Diffusion de fausses informations sur des cas présumés d'infection : Deux filles arrêtées à Tanger    Bank Al Maghrib: Adoption de nouvelles mesures de politique monétaire et prudentielles    Coronavirus : 120 nouveaux cas en 24 heures, 479 au total    OMS : des prévisions inquiétantes pour le Maroc ? C'est faux !    Gestion de la relation client : Webhelp répond aux fake news    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-2019: un peu de souffle pour le MASI    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Des médecins militaires appelés à la rescousse à Tiznit, Tan Tan et Taza    Appui de l'Union européenne au Fonds spécial pour la gestion du Covid-19    La capacité litière de réanimation passera à 3.000 unités sous peu    La Fédération royale marocaine de handball donne 200.000 DH    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Une journée mondiale du théâtre pas comme les autres    Coronavirus : lourd bilan en Espagne, avec 838 morts en 24 heures    Banque Populaire : les crédits immobiliers reportés pour les personnes impactées    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    McDonald's sert quotidiennement des repas gratuits    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Londres songe à se retirer des négociations dès juin
Publié dans Barlamane le 28 - 02 - 2020

Après la sortie du Royaume-Uni du bloc européen à la fin de janvier, la publication du mandat de négociation britannique a confirmé les profonds désaccords avec Bruxelles avant même le début, lundi, des complexes discussions.
Faute de progrès rapides, le gouvernement britannique a menacé, jeudi 27 février, de claquer la porte dès juin des négociations post-Brexit avec l'Union européenne (UE), excluant un alignement sur les règles communautaires réclamé par Bruxelles en échange d'un accord de libre-échange avantageux.
Après la sortie du Royaume-Uni du bloc européen à la fin de janvier, la publication du mandat de négociation britannique a confirmé les profonds désaccords entre les deux parties, avant même le début, lundi, des complexes discussions sur la relation future entre Londres et les 27 pays de l'Union.
Malgré la difficulté de la tâche, Britanniques et Européens ont dix mois pour s'entendre sur leur nouvelle relation, avant la fin, le 31 décembre, de la période de transition, durant laquelle le Royaume-Uni continue d'appliquer les règles européennes, et que Londres exclut catégoriquement de prolonger. « Cela laisse suffisamment de temps, même s'il est limité, pour que le Royaume-Uni et l'UE parviennent à un accord », a estimé l'exécutif dirigé par le conservateur Boris Johnson.
Mais faute de perspectives sérieuses d'accord en juin, Londres menace de se retirer des négociations, faisant réapparaître le spectre d'un « no deal » aux conséquences économiques potentiellement désastreuses des deux côtés de la Manche.
Une des pierres d'achoppement est l'exigence de Bruxelles que le Royaume-Uni continue de respecter certaines règles de l'UE sur le long terme, notamment en matière d'aides d'Etat, d'environnement, de droit du travail ou de fiscalité, en contrepartie d'une ouverture très large du marché européen, notamment sans droit de douanes pour les marchandises.
« Le gouvernement ne négociera aucun arrangement où le Royaume-Uni n'a pas le contrôle de ses propres lois et de sa vie politique », est-il écrit dans le mandat britannique. « Cela signifie que nous n'accepterons aucune obligation pour nos lois de s'aligner sur celles de l'UE, ou pour que les institutions européennes, dont la Cour de justice, soient compétentes au Royaume-Uni. » Il est toutefois précisé qu'une « coopération amicale » entre deux parties « souveraines et égales » est souhaitée.
L'objectif des Vingt-Sept est d'éviter une concurrence déloyale à leur porte. Mais le gouvernement de Boris Johnson ne l'entend pas de cette oreille : le but du Brexit était justement d'assurer « l'indépendance économique et politique » du Royaume-Uni, même si cela implique d'avoir davantage de barrières commerciales.
Le pays veut notamment avoir la main sur sa propre réglementation en matière d'aides d'Etat. Mais il s'est dit ouvert à « des engagements réciproques de ne pas affaiblir ou réduire le niveau de protection » existant en matière de droit du travail ou d'environnement.
Autre pomme de discorde, la question ultrasensible de la pêche. L'UE veut « maintenir un accès réciproque » aux eaux territoriales des deux parties. Une position difficile à accepter pour Londres, malgré la mise en garde de l'UE, qui conditionne la conclusion d'un partenariat commercial à un accord sur la pêche.
Insistant sur leur volonté de redevenir « un Etat côtier indépendant » à la fin de 2020, les Britanniques entendent négocier chaque année avec l'UE l'accès à ses eaux, comme le font aujourd'hui la Norvège ou l'Islande.
Boris Johnson a répété à plusieurs reprises vouloir un accord commercial basique, comme celui négocié par l'UE avec le Canada, qui préserverait l'autonomie économique de son pays. Difficile, juge Bruxelles : accéder au marché unique nécessite d'en respecter les règles. Et le Royaume-Uni constitue un cas particulier en raison des profonds liens forgés durant cinq décennies d'appartenance à l'UE, son premier partenaire commercial.
Les deux parties se sont dites prêtes à l'éventualité d'une absence d'accord, qui impliquerait que les relations économiques entre Bruxelles et Londres soient régies par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), bien moins avantageuses car elles fixent des droits de douane pour les marchandises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.