Séisme au PJD : Ramid ne partira plus    Le Maroc suspend ses vols avec la Belgique et l'Italie    Non au nihilisme !    Evolution du coronavirus au Maroc : 112 nouveaux cas, 483.766 au total, lundi 1er mars 2021 à 18 heures    La Bourse de Casablanca termine en retrait    Le Roi ordonne de faire don d'un million de dollars au Yémen    Le Maroc blackliste l'ambassade d'Allemagne à Rabat    Région de Dakhla: plus de 570 MDH pour des projets de développement    Après Tanger, la ville de Tétouan noyée par des pluies torrentielles (Vidéos)    Tennis : À Dakar, nos jeunes ont gagné en expérience    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Procès à distance: Plus de 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    El Guerguarat: inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Covid-19 en France: « Il faut encore tenir », selon Macron    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    Guerguerat : inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    TOOMORE célèbre la femme marocaine    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Présidence de la CAF : la Fifa a fini par trouver un compromis entre les 4 candidats en lice    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    14e anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Jeunes Talents Maghreb L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science : Deux chercheuses marocaines récompensées    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    Algérie: affrontements entre la police et des manifestants    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mexique : grève historique des femmes pour dénoncer les féminicides
Publié dans Barlamane le 10 - 03 - 2020

Confrontées à la recrudescence des violences à leur égard en l'absence d'une action concrète des autorités pour combattre ce fléau, les Mexicaines ont frappé fort lundi / elles ont observé une grève nationale pour exiger que soit mis fin au climat d'impunité entourant les féminicides.
Pas de travail, aucune tâche domestique et moins de femmes dans les rues, ni dans les transports et les commerces, au lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Les citoyennes mexicaines ont quasiment "disparu" des bureaux, magasins, transports, restaurants et écoles pour demander un plus grand soutien afin que leurs droits soient respectés. Dans la capitale, les hommes se sont rendus compte tôt le matin d'une image pour le moins inhabituelle : très peu de femmes au volant ou marchant sur les larges avenues, pas de serveuses dans les cafés et les restaurants, pas d'enseignantes dans des écoles qui sont pour beaucoup restées fermées.
Un jour après des manifestations de masse qui ont coloré plusieurs villes du pays à l'occasion la Journée internationale de la femme, l'indignation a conduit une grande partie de la population féminine à rester chez elles. "Hier, elles ont crié dans les rues et sur les places publiques, aujourd'hui leur absence démontre ce que le Mexique perd à cause du machisme et de la violence sexiste", écrit le journal El Sol de Mexico.
Sous le titre "#M9 POURQUOI ON S'ARRÊTE ?", son confrère Animal politico explique dans son édito : "nous les journalistes d'Animal Politico ne travaillons pas aujourd'hui parce que nous sommes épuisées de documenter de la souffrance que vivent les femmes dans ce pays". L'initiative a été lancée par le collectif féministe Brujas del Mar, originaire de l'Etat de Veracruz (est), avec le slogan "El nueve ninguna se mueve" [NDLR : "Le neuf personne ne bouge"]. L'indignation était aussi palpable sur les réseaux sociaux avec les mots-clés #Justiciaparatodas (Justice pour toutes) et #Niunamenos (Pas une de plus) et le hashtag "Un dia sin nosotras" (Un jour sans nous, les femmes).
L'objectif affiché : dénoncer, par leur absence flagrante dans la société durant cette journée, la recrudescence des féminicides et le silence des autorités, alors que l'on recense en moyenne 10 meurtres de femmes chaque jour depuis le début de l'année. "Cette grève au Mexique est née d'une réaction très spontanée de la population", explique Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes.
Soutenue par de nombreuses entreprises et départements publics, cette initiative s'inscrit dans le cadre d'une série de manifestations de protestation des organisations féministes, qui prennent de l'ampleur depuis plusieurs mois, notamment après deux assassinats particulièrement atroces et médiatisés ayant suscité une vague d'horreur et d'émotion relayée par la presse partout dans le monde. Dans la foulée, ces deux macabres meurtres ont constitué les féminicides de trop, provoquant colère et indignation dans un pays pourtant habitué à ce genre de violences à l'égard des femmes et de machisme.
Dimanche, une grande marche de femmes avait réuni 80.000 personnes à Mexico, tandis que des dizaines de milliers d'autres se réunissaient dans plusieurs villes du pays. Ces actions ont clairement déplu au président Andres Manuel Lopez Obrador qui a parlé lundi matin lors de sa conférence de presse quotidienne de "conservatisme déguisé en féminisme" en accusant ses opposants politique de tenter de le déstabiliser en instrumentalisant les organisations féministes.
Outre la condamnation des féminicides, les femmes mexicaines militent aussi en faveur d'une diminution des disparités salariales, une meilleure parité dans le milieu professionnel et la fin du harcèlement sur les lieux de travail.
Selon des chiffres officiels sur la violence à l'égard des femmes, le Mexique a enregistré plus de mille cas de féminicide en 2019, alors que le nombre des femmes ayant déclaré avoir subi un type de violence (scolaire, professionnelle, communautaire ou conjugale) est passée de 60,27 % en 2006 à 66,1 % en 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.