l'automobile et le textile pour développer la région    Les détails du nouveau dispositif fiscal    Mondial 2026 : le Maroc dévoile le logo de sa candidature    Jamal Sellami lors d'un point de presse : «Nous avons réalisé l'objectif du premier tour : Terminer en tête du groupe et rester à Casablanca»    Comment arriver à une école de l'équité    Lutte contre le blanchiment d'argent : El Othmani explique la démarche marocaine    Sahara : Un avis consultatif dénonçable    Les aéroports marocains ont accueilli 20.357.866 passagers en 2017    Les bénéficiaires de l'Initiative royale : «Un million de cartables» dépassent les 4 millions    Il fait l'actu : Andrew Torre, nouveau président régional de Visa    Démantèlement d'un réseau clandestin de fabrication de barques    Un séisme de magnitude 8,2 au large de l'Alaska déclenche des alertes au tsunami    Femmes adouls, forces auxiliaires et nominations au menu du conseil des ministres    «Fake News» : Le gouvernement s'apprête à sévir    Une forte délégation de la BAD au Maroc : Elle visitera Noor Ouarzazate et rencontrera le board d'Africa50    Edito : Effort ciblé    M. Doukkali exprime sa volonté de s'appuyer sur les Hautes orientations Royales pour apporter le meilleur au secteur de la Santé    Safi : Usage de l'arme de service…    Fès : Effondrement d'une maison    Colère des parents d'élèves à Elbilia    La coopération touristique démarre    Impôts : Amnistie sur les pénalités et les majorations    Loft Art Gallery au Salon international d'art contemporain africain à Marrakech    Administration publique : Le Gabon sollicite l'expertise marocaine    Las Palmas : Oussama Tannane écarté pour cette raison !    Catalogne : Puigdemont attaque l'UE à Copenhague    Tunisie : Deux chefs d'AQMI abattus au cours d'une embuscade    Lutte contre le blanchiment : L'engagement fort d'El Othmani    PSU : Nabila Mounib, piano, piano, ma certo    Décès d'un prévenu à l'hôpital de Midelt    Etats-Unis : Après le shutdown, shut up jusqu'au 8 février…    Richesse mondiale : Le grand déséquilibre se creuse    Brèves Internationales    Mondial 2026 :Maroc compte défendre sa candidature    La fédération lance un ultimatum à Said Hasbane    Tevekov, un peintre russe tout en puissance    Les Kids United viennent chanter l'espoir    Décès d'une personne blessée dans la bousculade à la frontière de Melilla    George Weah se félicite de la coopération solidaire avec le Maroc    George Weah prête serment    Le Maroc affronte l'Argentine en mai    Le président américain réitère son soutien «à une solution à deux Etats»    Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés    D'PENDANSE : Les stars danseront à Casablanca    «Le pays où les pierres parlent» présenté à d'Art Louane    Vient de paraître: «Une famille au temps du Facebook » de Fatima Limni    Attokoussy ou quand l'art explore les rites et croyances au Maroc    CHAN Maroc-2018 : Le Maroc termine en tête du groupe A    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Betty Batoul, la femme de paix, invitée de l'Association « Cité portugaise » le 12 octobre à 18 h.
Publié dans Eljadida 24 le 30 - 09 - 2012

L'écrivaine belgo-marocaine, présidente fondatrice de l'asbl Succès, a été reçue dernièrement par leurs Majestés le Roi et la Reine de Belgique pour son titre de femme de paix.


Elle sera également honorée le 10 octobre prochain au Maroc lors d'une cérémonie organisée par l'association Al Anwar, sous la présidence de la Princesse Lalla Meryem, au cours de laquelle plusieurs femmes marocaines seront mises à l'honneur pour leur engagement et réalisations.

Suite à cette visite au Maroc, Betty Batoul a répondu favorablement à une invitation émanant de l'Association « Cité portugaise », pour une rencontre avec le public jdidi, le 12 octobre, 18 h à la cité portugaise. Entrée libre.

Rappelons que Betty, ou Batoul de son prénom marocain, est née à Bruxelles, d'un mariage mixte belgo-marocain.

Son roman « Coquelicot en hiver ? Pourquoi pas… », lui a valu le Prix Condorcet Aron. Elle y parle sans tabou de la maltraitance des enfants, de la violence conjugale, des fléaux sociaux qui touchent encore beaucoup d'enfants, beaucoup de femmes et les condamnent à souffrir la plupart du temps en silence…C'est un roman qui a pour mot d'ordre de rendre l'espoir aux femmes maltraitées.

Un coquelicot unique, à l'image de l'enfant arrivé à l'âge adulte, brisé en mille morceaux et qui a pu se reconstituer, recouvrer son bonheur et son enthousiasme d'enfance. C'est la description émouvante d'une adolescente qui galère. C'est le temps du doute, du sentiment du rejet par tous, de la hantise du suicide et, plus tard, de la solitude noyée dans l'alcool, de l'enfer de la violence conjugale…jusqu'à une certaine nuit d'avril…un Virage. Et là, un pétale s'ouvre, puis un deuxième…pour constituer en fin de compte un coquelicot…la sortie du tunnel.

Un coquelicot unique, fier de ses origines. Nul ne peut le cueillir et nul ne peut le posséder ou l'« l'enfermer » dans un vase, sous peine de lui faire perdre sa splendeur et sa superbe.

C'est un coquelicot qui se sent bien là ou il est. Là où il pousse. Pareil à une certaine Betty Batoul, à ses racines, à une enfance « ballotée » entre le Maroc et la Belgique. Mais une vie qui reste sienne et dont elle reste fière.

Batoul a vécu une grande partie de son enfance à El Jadida. Son père n'est autre que feu Kaddour, l'ex-propriétaire de l'Hôtel-Restaurant-Bar: la Brise (route d'Oualidia), et ses études primaires ont été faites à l'école mythique de Khadija Oum El Mouminine.

Et aujourd'hui, c'est pour son courage ; pour son roman ; pour sa fondation asbl succès et pour son combat acharné au profit des femmes et des enfants maltraités, qu'elle vient d'être reçue par leurs Majestés le Roi et la Reine de Belgique pour son titre de femme de paix

Et c'est pour cette même cause qu'elle sera honorée en octobre prochain dans son deuxième pays, le Maroc, lors d'une cérémonie organisée par l'association Al Anwar, sous la présidence de la Princesse Lalla Meryem.

Pour toutes celles et tous ceux qui souffrent, qui broient du noir, seuls, recroquevillés sur eux-mêmes et incapables de trouver la force nécessaire pour se relever et continuer à se battre, Betty Batoul représente l'exemple à suivre. L'espoir qui revigore et donne envie de se battre.

Pour toutes ces choses accomplies, nous disons à Batoul Bravo, Merci et a très bientôt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.