Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    Algérie : «L'autoritarisme et la politique du fait accompli ne mèneront que vers l'impasse»    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Un retournement de tendance en Bourse?»    Classe prolétaire    Près de deux millions de Marocains seront alimentés en électricité    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Un acquis important pour relever les défis    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Plusieurs eurodéputés interpellent Josep Borrell sur la répression et la coercition politiques en Algérie    Mustapha Ramid opéré au lendemain de sa démission    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    Maroc-Tunisie: Aboub critique l'arbitrage (CAN U20)    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Températures (par villes) prévues pour le dimanche 28 février 2021    Tendances déco 2021 : Les couleurs à adopter    Le groupe sanguin O, est-ce un rempart contre le Covid-19 ?    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Hirak, saison 2: Le Figaro fait le point sur la situation en Algérie    Change : Le dirham s'apprécie face au dollar du 18 au 24 février    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mexique : quand le "féminicide" devient une rubrique à part entière des journaux
Publié dans Barlamane le 05 - 03 - 2020

Le féminicide est un mot qui truste les Unes des journaux mexicains depuis plusieurs semaines après deux assassinats particulièrement atroces et médiatisés ayant suscité une vague d'horreur et d'émotion relayée par la presse partout dans le monde.
A tel point que "féminicide", "violence de genre", "femmes", sont devenus des rubriques à part entière sur les sites de certains journaux mexicains comme El Universal ou El Sol de Mexico, mais aussi "tuer au Mexique" et surtout deux prénoms épinglés parmi les titres dominants de l'actualité : "Ingrid" et "Fatima".
Ingrid Escamilla avait 25 ans, début février, quand elle a été assassinée par son conjoint qui l'a ensuite dépecée et éventrée puis lui a arraché des organes qu'il a jetés dans les toilettes de l'appartement où ils vivaient. Fatima, elle, est une fillette de sept ans qui a été portée disparue en fin de semaine, juste après que les responsables de son école l'ont laissée seule dans la rue parce que ses parents avaient 20 minutes de retard pour venir la chercher. Son corps, qui portait des traces de tortures, a été retrouvé quelques jours après dans un sac en plastique.
Dans la foulée, ces deux macabres meurtres très médiatisés ont constitué les féminicides de trop, provoquant colère et indignation dans un pays pourtant habitué à ce genre de violences à l'égard des femmes et de machisme et où l'on compte en moyenne dix femmes assassinées chaque jour.
C'est le journal El Pais, édition Amériques, qui livre cette statistique, et dont l'éditorialiste David Marcial Perez écrivait : dans "ce pays où l'on est habitué, ces dernières années à prendre le petit-déjeuner en lisant la liste des nouvelles les plus macabres", les calvaires vécus par Ingrid et Fatima semblent avoir "éprouvé le seuil d'épuisement et d'indignation de la société mexicaine". Le quotidien croit savoir qu'il y a un contexte de conscientisation plus large avec la montée récemment d'un mouvement féministe radical, qui n'hésite plus à user de la violence dans ses manifestations de rues pour faire pression sur les institutions et combattre enfin l'indifférence généralisée au sort des femmes.
Portant des vêtements noirs et certaines le visage couvert, les protestataires ont exigé du président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO) la levée de l'impunité dont bénéficient les criminels et la fin de la violence sexiste. L'indignation était aussi palpable sur les réseaux sociaux avec les mots-clés #Justiciaparatodas (Justice pour toutes) et #Niunamenos (Pas une de plus). Une "grève nationale des femmes" est prévue le 9 mars au Mexique pour protester contre la recrudescence des violences à l'égard des femmes avec un soutien général des responsables politiques, du président jusqu'aux membres du Congrès. L'initiative a été lancée par le collectif féministe Brujas del Mar, originaire de l'Etat de Veracruz (est), avec le slogan "El nueve ninguna se mueve" ("Le neuf personne ne bouge").
En réaction à cette annonce de grève lancée à travers les réseaux sociaux le président Lopez Obrador a souligné que "les femmes manifestent, elles ont toutes ce droit, elles sont libres. Notre gouvernement garantit le droit d'être en désaccord", assurant que les femmes choisissant de faire grève ne subiront "pas de représailles".
De leurs côté, des responsables politiques, dont la maire de Mexico, des instances judiciaires, des sénateurs et députés ainsi que des universités publiques et privées, ont indiqué avoir ordonné de ne pas prendre de sanctions contre les grévistes.
Maria Salguero, géophysicienne, a créé une carte sur son site feminicidios.mx. Elle a recensé 3.825 meurtres de femmes en 2019. Un chiffre en contradiction avec celui du gouvernement, qui en dénombre 1.006.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.