Atlas cartographique de l'Afrique: L'IRES réalise la 1re édition    Commande publique La Commission nationale opérationnelle    Compétences démocratiques    Attention, seuls les revenus de 2016 sont concernés!    Côte d'Ivoire : La taxe de séjour inquiète les Marocains    Mondial 2026 :Maroc compte défendre sa candidature    La fédération lance un ultimatum à Said Hasbane    Contrebande : Grosse saisie de cigarettes à Tiznit    Tevekov, un peintre russe tout en puissance    Les Kids United viennent chanter l'espoir    CHAN 2018 : ce sera Maroc-Namibie et Zambie-Soudan    Un vent d'optimisme pour début 2018    Le gouvernement redevient complet, avec un nouveau ministre en plus    Décès d'une personne blessée dans la bousculade à la frontière de Melilla    La fédé lance un ultimatum à Hasbane    Quatre victimes dans l'explosion dans la mine de Jbel Aouam à Mrirt    Aziz Rabbah réagit face à la vente de la queue d'un dinosaure marocain au Mexique    « Shutdown » aux Etats-Unis: des administrations au chômage technique, espoir d'un compromis    George Weah se félicite de la coopération solidaire avec le Maroc    CHAN Maroc 2018 : Fin de parcours pour le Cameroun et la Côte d'Ivoire    George Weah prête serment    So Art Gallery, Houda Kabbaj à l'honneur    L'ANAPEC va lancer quatre unités mobiles pour l'amélioration de l'employabilité    Bourita refuse de redimensionner son déplacement à Alger    Bousculade à un point de passage du préside occupé de Mellilia: Quatre cas d'évanouissement    Le président américain réitère son soutien «à une solution à deux Etats»    Le Maroc affronte l'Argentine en mai    L'Oréal désigne une blogueuse voilée pour sa nouvelle campagne publicitaire    Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés    Fin de l'Acte 1    Le statut de l'agence boucle le circuit législatif    Lakjâa promet de faire «respecter la loi à lettre»    D'PENDANSE : Les stars danseront à Casablanca    Les violences faites aux femmes coûtent près de 5,8 milliards DH par an    2017, une année record pour le trafic aérien    Coin de l'expert: 3 questions à Farid Mezouar, directeur exécutif de flm.ma    L'ACAPS lance une plateforme de gestion de réclamations    DGI : annulation des pénalités    Flash hebdomadaire    «Le pays où les pierres parlent» présenté à d'Art Louane    Vient de paraître: «Une famille au temps du Facebook » de Fatima Limni    Attokoussy ou quand l'art explore les rites et croyances au Maroc    Mustapha El Khalfi met la société civile devant ses responsabilités    Congrès régional du RNI : Les recommandations d'Akhannouch    Fès : Trois blessés suite à l'effondrement d'une maison de deux étages    Oxfam: Les plus riches ont accaparé 82% de la richesse mondiale créée en 2017    Turquie: 24 arrestations pour « propagande » en lien avec l'offensive en Syrie    Agents de joueurs: l'UEFA brise l'omerta    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Betty Batoul, la femme de paix, invitée de l'Association « Cité portugaise » le 12 octobre à 18 h.
Publié dans Eljadida 24 le 30 - 09 - 2012

L'écrivaine belgo-marocaine, présidente fondatrice de l'asbl Succès, a été reçue dernièrement par leurs Majestés le Roi et la Reine de Belgique pour son titre de femme de paix.


Elle sera également honorée le 10 octobre prochain au Maroc lors d'une cérémonie organisée par l'association Al Anwar, sous la présidence de la Princesse Lalla Meryem, au cours de laquelle plusieurs femmes marocaines seront mises à l'honneur pour leur engagement et réalisations.

Suite à cette visite au Maroc, Betty Batoul a répondu favorablement à une invitation émanant de l'Association « Cité portugaise », pour une rencontre avec le public jdidi, le 12 octobre, 18 h à la cité portugaise. Entrée libre.

Rappelons que Betty, ou Batoul de son prénom marocain, est née à Bruxelles, d'un mariage mixte belgo-marocain.

Son roman « Coquelicot en hiver ? Pourquoi pas… », lui a valu le Prix Condorcet Aron. Elle y parle sans tabou de la maltraitance des enfants, de la violence conjugale, des fléaux sociaux qui touchent encore beaucoup d'enfants, beaucoup de femmes et les condamnent à souffrir la plupart du temps en silence…C'est un roman qui a pour mot d'ordre de rendre l'espoir aux femmes maltraitées.

Un coquelicot unique, à l'image de l'enfant arrivé à l'âge adulte, brisé en mille morceaux et qui a pu se reconstituer, recouvrer son bonheur et son enthousiasme d'enfance. C'est la description émouvante d'une adolescente qui galère. C'est le temps du doute, du sentiment du rejet par tous, de la hantise du suicide et, plus tard, de la solitude noyée dans l'alcool, de l'enfer de la violence conjugale…jusqu'à une certaine nuit d'avril…un Virage. Et là, un pétale s'ouvre, puis un deuxième…pour constituer en fin de compte un coquelicot…la sortie du tunnel.

Un coquelicot unique, fier de ses origines. Nul ne peut le cueillir et nul ne peut le posséder ou l'« l'enfermer » dans un vase, sous peine de lui faire perdre sa splendeur et sa superbe.

C'est un coquelicot qui se sent bien là ou il est. Là où il pousse. Pareil à une certaine Betty Batoul, à ses racines, à une enfance « ballotée » entre le Maroc et la Belgique. Mais une vie qui reste sienne et dont elle reste fière.

Batoul a vécu une grande partie de son enfance à El Jadida. Son père n'est autre que feu Kaddour, l'ex-propriétaire de l'Hôtel-Restaurant-Bar: la Brise (route d'Oualidia), et ses études primaires ont été faites à l'école mythique de Khadija Oum El Mouminine.

Et aujourd'hui, c'est pour son courage ; pour son roman ; pour sa fondation asbl succès et pour son combat acharné au profit des femmes et des enfants maltraités, qu'elle vient d'être reçue par leurs Majestés le Roi et la Reine de Belgique pour son titre de femme de paix

Et c'est pour cette même cause qu'elle sera honorée en octobre prochain dans son deuxième pays, le Maroc, lors d'une cérémonie organisée par l'association Al Anwar, sous la présidence de la Princesse Lalla Meryem.

Pour toutes celles et tous ceux qui souffrent, qui broient du noir, seuls, recroquevillés sur eux-mêmes et incapables de trouver la force nécessaire pour se relever et continuer à se battre, Betty Batoul représente l'exemple à suivre. L'espoir qui revigore et donne envie de se battre.

Pour toutes ces choses accomplies, nous disons à Batoul Bravo, Merci et a très bientôt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.