ANP: Les ports de Casablanca et Jorf Lasfar réalisent 70,5% du trafic en 2021    Blinken à Kiev au chevet de la crise russo-ukrainienne    Vahid Halilhodzic : « Ce soir, je vais bien dormir... »    Le match contre le Gabon, «une belle leçon pour la suite de la compétition» (Halilhodžić)    Les Etats-Unis et l'Espagne souhaitent unir leurs forces pour trouver une solution au conflit du Sahara    Décès du docteur Noufissa Kabbaj. Un autre s'est éteint pas sa lumière [Par Jamal Berraoui]    Eruption volcanique aux îles Tonga : Trois décès confirmés (agence de l'ONU)    آيت الطالب: أزمة أدوية الزكام وكورونا مختلقة ولدينا مخزون يكفي لتغطية الحاجيات من 3 أشهر إلى 32 شهرا    Aït Taleb dément les allégations concernant une pénurie de médicaments    Réactions des Lions de l'Atlas après le partage face aux Panthères    CAN-2021 : Le Maroc fait match nul face au Gabon (2-2)    Akhannouch réagit à l'accord gouvernement-syndicats d'enseignement    Météo Maroc: jusqu'à -5 degrés prévus ce mercredi 19 janvier    Les syndicats d'enseignants : l'accord est un jalon "important" pour résoudre les enjeux pédagogiques    Les ports de Casablanca et Jorf Lasfar réalisent 70,5% du trafic en 2021 (ANP)    Covid-19 au Maroc: on connaît le prix du médicament Molnupiravir    Autoroute de contournement de Casablanca: démarrage des travaux d'élargissement    Maroc-Gabon: voici le Onze de départ des Lions de l'Atlas    Le Datacenter du ministère de l'Economie et des Finances certifié « Tier III » d'Uptime Institute    Pétrole: les prix au plus haut depuis 2014    Un triste bilan sur le plan économique et social    Ronaldo honoré pour son record de buts en sélection    Le ministère de la culture bien déterminé à promouvoir le théâtre et le cinéma au Maroc (Ministre)    « Le Point de Déclin » de Fatiha Morchid    «Art& Lights» associe deux univers oniriques    « INTROSPECTION » ou le « Voyage d'arts d'abstraction Russe par l'œil de l'artiste Marocain »    Musées : la FNM tient la première réunion de son comité directeur    Compteur coronavirus : les contaminations repartent à la hausse, 7.756 nouveaux cas en 24H    Résidence culturelle : appel à projets 2022 sur le fait religieux    La mère de Gad El Maleh va livrer du couscous marocain dans le monde entier    Dominic Cummings, l'ex-éminence grise devenu l'ennemi juré de Boris Johnson    Tarfaya: 45 candidats à l'immigration sauvés par la Marine    HCP: une majorité gouvernementale hégémonique implique une dynamique des réformes    Azrou : Arrestation d'un individu en état d'ivresse, ayant provoqué un accident    Covid-19. Omicron représente 95% des cas positifs au Maroc [Ministère de la Santé]    M. Daki: La justice numérique, un des piliers de la réforme globale du système judiciaire    Maroc-Espagne : les mots insuffisants de Pedro Sánchez    CAN 2021 / Halilhodzic: « C'est la Fédération Royale Marocaine de football qui paye mon salaire et non la CAF ! »    Présidence du Parlement européen: quatre candidats à la succession de David Sassoli    Commerce international : un partenariat CGEM-ADII pour l'accompagnement des entreprises    Tourisme : Le gouvernement accorde un montant de 2MMDH pour soutenir le secteur    Sécurité routière: NARSA dévoile son plan national de contrôle (2022-2024)    Session de formation sur l'éducation inclusive et l'autisme    Un séisme de 4,9 secoue le centre de la Turquie    Sahara : Washington réitère son soutien à l'envoyé onusien de Mistura    Une tempête de neige balaie le Canada    Conseil de gouvernement : la marque «Morocco Tech», en tête de l'ordre du jour    Peu de réussites, beaucoup de fustrations: un an de mandat Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sara Daniel : «Mais où est l'examen de conscience du régime algérien ?»
Publié dans Barlamane le 07 - 10 - 2021

À l'origine de la nouvelle tension algéro-française : un déjeuner bon enfant entre le président français et une vingtaine de jeunes dont les grands-parents avaient été des protagonistes de la guerre d'Algérie, écrit la journaliste Sara Daniel dans un édito au vitriol.
La journaliste Sara Daniel retrace dans un édito le cheminement de la nouvelle crise Paris-Alger : Au cours d'échanges apparemment ouverts, Emmanuel Macron leur a rappelé qu'après son indépendance l'Algérie s'est dotée d'une histoire officielle «totalement réécrite», qui «ne s'appuie pas sur des vérités», mais développe «un discours qui repose sur une haine de la France». Et de poursuivre : «La nation algérienne post-1962 s'est construite sur une rente mémorielle.»
«En fait de coopération, il semble que le régime algérien ne se satisfasse que d'une France qui se couvrirait la tête de cendres. Car Emmanuel Macron est allé plus loin que ses prédécesseurs. En reconnaissant, lors de la campagne présidentielle de 2017, que la colonisation a entraîné des "crimes" et en s'apprêtant à commémorer aujourd'hui les répressions meurtrières du 17 octobre 1961. Mais l'examen de conscience de l'Algérie, où est-il ?» s'interroge la journaliste.
«Pendant que la France demandait récemment pardon aux harkis de les avoir abandonnés, entendait-on l'Algérie demander pardon de les avoir massacrés ? Les crimes de la colonisation l'absolvent-ils de ses propres péchés ? Surprenant de la part d'un régime qui a si vite effacé la faute des islamistes de la "décennie noire" : 150 000 morts entre 1991 et 2002. Comme si le travail de mémoire était l'apanage des démocraties qui regardent leur passé en face et ne pouvait se faire que d'un seul côté de la Méditerranée» note la journaliste.
«Est-ce qu'il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? Ça, c'est la question» qui a irrité le régime algérien. L'historien Mohammed Harbi, ancien membre du FLN, a affirmé : « En faisant remonter l'existence d'une nation algérienne à la période précoloniale, le nationalisme s'interdit d'étudier la formation du peuple algérien comme processus historique et rend incompréhensibles les problèmes posés par les brassages de population.»
«À vrai dire, les relations entre Paris et Alger s'étaient déjà tendues après la décision française de réduire de moitié les visas accordés aux Algériens. Le motif était le "refus" des autorités de délivrer les laissez-passer nécessaires au retour des clandestins refoulés de France. Emmanuel Macron a longtemps été conciliant avec l'Algérie ; il a durci le ton pour rappeler que les intérêts de la France aussi doivent être respectés» conclut la journaliste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.