El Otmani : la confiance dans les corps intermédiaires est cruciale    Atlantic Dialogues 2019 : L'énergie, un chantier plus que prioritaire pour l'Afrique !    Industrie auto: Bientôt de nouveaux écosystèmes    Trois individus arrêtés à Casablanca pour détention d'une arme à feu et trafic de drogue    L'Unesco partenaire du festival de Fès    Alerte météo : Vagues dangereuses de 4 à 6 mètres sur les côtes atlantiques à partir du lundi    Un policier contraint de dégainer son arme pour arrêter deux individus à Fès    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    El Othmani loue l'action de l'AMMC    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Oriental: Le CRI en mode proximité    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Président d'université pionnier en MOOC
Publié dans Challenge le 11 - 11 - 2013

Ce n'est pas un MRE comme les autres. Ingénieur de formation, il s'est reconverti dans l'enseignement. Depuis 2012, il assure la présidence de l'Université Cadi Ayyad qu'il ambitionne de placer au plus haut niveau.
I
l y a certaines fortes personnalités, que l'on n'hésite pas à considérer, à plus d'un titre, comme étant le reflet d'une époque. Une époque où l'ascenseur social fonctionnait, et où des hommes et des femmes issus du Maroc profond, parvenaient à surmonter toutes les entraves rencontrées, et connaissaient des parcours exemplaires. Il était alors possible de réussir par les études, et les études seulement. Voie royale pour atteindre des sommets dont les parents n'osaient même pas rêver. Abdellatif Miraoui est de cette trempe là. De ceux que les difficultés n'ont pas arrêté, que les obstacles ont aguerri, et pour qui le succès a été au rendez vous. Comme beaucoup d'autres d' ailleurs, à cette époque.
Il est né en 1962, à Fkih Ben Saleh, dans une famille qui ne comptait pas moins de neuf enfants, dont il était le cinquième. Le père qui était en charge de cette fratrie nombreuse était un simple ferronnier. La famille vivait dans ce qu'était, à l'époque une simple bourgade dans la plaine des Beni Amir, entre le prolongement de la Chaouia et les confins de l'Atlas, à laquelle d'ailleurs, elle empruntait son appellation première. Depuis, le village prit de l'essor, et profita de la manne de ses expatriés, allés chercher fortune en Italie et en Espagne.
La famille est modeste, et tout naturellement profite des quelques avantages de l'entraide familiale. Une valeur qui ne semble pas se perpétuer. Les grands parents maternels d'Abdellatif, agriculteurs, envoient chaque année à leur fille, des lots de céréales, principalement de l'orge, élément de base de la nourriture. "C'était peu de chose, mais dans cet environnement où personne n'avait rien, nous avions quand même un peu plus que les autres," explique Abdellatif. Les temps étaient difficiles, et nous sommes en pleines années de plomb. Mais la famille fuit la politique comme la peste. Les gens « du commun » ne s'intéressent guère aux discours révolutionnaires des citadins. C'est à peine s'ils ont le temps de se consacrer à réunir les moyens de subsistance des leurs et de sortir de la misère environnante.
Abdellatif est un élève brillant. Il porte les espoirs de sa famille. "Pour mes parents, il fallait que quelqu'un réussisse, seule possibilité pour sauver la famille. Pour eux, j'étais le porte drapeau, et il fallait que j'assume" se remémore-t-il, avec une émotion, à peine dissimulée. Il était manifestement nostalgique de cette époque où, pour lui, tout était tellement plus simple et où il fallait encore si peu pour vivre décemment.
Le portrait complet est disponible dans le Challenge #442, actuellement chez votre marchand de journaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.