PJD. Tu critiques tu dégages    Chambre des conseillers: L'importance de la mission exploratoire des commissions permanentes mise en avant    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    L'hébergement des touristes chez l'habitant : une activité laminée par le Covid-19    Faut-il réglementer le télétravail?    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    inwi: Partenaire Officiel du Football National    Allemagne: le sort de Joachim Löw se jouera le 4 décembre    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Société Générale Maroc revisite ses bâches publicitaires    Disparition d'un garçon de 13 ans à Asilah : Le pire est à craindre    Covid-19 au Maroc: quels sont les symptômes du moment ?    Port du masque: les autorités de Larache serrent la vis    Les vagues du roman maghrébin et la richesse de l'imaginaire    Clôture du VFM: une édition digitale «déconfinée», placée sous le signe de la résilience!    «Radia Aliya»: Mourad Asmar rend hommage aux mères    Mémoire du judaïsme marocain    L'actrice marocaine Saadia Louk dénonce les fake news des séparatistes    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    Equipe nationale féminine: Double confrontation amicale Maroc-Ghana, les 26 et 30 novembre à Accra    Football / La sélection nationale U20 en stage de préparation à Maâmora    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    La Mauritanie assouplit son visa pour les entrepreneurs marocains    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Pedro Sanchez: «Le Maroc souffre d'une pression migratoire»    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Italie: Plus de 100 personnalités apportent leur soutien au Maroc pour le Sahara    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mexique : grève historique des femmes pour dénoncer les féminicides
Publié dans Barlamane le 10 - 03 - 2020

Confrontées à la recrudescence des violences à leur égard en l'absence d'une action concrète des autorités pour combattre ce fléau, les Mexicaines ont frappé fort lundi / elles ont observé une grève nationale pour exiger que soit mis fin au climat d'impunité entourant les féminicides.
Pas de travail, aucune tâche domestique et moins de femmes dans les rues, ni dans les transports et les commerces, au lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Les citoyennes mexicaines ont quasiment "disparu" des bureaux, magasins, transports, restaurants et écoles pour demander un plus grand soutien afin que leurs droits soient respectés. Dans la capitale, les hommes se sont rendus compte tôt le matin d'une image pour le moins inhabituelle : très peu de femmes au volant ou marchant sur les larges avenues, pas de serveuses dans les cafés et les restaurants, pas d'enseignantes dans des écoles qui sont pour beaucoup restées fermées.
Un jour après des manifestations de masse qui ont coloré plusieurs villes du pays à l'occasion la Journée internationale de la femme, l'indignation a conduit une grande partie de la population féminine à rester chez elles. "Hier, elles ont crié dans les rues et sur les places publiques, aujourd'hui leur absence démontre ce que le Mexique perd à cause du machisme et de la violence sexiste", écrit le journal El Sol de Mexico.
Sous le titre "#M9 POURQUOI ON S'ARRÊTE ?", son confrère Animal politico explique dans son édito : "nous les journalistes d'Animal Politico ne travaillons pas aujourd'hui parce que nous sommes épuisées de documenter de la souffrance que vivent les femmes dans ce pays". L'initiative a été lancée par le collectif féministe Brujas del Mar, originaire de l'Etat de Veracruz (est), avec le slogan "El nueve ninguna se mueve" [NDLR : "Le neuf personne ne bouge"]. L'indignation était aussi palpable sur les réseaux sociaux avec les mots-clés #Justiciaparatodas (Justice pour toutes) et #Niunamenos (Pas une de plus) et le hashtag "Un dia sin nosotras" (Un jour sans nous, les femmes).
L'objectif affiché : dénoncer, par leur absence flagrante dans la société durant cette journée, la recrudescence des féminicides et le silence des autorités, alors que l'on recense en moyenne 10 meurtres de femmes chaque jour depuis le début de l'année. "Cette grève au Mexique est née d'une réaction très spontanée de la population", explique Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes.
Soutenue par de nombreuses entreprises et départements publics, cette initiative s'inscrit dans le cadre d'une série de manifestations de protestation des organisations féministes, qui prennent de l'ampleur depuis plusieurs mois, notamment après deux assassinats particulièrement atroces et médiatisés ayant suscité une vague d'horreur et d'émotion relayée par la presse partout dans le monde. Dans la foulée, ces deux macabres meurtres ont constitué les féminicides de trop, provoquant colère et indignation dans un pays pourtant habitué à ce genre de violences à l'égard des femmes et de machisme.
Dimanche, une grande marche de femmes avait réuni 80.000 personnes à Mexico, tandis que des dizaines de milliers d'autres se réunissaient dans plusieurs villes du pays. Ces actions ont clairement déplu au président Andres Manuel Lopez Obrador qui a parlé lundi matin lors de sa conférence de presse quotidienne de "conservatisme déguisé en féminisme" en accusant ses opposants politique de tenter de le déstabiliser en instrumentalisant les organisations féministes.
Outre la condamnation des féminicides, les femmes mexicaines militent aussi en faveur d'une diminution des disparités salariales, une meilleure parité dans le milieu professionnel et la fin du harcèlement sur les lieux de travail.
Selon des chiffres officiels sur la violence à l'égard des femmes, le Mexique a enregistré plus de mille cas de féminicide en 2019, alors que le nombre des femmes ayant déclaré avoir subi un type de violence (scolaire, professionnelle, communautaire ou conjugale) est passée de 60,27 % en 2006 à 66,1 % en 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.