Variole du singe : Baitas se prononce sur les mesures gouvernementales    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    La délégation égyptienne arrive au Maroc    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    Un impératif et non une option pour le CESE    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Les changements climatiques augmentent les canicules    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Canada: Le TSAF, une maladie évitable de malformations durant la grossesse    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Le port de Tanger Med dans le top 6 mondial (banque mondiale)    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Energies renouvelables : en 10 ans, l'Afrique n'a attiré que 2% des investissements    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Taghazout Bay : l'humour à l'honneur les 27 et 28 mai    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Afghanistan : 12 morts dans quatre attentats    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le cinéma marocain brille au festival de Cannes    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En Algérie, stupeur et effroi après la satisfaction engendrée par l'élimination des Fennecs
Publié dans Barlamane le 25 - 01 - 2022

Au lendemain de l'élimination de l'équipe nationale algérienne de la Coupe d'Afrique des nations, des réactions inattendues par beaucoup d'Algériens, pointent le délabrement du pays incarné par la débâcle des Fennecs.
L'Algérie, tenante du titre, a été piteusement éliminée dès le premier tour de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) après sa défaite contre la Côte d'Ivoire (3-1), le 20 janvier à Douala. Déjà tenue en échec par la Sierra Leone (0-0) puis battue par la Guinée équatoriale (1-0), l'Algérie termine dernière du groupe E de la CAN avec un seul point au compteur. Une débâcle qui a engendré des réactions de satisfaction maligne.
Selon le site Le Matin d'Algérie, la théorie du complot a été réactivée pour expliquer le parcours désastreux des Fennecs. «Pour expliquer l'échec, les télévisions abrutissantes, qui pullulent sous l'ombre de l'Algérie nouvelle, diffusaient des reportages, où l'on montrait, partout au pays, dans l'Algérie profonde comme sur sa croûte, des gens consternés et furieux criant au complot. Aucun doute, le pays est visé : la main étrangère a encore frappé !», écrit le site.
«On accuse tout le monde avec des termes blessants, à forts relents racistes, indistinctement, arrogamment, sans retenue, avec suffisance et prétention. On dénonce la Confédération africaine de football, le Maroc, le Cameroun, et les pays qui nous ont sportivement battus. Beaucoup ont vu, dans cette élimination précoce, la main du diable, les crampons des djinns, les balais des sorcières, le chamanisme des «Kahlouch» et les grigris des marabouts !
«Les morts et les vivants, le monde visible et invisible, l'Afrique et l'Europe, tous se seraient ligués contre nous ! Contre le plus grand pays d'Afrique, la Mecque des causes justes, l'avatar de la Palestine, le bras armé d'Allah sur cette terre ! Dans chaque Algérien se cacherait-il un Tebboune qui s'ignore ? Dans chaque supporter, un Chenegriha ou un Calife en devenir ? Le pouvoir et le peuple fanatisés parlent-ils enfin d'une même voix complotiste ? Marionnettes et ventriloques en totale fusion» accusations citées par le même journal.
Notons que l'Algérie a pris la grande tête depuis sa victoire à la coupe d'arabe. Une occasion pour avoir vendu au peuple algérien une utopie sur leur vie. Par le même biais c'était une occasion de montrer que l'Algérie est meilleure que d'autres pays, en l'occurrence d'autres équipes. Pourtant, le football reste un jeu, avec un ballon rond !
Ce même journal ajoute que «pendant le tournoi, des chaînes islamistes ont diffusé des reportages surréalistes, où exorcistes et charlatans, dépêchés en urgence au Cameroun, avaient pour mission de briser le sortilège dont serait victime l'EN d'Algérie qui n'arrivait pas à marquer. Mais, ni le Coran, ni les fioles d'eau bénite de Zemzem n'ont empêché l'humiliation.»
D'après eux, le foot reste une échappatoire, une activité qui fera oublier les sentiments, de peur, de haine, les besoins et plus précisément la réalité du pays. « Dans le pays où l'échappatoire principale est le foot, la défaite est synonyme de retour à la réalité et au quotidien désenchanté. Ce que ne veut surtout pas le régime au pouvoir. Il lui est, en effet, très préjudiciable de revenir aux pénuries du lait et d'huile, à la pauvreté, au Covid-22, à l'effondrement du système de santé, aux manques de farine et de médicaments, à l'inflation, à la laideur des cités et douars, aux violences du quotidien, aux déchèteries sauvages, au rationnement de l'eau, au chômage, à l'ennui, l'arbitraire, aux détenus d'opinions, aux harragas... à l'enfer !» pointe la même source.
L'article vise aussi la France, là où la communauté algérienne est forte. Se posant la question est-ce des sentiments de jalousie ou de haine ou ce serait que question de sécurité et de tranquillité gagner après une défaite algérienne.
«L'image que renvoie l'Algérien à l'étranger est peu reluisante. Imaginons l'inverse, imaginons, qu'une forte communauté étrangère d'Algérie, marocaine par exemple, fête violemment les victoires de son équipe nationale. Quelle serait la réaction des Algériens ? Que feraient-ils ? Il est plus qu'évident que cela ne serait pas toléré, violemment réprimé et dégénèrerait probablement en affrontements ethniques» compare t-il
«L'Algérie de 2022 s'enfonce, chaque jour un peu plus, dans son moyen-âge. L'islamisme la ronge et lui fait racler du front, cinq fois par jour, le fond du tapis de prière sur lequel on l'a assise depuis l'indépendance», note la même source, qui conclut : «les prières sont ce qui reste de mieux aux peuples qui attendent la mort, lorsqu'ils ont épuisé possible et espoir. Lorsque le sort d'un match est plus important que celui de 300 détenus d'opinion. Lorsqu'on ne respecte ni les vivants, ni les morts, ni les femmes, ni les croyances d'autrui, pour un pays si jeune, cela s'apparente à un infanticide. L'espoir, est-il encore permis ? Non, à moins d'un improbable miracle, car ce n'est pas l'espoir qui sauve, mais les actes qui le rendent possible.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.