Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La politique de migration du Maroc et sa nouvelle stratégie d'asile mises en lumière à Addis-Abeba
Publié dans 2M le 06 - 09 - 2019

La politique nationale de migration et la nouvelle stratégie d'asile adoptées par le Maroc ont été mises en exergue, ce jeudi 5 septembre à Addis-Abeba, par la présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Mme Amina Bouayach.
L'augmentation constante des flux de migrants sur le territoire marocain s'est accompagnée d'une transformation du pays. C'est ainsi que le Maroc est devenu non seulement un pays de transit mais aussi un pays de destination, a souligné Mme Bouayach, qui intervenait lors du Forum politique 2019 de la Commission de l'Union africaine sur l'état des institutions nationales des droits de l'Homme en Afrique.
Devant les invités du Forum, dont l'édition actuelle a été placée sous le thème «Contribution des institutions nationales des droits de l'Homme (INDH) à des solutions durables pour les déplacements forcés en Afrique», l'intervenante a rajouté que le Maroc a jugé nécessaire de prendre des mesures urgentes pour garantir une vie décente aux migrants.
C'est ainsi que le Royaume, pays où l'hospitalité est une tradition célébrée, a adopté en 2013 une politique nationale de migration et une nouvelle stratégie d'asile, a relevé la présidente du CNDH qui assure également la présidence du Groupe de travail sur la migration du Réseau des Institutions nationales africaines des droits de l'Homme (RINADH).
De même, Mme Bouayach a expliqué à l'assistance que la politique marocaine de migration et d'asile vise à faciliter l'intégration des migrants, à réformer le cadre législatif, à mettre en place un mécanisme institutionnel pour une meilleure coordination des actions étatiques, et à coordonner les mesures pour la prévention et la lutte contre la traite des êtres humains par le biais de la commission nationale, prévue par la loi du décembre et composée des acteurs étatiques et non-étatiques.
Cette politique vise aussi à gérer les flux d'immigration tout en respectant les droits fondamentaux, comme cela a été inscris dans la constitution de 2011 dès son préambule, «bannir et combattre toute discrimination à l'encontre de quiconque», a noté la présidente du CNDH.
«Par ailleurs, 11 programmes ciblés d'accompagnement et de renforcement des capacités des migrants ont été mis en œuvre, avec la contribution des institutions publiques, des partenaires nationaux et de la société civile dans les domaines de l'éducation, de la culture, de la santé, de la communication, du sport, de l'assistance sociale et humanitaire, de l'accès à l'emploi», a également rappelé Mme Bouyach.
Abordant la question de la migration en Afrique, la présidente du CNDH et du Groupe de travail sur la migration du RINADH a relevé que le Continent abrite plus de 24 millions de personnes déplacée, soit un tiers du total mondial, dont la plupart sont des enfants et des femmes, citant entre autres causes, les conflits armés, les conditions économiques et sociales et la crise climatique, «dont nous savons la conséquence la plus grave est celle de la migration forcée».
Pour les INDHs, le premier défi reste encore celui de la Protection, car face à un contexte continental complexe, l'urgence humanitaire que constitue les déplacements de ces personnes vulnérables impose à ces institutions une mobilisation rapide et ciblée, ainsi qu'une mise à niveau constante des stratégies de plaidoyer, dans le but d'assurer sa mission, préserver la dignité des victimes et prévenir les violations de leurs droits, a insisté Mme Bouyach.
Pour l'Afrique, le déplacement forcé est l'un des huit piliers identifiés par le Cadre de politique migratoire 2018-2030 de l'UA. «Nous sommes appelées donc, en tant qu'INDH africaines, réunies au sein du RINADH à contribuer fondamentalement, à cette nouvelle stratégie par des outils permettant d'accompagner ceux développés par l'UA, ainsi que les dispositions de l'Agenda 2063, pour promouvoir la vision d'une Afrique, intégrée, prospère et pacifique», a soutenu la présidente du CNDH.
Elle a également rajouté que le RINADH joue un rôle catalyseur des dynamiques des INDHs africaines et c'est dans ce contexte, le CNDH tient à saluer le plan d'action développé par le RINADH qui a veillé à impliquer l'ensemble des INDH, ainsi que la création, en marge de la Conférence intergouvernementale pour l'adoption du Pacte Mondial sur la Migration en décembre 2018 à Marrakech, du Groupe de travail sur la migration que le CNDH du Maroc a l'honneur de présider.
La présidente du CNDH a, d'autre part, relevé qu'une meilleure coopération et une mutualisation des actions dans le cadre de la lutte contre la traite des êtres humains permettraient de dépasser les obstacles politiques de manière à agir collectivement pour assurer la protection des victimes de déplacement forcé, notamment la question de l'extra-territorialité de ces fléaux.
«Le CNDH en sa qualité de représentant du RINADH au sein de la task force GANHRI continuera de soutenir et d'œuvrer pour une meilleure coordination, l'échange d'informations, et la consécration de la solidarité continentale et du multilatéralisme, acquis historiques dont nous devons être fiers», a-t-elle poursuivi.
Les déplacés d'aujourd'hui constituent le potentiel de demain, et en vue de pouvoir accompagner cette transition, le CNDH recommande à prendre en considération les principes et normes relatifs aux droits humains qui complètent les OMD et les règles de la bonne gouvernance, d'encourager les renforcements des capacités des acteurs des droits de l'Homme sur cette thématique, qui associeraient le milieu académique aux experts présents au sein des mécanismes situés à Addis-Abeba et Banjul, a affirmé Mme Bouayach, notant que l'Institut de Rabat- Driss Benzekri pour les droits de l'homme apportera l'appui à cet effet.
Le CNDH, a-t-elle ajouté, insiste aussi sur la création d'une plateforme d'échange et de partage sur les actions et les recommandations du Groupe de travail migration du RINADH, avec les représentants de l'UA concernés par la thématique aussi bien à Addis-Abeba qu'à Banjul pour l'élaboration d'un plan d'action commun de manière à apporter des solutions à moyen et long terme, ainsi que sur la mise en œuvre la dimension genre dans les actions de protection des victimes des déplacements forcés.
Organisé sur le thème «Contribution des institutions nationales des droits de l'Homme (INDH) à des solutions durables pour les déplacements forcés en Afrique», le dialogue comprend des discussions politiques entre le Comité des représentants permanents de l'Union africaine, les INDH Africaines, les Organisations de la société civile, les institutions académiques, les médias et d'autres parties prenantes régionales et nationales, ainsi que des partenaires de développement. Avec 49 INDH établies sur le continent africain, les INDHs font désormais partie intégrante de la structure des systèmes nationaux de protection des droits de l'homme sur le continent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.