Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, vendredi 14 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régime d'Abdelmadjid Tebboune s'accroche au pouvoir alors que l'économie vacille
Publié dans Barlamane le 06 - 07 - 2020

L'épidémie de coronavirus a exacerbé le malaise économique et politique qui a alimenté les manifestations contre le pouvoir d'Abdelaziz Bouteflika, et qui risque de mettre le régime de Tebboune en mauvaise posture.
Lorsque les gens ont commencé à mourir de Covid-19 en Algérie en mars, les manifestants ont appelé à l'arrêt des manifestations hebdomadaires qui avaient secoué le pays pendant plus d'un an et renversé le président Abdelaziz Bouteflika.
Alors que les rues étaient débarrassées des manifestants exigeant le changement démocratique, les autorités soutenues par l'armée ont saisi l'occasion pour réprimer la dissidence, arrêtant des dizaines de militants de l'opposition et interrogeant des centaines d'autres sur leurs publications sur Facebook et les autres réseaux sociaux.
«Ils veulent reconstruire le mur de la peur pour empêcher les manifestations de revenir après la fin du virus», a déclaré Zaki Hannache, un militant des droits humains. La menace du coronavirus pourrait reculer, avec moins de 1.200 morts, mais la colère contre le gouvernement est toujours vive et les causes ayant exacerbé le malaise économique qui a alimenté les troubles sont toujours d'actualité.
En avril 2019, l'armée a renvoyé M. Bouteflika dans le but de calmer la colère populaire. Mais cela n'a pas suffi à apaiser les manifestants qui continuaient d'appeler à la fin du système contrôlé par les militaires qu'ils accusent de répression, de corruption et de mauvaise gestion économique.
L'Algérie dépend fortement des exportations de pétrole et de gaz et, alors que la pandémie frappait le monde entier, la demande d'hydrocarbures a chuté et les prix ont chuté, portant un coup à la fragile économie dominée par l'État et par l'armée.
Même avant la crise sanitaire, la baisse des revenus pétroliers et gaziers avait entravé la capacité du gouvernement à créer des emplois et à dépenser pour les services. Le chômage a atteint 11,5% l'année dernière, selon les chiffres de la Banque mondiale.
Les autorités avaient promis de diversifier l'économie, mais les critiques affirment que le régime rechigne à des réformes qui relâcheraient son emprise et renforceraient le faible secteur privé algérien.
« Le contrôle de l'économie est dans leur ADN », a déclaré Mabrouk Aib, analyste des politiques publiques à Nabni, un groupe de réflexion algérien. «Il n'y a pas de nouvelles politiques pour ouvrir le marché ou faciliter les affaires. Ils font la même chose et attendent que le prix du pétrole augmente à nouveau.»
L'Algérie est le troisième exportateur de gaz naturel vers l'Europe et tire plus de 93% de ses recettes en devises des exportations de pétrole et de gaz. Pendant des années, les hydrocarbures ont soutenu le marché non écrit qui sous-tend le système politique du pays: l'État a versé des milliards de pétrodollars en subventions et en dons et en retour, le peuple a accepté le régime autocratique.
Lorsque les prix du pétrole ont commencé à baisser en 2014, le contrat social s'est effondré au milieu d'accusations de corruption et de mauvaise gestion économique. Les analystes craignent que l'Algérie ne soit confrontée à une grave crise alors qu'elle vide ses coffres en devises, qui sont passés de près de 200 milliards de dollars en 2014 à 62 milliards juste avant l'épidémie de coronavirus. Le problème est que les réserves pourraient s'épuiser d'ici deux ans, provoquant un choc dans une économie où près d'un quart des jeunes sont sans emploi.
Le FMI s'attend à ce que l'économie algérienne se contracte de 5,2% en 2020 et son déficit budgétaire à 20% du produit intérieur brut. Le mois dernier, le gouvernement a réduit ses dépenses de moitié, mais a promis qu'il ne toucherait pas au vaste régime de subventions qui couvre la nourriture, l'énergie et le logement.
Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre qui est devenu président en décembre après une élection entachée par une faible participation et des boycotts, a exclu les emprunts auprès du FMI, arguant que cela restreindrait la capacité de l'Algérie à poursuivre une politique étrangère indépendante.
Jihad Azour, chef du département Moyen-Orient et Asie centrale au FMI, suggère qu'au lieu d'emprunter, l'Algérie devrait adopter des réformes économiques pour stimuler les investissements privés et étrangers afin de réduire le déficit du compte courant et créer des emplois.
« Pour un pays qui avant la crise avait un certain nombre de vulnérabilités économiques, c'est le bon moment et je dirais qu'il est urgent pour eux d'accélérer leurs réformes », a déclaré M. Azour. « L'Algérie a un grand potentiel. »
Pour encourager les investisseurs étrangers – qui évitent principalement l'Algérie au-delà du secteur pétrolier et gazier – le gouvernement a annoncé une liste d'industries non stratégiques dans lesquelles il laissera les étrangers détenir une participation majoritaire.
Mais les analystes avertissent qu'il sera encore plus difficile de lancer des réformes une fois les réserves épuisées. Tin Hinane el Kadi, chercheur à Chatham House à Londres, a déclaré: «Les ressources financières de l'Algérie fondent comme la neige sous le soleil. Il est temps que le gouvernement adopte une vision à long terme et investisse dans des industries comme l'énergie solaire, la technologie numérique, l'agriculture et le tourisme. »
Elle a déclaré que les dirigeants algériens se méfiaient du secteur privé car sa croissance pourrait remettre en cause leur contrôle: « La légitimité du régime est liée à sa capacité à distribuer les loyers et non à un secteur privé dynamique qui crée de la valeur ajoutée ».
Les prix élevés du pétrole ont permis à M. Bouteflika de prodiguer des subventions à son peuple, l'aidant à repousser les soulèvements qui ont englouti la région en 2011. Pendant son règne, cependant, seuls les entrepreneurs privés politiquement liés ont été autorisés à bénéficier des contrats de l'État. Alors que des manifestations ont éclaté l'année dernière, des dizaines de gens d'affaires qui ont prospéré sous la direction de M. Bouteflika ont été emprisonnés pour corruption.
Mais les dirigeants algériens ne peuvent pas miser sur les hydrocarbures pour sauver à nouveau la situation. Anthony Skinner, directeur de l'Afrique du Nord chez Verisk Maplecroft, a déclaré que les difficultés mondiales rencontrées par le secteur du pétrole et du gaz rendaient peu probable que des entreprises étrangères afflueraient bientôt en Algérie. «La bureaucratie, les formalités administratives et les conditions fiscales strictes ont généralement découragé les investissements», a-t-il déclaré. « Désormais, les investisseurs doivent faire face à un environnement de prix très difficile. »
Pendant ce temps, les manifestants ont commencé à retourner dans les rues, même si certaines voix influentes appellent à la prudence à cause du virus. M. Hannache, militant des droits de l'homme, a déclaré qu'il ne doutait pas que les manifestations reprendraient « avec vigueur » après la pandémie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.