Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Transport : L'illégal dope les ventes de triporteurs
Publié dans Challenge le 31 - 10 - 2012

Destiné au transport de marchandises, le triporteur est devenu un moyen de transport en commun. De la calèche au triporteur, des jeunes chauffeurs ont franchi le pas en investissant dans ce business.
Super Moto, Kazawi, Top Moto, Docker, les marques de ces engins à trois roues fleurissent dans toutes les villes du Royaume, en particulier dans la capitale économique. Même si leur aspect renvoie à des produits tout droit venus de Chine, la plus populaire d'entre elles, Docker, est un produit monté au Maroc. Avec 120 à 180 unités montées mensuellement dans leur usine implantée à Tit Mellil, la SOCOMADIS importe de Chine toutes les pièces de son triporteur, «Docker». Au total, quelque 35.000 nouvelles unités sont importées ou montées localement tous les ans. «L'engin coûte 15000 DH qui est acheté d'habitude par des jeunes qui font le transport, et nous sommes leader depuis trois ans dans les triporteurs low-cost», note l'un des responsables commerciaux de la société de distribution.
«Il suffit d'acheter l'engin à 15000 DH avec son remorqueur et d'installer la cage en fer avec une bâche à 4000 DH », lance un chauffeur de triporteur qui fait la liaison Ryad Oulfa et Hay Hassani, deux quartiers périphériques . La bâche est confectionnée par un soudeur et c'est ce qui permet aussi d'installer des bancs latéraux comme sièges. Des jeunes se lancent dans ce business et ont investi près de 20000 DH avec une assurance d'une année à 1600 DH.
Cependant, cette assurance ne couvre que deux personnes, à savoir le chauffeur et une autre pour le transport de marchandises. Alors qu'au complet le triporteur peut transporter jusqu'à huit personnes. En cas d'accident, ces dernières ne sont pas couvertes par l'assurance et « des fois les chauffeurs se sauvent avant qu'un agent de police ne fasse le constat. Le chauffeur indélicat risque d'être interpellé et son matériel peut être amené à la fourrière », précise le jeune chauffeur. Mais quoi qu'il en soit, ces tricycles permettent à de nombreux jeunes d'assurer leur gagne pain avec une marge journalière estimée entre 100 DH et 150 DH, selon les courses.
Visiblement, les autorités semblent fermer les yeux sur ce phénomène, pour des raisons sociales. Mais, le transport de personnes est une activité strictement règlementée et ne peut en aucun cas être fait par le biais de ces triporteurs. Malgré ce caractère illégal, pour certains, ce serait en raison des embouteillages causés par le tramway que les chauffeurs de triporteurs ne sont pas interpellés par les agents de police. Les triporteurs sont donc une alternative face aux bouchons immenses qui sévissent dans la capitale économique surtout avec les travaux du tramway. Ainsi, ils sont utilisés par les gens au sortir du travail en attente des bus ou grands taxis au Maarif, Garage Allal ou Sidi Maarouf. Ils desservent des zones à forte concentration démographique comme Hay Baraka, Hay Hassani, Derb Ghallef, etc. «Nous transportons des personnes qui n'ont pas les moyens de prendre le bus et quelques fois pour des courses à trois dirhams, on est payé à deux dirhams ou même gratuitement», ajoute le chauffeur.
La concurrence des triporteurs aux légendaires Honda est de plus en plus rude dans le transport interurbain des marchandises. A Derb Omar, près d'une centaine de triporteurs volent la vedette aux Honda avec des tarifs de transport qui atteignent à peine la moitié du prix des véhicules à quatre roues. Faudrait-il revoir la réglementation de ce moyen de transport qui voit 35000 unités dans le marché chaque année ? Beaucoup de jeunes qui pratiquent le transport en commun seraient privés alors de revenus journaliers destinés à des familles entières issues de zones difficiles. Un aspect non moins important à prendre en considération par les autorités compétentes, d'autant plus que les populations ont davantage recours à leurs services. L'approche de l'Aïd el Kébir crée une tension sur la demande, notamment avec le transport des moutons et autres marchandises. Pendant ce temps, ces transporteurs d'un nouveau genre se frottent les mains.
Une puissance qui fait polémique
Sans permis ni carte grise, les triporteurs sont conduits en toute imprudence. Prévus avec un petit cylindre et réservés pour les marchandises. A côté de ceux qui proviennent de Chine, le triporteur Docker qui peut supporter une charge de 300 kg à 500 kg avec son moteur de 49cc. Par contre, la vitesse et la capacité cylindrique de ces produits chinois restent une polémique. L'essai au laboratoire révèle en réalité une puissance de 90cc et une vitesse de pointe qui dépasse 100km/heure alors que la limitation initiale est de 50km/heure. Aussi, le poids à supporter est modifié par certains chauffeurs pour une contenance optimale. En fait, selon certains, le producteur chinois pourrait être le fournisseur commun des importateurs et distributeurs des différentes marques de triporteurs au Maroc.
PAR serigne cheikh djitte


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.