Algérie : garde à vue prolongée pour une journaliste, arrêtée lors de la manifestation du vendredi    Hakima Yahya, directrice du LNPS : l'institut a étoffé ses dispositifs, ses mécanismes ainsi que ses plates-formes    Cette souffrance silencieuse et invisible de notre jeunesse    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    Nouvelles frappes aériennes d'Israël contre Gaza, électricité coupée    Liga : Dimanche prochain, aura lieu la bataille de Madrid pour le titre !    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Centre national de l'arganier : Les travaux seront lancés cette année    Nomination : Un nouveau PDG à Philip Morris International    Covid-19 : l'Algérie annonce une réouverture partielle de ses frontières malgré le contexte sanitaire difficile    Tourisme : les opérateurs broient toujours du noir    Reprise des visas Schengen pour l'Espagne, nouvelles conditions imposées    Rabat: Le Café des Oudayas rouvre ses portes    Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Edito : Piqures de rappel    Solidarité avec la Palestine : Arrivée des lots d'aide marocaine    Tanger: interpellation de deux individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Espagne: Le Salon international du tourisme de Madrid, du 19 au 23 mai en présentiel    La famille de la Sûreté nationale célèbre le 65è anniversaire de la création de la DGSN    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    Variant indien : Le gouvernement britannique rassure quant à l'efficacité des vaccins    Une face cachée de la France au sujet du conflit israélo-palestinien [Vidéo]    Taqa Morocco: Hausse des bénéfices au premier trimestre    Chelsea défait en finale par Leicester    Un nul bénéfique pour le WAC face au Mouloudia    SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Les relations maroco-espagnoles traversent la plus grande crise de leur histoire    Maroc: Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril 2021    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Journée internationale des musées: Accès exceptionnel et gratuit mardi aux musées de la FNM    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Coupe de la CAF/ Quart de finale aller : Le Raja arrache le nul en déplacement face à Orlando Pirates (1-1)    Casablanca : Inauguration des nouveaux sièges de la BNPJ et du Laboratoire de la Police Scientifique (reportage)    Situation en Palestine : Le Maroc participe à la réunion d'urgence des ministres des AE de l'OCI    Jordanie: Arrivée du deuxième lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens sur Très Hautes Instructions Royales    Frappe aérienne sur Gaza: 17 Palestiniens tués    Arrivée en Jordanie du premier lot de l'aide humanitaire d'urgence destinée aux Palestiniens    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Idées business : Dix concepts pour vous lancer
Publié dans Challenge le 20 - 06 - 2009

Quels sont les concepts inédits qui peuvent réussir au Maroc ? A quelles conditions le succès sera-t-il au rendez-vous ? Des professionnels s'expriment sur leur faisabilité, mais un entrepreneur, c'est avant tout
une intuition exacerbée pour les «bons coups».
La saison estivale est celle durant laquelle le moral est au beau fixe. Le pouvoir de consommation est à son apogée. Et en termes de consommateurs, le marché marocain en compte près de 30 millions. Les idées ayant mûri durant les premiers mois de l'année peuvent enfin connaître un aboutissement. Il n'est pas indispensable de s'engager dans des projets de grandes dimensions. La manne des PME est inestimable. Tout d'abord, testez vos capacités à devenir entrepreneur. «C'est d'abord une envie. C'est cette volonté d'être indépendant et d'avoir la capacité de prendre des risques», témoigne Nour-Eddine Chamat, qui reste l'un des experts de la petite entreprise au Maroc. Une idée business qui ratisse large a davantage la possibilité de devenir une succès story. Elle doit être de celles capables de toucher la masse en termes de cible. Et les exemples ne manquent pas, pour ne parler que des entreprises dont la montée a été fulgurante. Des PME dont M. Chamat et son associé, Ali Lamzibri, ont facilité la propulsion vers les « hautes sphères ». Il s'agit notamment des introductions en bourse réussies de Dari Couspate, ou encore de Mediaco et de Cartier Saada. A partir des modèles économiques initiés par ces entreprises, nos spécialistes tiennent à souligner qu' «il faut rester concentré sur le métier ou le produit de base et s'y spécialiser». Les niches à exploiter se distinguent autant par leur diversité que par les difficultés d'ordre structurel avec lesquelles elles cohabitent. Si l'on se penche sur le segment lié aux services à la personne, qui est au demeurant à son apogée à l'étranger, les projets portant sur ce marché sont handicapés par l'informel. Aussi, à ce niveau, nous avons exposé des concepts qui ne peuvent se développer que selon les règles du circuit structuré (taxi pour enfants, remise en forme et beauté). Par ailleurs, il est clair que les prestations à l'entreprise sont un business florissant comme la maintenance informatique ou encore l'externalisation de certains départements tel le recouvrement, la paye ou la facturation. Mais ce n'est pas l'objet de notre démarche ; puisque ces concepts ne représentent pas des idées nouvelles, elles sont mises en pratique depuis de nombreuses années. Le débat est autre, c'est en termes de professionnalisation de ces filières que la question se pose. Alors, si vous êtes à la recherche d'originalité ou si vous désirez âprement devenir précurseur sur un marché donné, ces quelques idées business peuvent vous intéresser. Reconnaissons toutefois que le volet foncier peut paraître décourageant. Ne vous avouez pas vaincu puisqu'il existe également des concepts nécessitant peu d'investissement, mais davantage les aptitudes d'un réel profil d'entrepreneur. A vous de jouer !
Sieste-
hôtel
«Profiter des opportunités», c'est le slogan que ne cessent de nous asséner tant nos institutionnels que nos opérateurs. C'est la démarche initiée depuis le déclenchement de la crise. Le poste “tourisme et voyages” est le premier à disparaître des budgets des ménages. Et les premiers touchés sont incontestablement les hôteliers. Certains semblent avoir trouvé la parade. Lorsqu'il est constaté que l'établissement tourne en deçà de sa capacité, ils pratiquent ce qui est communément appelé le «remplissage». Trouver une formule qui corresponde aux moeurs des citoyens du pays et prenne en compte les impératifs les visiteurs. Le concept repose sur la possibilité de louer les chambres à l'heure. La période de la journée qui correspond le plus à ce genre de besoin est celle de la sieste. C'est d'ailleurs ce qu'un hôtelier catalan a instauré et de la sorte, il a réussi à renflouer sa trésorerie. Un opérateur national témoigne d'ailleurs que «ce concept peut être retenu mais décliné autrement». Les explications. La déclinaison doit s'effectuer en fonction des villes. De celles qui traditionnellement sont appelées les villes de transit. Les cités de Casablanca, Marrakech ou encore Tanger sont de celles qui accueillent généralement les longs courriers, des volumes de départs et d'arrivées très importants. D'ailleurs, à en croire notre professionnel, une formule quasi-similaire existe. Il s'agit de ce qui est dénommé dans le jargon hôtelier, le «day-use». Coté prix, c'est celui normalement en vigueur pour les nuitées, réduit de moitié. Les nationaux peuvent également en profiter dans l'attente d'un train ou d'un vol. Et puis après le déjeuner, nombreux sont nos compatriotes qui préfèrent opter pour une sieste réparatrice au lieu de squatter les cafés. La tranche horaire préconisée est comprise entre 13 et 17 heures. Naturellement, il revient aux hôteliers de mettre en place une gestion du service de chambre des plus réactifs. L'expérience a prouvé par ailleurs qu'il suffisait de ne consacrer qu'un nombre réduit de chambres à cette prestation.
Agence de
voyage pour non voyants
L'idée est des plus simples. Elle consiste à proposer à des personnes voyantes d'accompagner des malvoyants et ce, en faisant en sorte d'offrir des tarifs alléchants. C'est une agence de voyages, cestes destinée aux non voyants, mais qui commercialise des prestations comme n'importe quel autre opérateur. Il se trouve que la formule de l'accompagnant n'est pas une nouveauté au Maroc. Comme le fait remarquer cet opérateur : «il est question d'une réduction de 50% sur le tarif en vigueur. C'est certes méconnu, mais la faisabilité n'est pas à prouver». Il ne faut surtout pas s'imaginer que l'activité se fait sous forme d'association. Loin de là. Puisque les destinations ne s'établissent pas sur la base de ce handicap, bien au contraire, le but étant de faire profiter ces personnes de leurs séjours au même titre que les autres. En effet, le rôle de l'accompagnateur consiste notamment à prendre soin de s'exprimer à haute voix devant tout ce qu'il voit et de dire tout ce qu'il ressent. Histoire de transmettre tant les images que les émotions à ceux dépourvus de la faculté visuelle. D'ailleurs, il s'agit de bien préciser aux « voyants », qu'ils ne feront pas dans l'assistanat médical. De plus, le lancement d'un tel business à la fibre humanitaire, c'est aussi offrir l'occasion aux mécènes et aux entreprises d'accompagner financièrement cette démarche. Et il se trouve qu'une tentative anglaise dans le domaine ait profité d'un chèque conséquent de la part de la compagnie aérienne low cost, EasyJet…
Taxi pour
enfants
Imaginez une camionnette équipée de dispositifs sécuritaires de dernière génération, comprenant des sièges bébé et des rehausseurs, conduite par des chauffeurs titulaires de diplômes de secourisme et ayant à leurs actifs une expérience dans la garde d'enfants. Hésiteriez-vous à leur confier votre progéniture ? Ne pas adhérer à une telle prestation serait difficile. La gestion quotidienne du transport des garnements tient de plus en plus d'une véritable organisation logistique. Encore plus, lorsque les emplois du temps ne correspondent pas, notamment en période de vacances scolaires, aux activités des uns et des autres. L'idée repose sur une prestation déterminée et bien précise. Une société de transport des enfants dont la rémunération se fonde sur l'élaboration de forfaits. Ce qui laisse supposer un large éventail de tarifs pouvant être soient hebdomadaires soient mensuels. A moins que ce ne soit pour une opération ponctuelle. De prime abord, il faut fixer par avance la zone d'intervention, généralement comprise dans un rayon urbain. Pour encore plus de sécurité, une procédure est à suivre. C'est ainsi que les parents indiquent le nom de la personne devant récupérer l'enfant en fin de trajet. Pour sa part, l'entreprise de transport est dans l'obligation d'effectuer un contrôle d'identité de la personne qui réceptionne le petit passager. L'intérêt d'une telle entreprise réside dans le fait qu'elle répond à un besoin réel. Les premiers clients se puisent dans l'entourage proche. A des tarifs préférentiels, en précisant que ce ne sont que des prix de lancement, faites-en profiter les bambins de l'entourage proche. Jouer sur le lien de confiance déjà instauré entre vous et vos relations. Dans un tel business, le sentiment de confiance est déterminant.
Livraison
de méchoui
à la plage
Pour ceux qui préfèrent l'intimité des plages publiques, rien ne saurait replacer un bon barbecue improvisé sur les plages. Sauf que l'opération nécessite le transport de toute une artillerie, que beaucoup jugent encombrante. L'alternative? Au lieu d'être dans l'obligation d'aller s'attabler dans l'un des restos du coin, pourquoi ne pas se faire livrer. Les enseignes qui offrent cette prestation ne dépassent pas le périmètre urbain. Alors, l'idée serait de monter un restaurant qui assurerait un tel service à proximité des plages. Et bien évidemment, il s'agit de proposer, non pas des pizzas ou des sandwichs mais ces fameux «méchoui» cuits au charbon de bois. Un camionnette ne serait pas de trop dans cette affaire, transportant des barquettes en aluminium de manière à maintenir la nourriture à la bonne température. Le menu comptera des garnitures (un assortiment de salades marocaines de préférence), en dehors de la viande, et proposera également du poisson. A noter toutefois que c'est une activité particulièrement saisonnière. En revanche, elle pourrait perdurer si l'emplacement se trouve dans une zone résidentielle de villas avec petits jardins ou dans une région purement touristique.
Restaurant pour enfants
Terminée la période où un enfant joufflu était signe de bonne santé. Bien au contraire, les pédiatres et les nutritionnistes surveillent l'évolution calorique des petits de très près. Encore plus, les parents rendent exceptionnelles les sorties déjeuners aux fast-foods et ne recherchent que du «frais» pour leur alimentation. Les campagnes de sensibilisation menées pour lutter contre l'obésité infantile atteignent leurs objectifs. Alors, offrir une alimentation saine, dans des locaux uniquement destinés aux enfants, peut devenir l'affaire du siècle. Mais c'est un véritable aménagement qu'il faut mettre en place : des couleurs vives, des plats aux compositions amusantes, des meubles à la hauteur des enfants…Bref, faire de cet espace un petit paradis pour enfants. Et puis évidemment, la démarche consiste à décider les parents. Miser sur une carte dédiée et sur des produits réalisés par des nutritionnistes et évidemment à la portée de tous en termes de prix. Il existe des possibilités de développement de ce concept. Dans un premier temps, un restaurant de ce type; puis à travers des partenariats avec des points de vente de la grande distribution, commercialiser les mets et les produits préparés par l'enseigne. Des recettes inédites qui contribueraient à moyen terme à l'implantation d'un concept de restaurants-épiceries. Les tout petits ont déjà leurs boutiques de vêtements, de jouets, de meubles, pourquoi pas des magasins pour leur alimentation. Concocter des plats pour les enfants est de moins en moins du ressort des jeunes mamans faute de temps, alors un «festin» acheté au coin de la rue en ravirait plus d'une…
Espaces de
remise en forme dans les gares
et aéroports
A l'heure où il est de plus en plus d'actualité de rentabiliser les capacités commerciales des aéroports et des aérogares, ce concept trouve toute son acuité. En effet, les gens passent énormément de temps à attendre un avion ou un train. Et le trafic prend son importance de jour en jour. Sans parler de véritables centres de coiffure ou d'esthétique, il est plus opportun d'installer des espèces de cabines qui proposent les prestations de manucures, de pédicures et des séances de massages. L'intérêt est qu'en très peu de temps, les voyageurs retrouvent toute leur fraîcheur ou encore parent au plus urgent en termes d'esthétique. Démarrer cette activité durant la saison estivale, c'est s'assurer d'un volume important de clientèle. Afin de continuer ce business pendant toute l'année, il serait intéressant de procéder à un plan de développement qui concernerait plusieurs zones de passage. Un réseau de points qui peut prendre la forme de franchises. Encore plus, mettre en place la commercialisation de produits estampillés du nom de l'enseigne…
Une boutique pour le 3ème age
Une surface exclusivement dédiée aux personnes âgées. Ce n'est pas pour faire dans la discrimination. Loin de là. L'idée, c'est de réserver un espace aux personnes que la foule rebute. Des personnes qui ont des besoins particuliers, qui ont du temps, qui estiment ne pas avoir à faire leurs courses dans la précipitation. Elles sont à la recherche de produits qui leur conviennent et exposés de manière à limiter leurs efforts. Il s'agit d'aménager un espace comprenant de larges allées, dont le rayonnage offre des produits spéciaux, notamment destinés au bien-être et à l'alimentation diététique. Et un impératif déterminant : l'affichage des prix en gros caractères. Nul besoin de sortir son binocle. Selon un opérateur dans la grande distribution, il est également important de prévoir une superficie comprise entre 400 et 700 mètres carrés. De plus, il insiste également sur le fait que le succès d'une telle entreprise dépend également de «l'assortiment des produits exposés». Sur le plan de l'aménagement, notre expert souligne un point particulier, déterminant aux yeux de cette catégorie de clientèle. Les locaux doivent dénoter par l'aspect «luxueux et chic» de l'espace. L'agencement du magasin doit avoir été soigneusement effectué. Il reste que c'est un investissement qui demande un financement important. Mais, pour ceux qui disposent d'un local, les frais s'en trouvent amoindris. Une telle activité peut engendrer une très grande marge. Cette tranche socioprofessionnelle est une importante «consommatrice».
Dépôt-vente de vêtements
de luxe
Les locaux de dépôt-vente, Casablanca n'en connaît qu'un seul. Mais il fait autant dans les meubles, les objets que les vêtements. Est-ce la raison qui explique que l'enseigne ne se soit pas développée ? En revanche, ce concept fait dans la spécialisation. La surface qui doit comprendre au maximum 800 m2 peut avoir pour superficie de départ un petit espace n'excédant pas les 50 m2. Elle se focaliserait uniquement sur le dépôt des vêtements de marques. Les aficionados des fringues de luxe sont constamment à la recherche des dernières tendances en la matière. Ils suivent scrupuleusement les collections des grandes griffes. Et par conséquent, des budgets importants sont nécessaires. Le dépôt-vente peut représenter la solution à leurs besoins. D'ailleurs, l'investissement reste accessible. L'agencement du local n'est pas ruineux et demande peu de frais. De plus, cette activité ne nécessite pas de stocks. Toutefois, un certain esprit s'impose. Celui de sélectionner attentivement l'objet des dépôts et exiger la qualité. Les clients se font généralement très insistants pour placer les vêtements. Aussi sachez refuser, il en va de l'image même de votre entreprise.
Restaurant africain
Plonger dans le cœur de l'Afrique Noire, dès le Maroc. C'est une idée qui germe dans l'esprit de la grande majorité des ressortissants de ces pays, résidents au Maroc. Le goût culinaire des Marocains correspond aux saveurs des mets et des plats préparés dans ces contrées. Les Marocains sont férus de cette gastronomie, mais n'en profitent que très rarement. Le concept reposerait sur le lancement d'un complexe culinaire proposant les différentes cuisines du continent. Encore plus, le projet peut également comprendre des espaces d'exposition de l'art africain sous toutes ses déclinaisons. Une galerie d'art qui offrirait aussi la possibilité d'acheter des produits de l'artisanat. L'aménagement de l'espace compte pour beaucoup. Ce serait surtout une question d'ambiance qui transparaîtrait tant au niveau de l'ameublement, des tenues portées par le personnel de l'établissement que de la musique distillée. Le pari consisterait à donner, le temps d'une soirée, le sentiment de baigner dans un climat véritablement africain. Une ville comme Casablanca en constituerait le siège idéal. Vu qu'au regard de la demande, les offres de loisirs et de distractions restent insuffisantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.