Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Températures min et max prévues - Samedi 20 Juillet 2019    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chute de la masse bénéficiaire pénalisera-t-elle le marché boursier ?
Publié dans Challenge le 16 - 10 - 2015

Résultats semestriels. Les bénéfices semestriels des sociétés cotées à la bourse de Casablanca ont baissé de plus d'un tiers en glissement annuel. Cette contreperformance a été induite par les difficultés subies par les secteurs du pétrole et de l'immobilier effaçant la performance des autres secteurs, tels les banques, les assurances et l'agroalimentaire. Au regard de cette tendance, la question se pose sur les prospectives du marché actions. Analyse. par Kaoutar Khennach
Sur 72 sociétés cotées, 40 entreprises ont enregistré le premier semestre 2015 sur des bénéfices en croissance, au moment où 32 entités ont évolué dans le rouge. Au sein de ce panel, 8 structures ont réalisé des résultats semestriels déficitaires. De plus, la cote casablancaise a été marquée, au premier semestre, par la publication de 10 profits warning.
Dans ce contexte, l'ensemble des sociétés cotées de la bourse de Casablanca a généré, au premier semestre 2015, une masse bénéficiaire de 9,8 milliards de DH en baisse de 32% par rapport à la même période de l'année précédente.
Pétrole & Gaz et immobilier : les maillons faibles
Cette dépréciation est particulièrement attribuable à la Samir et Alliances, dont les déficits se sont nettement accentués à respectivement -3,5 milliards de DH et 384,3 millions de DH. « La neutralisation de l'impact de ces deux valeurs allège la contraction de la masse bénéficiaire globale à -2% », précisent les analystes financiers d'Upline Securities.
C'est, ainsi, que la masse bénéficiaire de la cote casablancaise a été tirée vers le bas, essentiellement, par les secteurs Pétrole & Gaz et immobilier. En effet, dans le sillage des pertes enregistrées par la Samir dont l'activité est quasiment à l'arrêt depuis le mois d'août dernier, le secteur pétrole & Gaz a accusé un déficit de plus de 3 milliards de DH contre un bénéfice de 683,8 millions de DH au premier semestre 2014. De même, le secteur immobilier, plombé par la perte par Alliances, a subi une forte baisse de plus de 67% en glissement annuel à près de 283 millions de DH. «Retraité d'Alliances, la masse bénéficiaire du secteur aurait affiché une stagnation», soulignent les analystes d'Upline Securities.
Le secteur minier sanctionné par la baisse des cours de métaux
Par ailleurs, la chute de la masse bénéficiaire occulte également la baisse de plus de 7% de la capacité bénéficiaire du secteur minier à 367,46 millions de DH en raison de la baisse drastique des cours de certains métaux à l'échelle internationale. En effet, «le recul du secteur minier a été induit par les deux valeurs Managem (-7,5%) et SMI (-48,9%) qui ont subi de plein fouet la contraction des prix de l'or (-7%), de l'argent (-17%) et du cuivre (-14%)», expliquent les analystes financiers du CDMC.
Atonie, le mot maître du BTP
Aussi, parmi les principaux secteurs dont la rentabilité n'a pas été au rendez-vous. On note celui des « Bâtiments & Matériaux de Construction » qui a affiché une masse bénéficiaire en baisse de 4,9% en glissement annuel à 1,6 milliard de DH.
«Ce secteur pâtit de l'atonie que connaît le secteur BTP avec un marché du ciment en décroissance de 1,3%, une insolvabilité accrue des grands promoteurs immobiliers, un ralentissement du rythme de production de logements et un taux de défaillance des entreprises du BTP s'élevant à 16% », déclarent les analystes financiers du CDMC.
Le secteur bancaire, toujours premier contributeur
Sans surprise, le secteur « Banques » reste, de loin, le premier contributeur à la masse bénéficiaire du marché boursier avec plus de 5 milliards de DH en hausse de 2,1% par rapport au premier semestre 2014. En effet, « les trois grands groupes bancaires, Attijariwafa bank, Banque Centrale Populaire et BMCE Bank ont pris de l'avance dans le provisionnement, ce qui a contribué à l'allégement du coût du risque et la hausse des bénéfices », attestent les analystes financiers d'Upline Securities.
Assurances et Agroalimentaire: les bonnes surprises
Par ailleurs, la surprise vient du secteur des assurances qui a clôturé le semestre sur de bons auspices avec un rebond annuel de 5,6% à près de 820 millions de DH. «Cette performance est attribuable notamment à la contraction du déficit de liquidité et la stabilité des rendements des bons de Trésor (10 ans à 3,12% et 20 ans à 4,06%) » Selon les analystes financiers de CDMC.
Comme autre bonne nouvelle, le bénéfice du secteur agroalimentaire s'est bonifié de 11,3% à près de 709 millions de DH. «Cette progression est due essentiellement à Cosumar, dont le bénéfice consolidé a enregistré un affermissement de 38,8% pour une contribution favorable de 17,8 points dans la croissance du résultat sectoriel», expliquent les analystes d'Upline.
Vers une crise de confiance ?
Logiquement, la baisse de la masse bénéficiaire de l'ensemble des sociétés cotées devrait accentuer la méfiance des investisseurs envers la bourse de Casablanca. Ainsi, le Masi, l'indice phare de la cote, devrait maintenir son incursion dans le territoire négatif entamé depuis le mois de mars 2015.
La reprise du marché actions ne peut être tangible qu'avec des éléments de nature à raviver les espoirs des investisseurs à travers l'accélération des introductions en bourse tant attendues de Marsa Maroc et de Mutandis, la fin des déboires de Samir et d'Alliances, ainsi que la modernisation du cadre législatif de la bourse de Casablanca. n


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.