaires pour camper sur cette position.
Dans le même sens, les courants panarabe, islamique et de gauche rejetaient toute approche qui ne concorde pas avec leur matrice culturelle. Les premiers pour non-conformité avec le concept de la Nation arabe, les seconds parce qu'ils estiment que l'Islam, une fois installé comme religion, élimine toutes les identités culturelles qui lui sont précédentes, et les derniers, enfin, pour une question de priorité dans la lutte ; c'est-à-dire des préoccupations primordiales de la conjoncture.
Cependant, en 1967, fut créée à Rabat, l'Association marocaine de la recherche et des échanges culturels ( AMREC), une association à vocation dont l'objectif fondamental est de faire de la langue et de la culture berbères un champ d'investigation scientifique. Dans les années soixante-dix, le campus universitaire vibrait au diapason de la gauche et du radicalisme verbal, mais à la fin de cette décennie, l'amazighité s'est enrichie par l'émergence de nombreux nouveaux acteurs.
En 1980 est né Tamaynat, soit deux ans la condamnation de Ali Sadki à 12 mois et 17 jours de prison ferme pour avoir publier un article qui évoque « l'arabe venu de l'extérieur ».
En 1990 fut adoptée la charte d'Agadir et, en 1994, feu Hassan II légitime l'amazighité dans son discours du 20 août ; soit moins de trois mois après l'arrestation de neuf membres de l'association Tilelli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.